Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

rouge et vert

rouge et vert

Je découvre deux articles de presse de 1970 sur le TGV-LGV. Ils mettent en valeur des questions cent fis traitées sur ce blog, presque 30 ans après !

Voici le lien où vous pouvez les lire : ICI.

A titre d'info voici directement le commentaire.

Presque trente ans après voici des articles révélateurs sur une question qui n’a jamais donné lieu à un grand débat de société. Or le choix ferroviaire de la grande vitesse qui passe par la construction de nouvelles vois ferrées, a des implications politiques nombreuses comme l’indiquent les deux articles.

Il est en effet étrange de constater qu’aujourd’hui les débats sont exactement  les mêmes :

  • Le coût de la vitesse
  • Le déménagement du territoire
  • La métropolisation.

Des chiffres qui sont données dans le deuxième article (depuis la SNCF refuse de communiquer de telles données) lisons bien ce qui est dit : « Sur 18 millions de voyageurs qui ont emprunté en 1984, le TGV Sud-Est, 12 millions empruntaient déjà l'axe ferroviaire Paris-Sud-Est, pour 3 millions de nouveaux usagers, 2 millions de report en provenance de l'avion et 1 millions qui s’était reporté de la route vers le TGV. »

1-Les défenseurs du TGV-LGV disent 18 millions pour signer le succès, mais oublient que le 12 millions d’anciens usagers sont contraints de prendre le TGV comme l’indique l’article de G. Fretellière, puisque les intercités disparaissent.

2-Le report de l’avion est évident pour une ville comme Lyon et moins pour Marseille.

3-Le report de la route vers le TGV est faible et l’est d’autant plus si on parle de liaisons entre villes moyennes.

Les données de l’article de Fretellière sont capitales pour comprendre la question des dessertes. A vouloir faire un avion sur rail (le conducteur du TGV ne démarre pas, il décolle) on passe par un modèle qui tue le rail !

Je suis franchement sidéré de découvrir que des observations sensées de 1990 n’aient pas donné lieu à un débat sérieux. Il est vrai que dans l’histoire des LGV, après l’enthousiasme du départ, il y a eu dix ans de pause !

Les conséquences du « tout LGV » sont également importantes pour la fabrication du matériel. Alors que l’essentiel du développement du rail a touché le rail du quotidien Alstom a construit des rames TGV sans débouché ! J-P Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :