Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans l'ancienne région j'ai souvent suivi les séances du Conseil régional qui se tenaient à Toulouse. Aujourd'hui, non seulement c'est loin géographiquement mais aussi loin politiquement. Donc c'est avec un mois de retard que je rends compte de cet élément  sur le rapport des forces qui va apparaître au sein du Conseil régional, grâce à un amendement au cours de la séance plénière du 28 novembre 2016 sur les orientations budgétaires. Je pourrais évoquer ce principe des amendements, propre à la région, et qui paraît si étrange au FN qu'il a décidé de ne pas participer aux votes, mais limitons nous aux résultats.

Voici l'amendement proposé par NMEC (Nouveau Monde En Commun) :

Amendement 11 :

Aux pages 45/46 du Document des Orientations Budgétaires :

Remplacer dans la partie « La Grande vitesse ferroviaire» le paragraphe sur le «Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) » par un paragraphe « Grande vitesse Bordeaux-Toulouse ». Indiquer dans ce paragraphe :

«Notre Région privilégie la rénovation de la ligne existante entre Bordeaux et Toulouse. Ce scénario alternatif est plus réaliste et plus rapidement réalisable pour la desserte grande vitesse Toulouse-Paris. Il correspond au standard européen de la grande vitesse ferroviaire qui se situe à 250 km/h à des coûts d'investissements et d'exploitation plus réalistes avec des temps de parcours non-discriminants. Ce scénario priorité temps de parcours, prévoit des aménagements permettant d'augmenter la vitesse à 220 km/h (sauf aux abords des gares d'Agen et de Montauban desservies par TaGV) et de réduire le temps de parcours (par ripage de voies et construction de 50 km de ''shunts" à Langon, Port-Sainte-Marie et Moissac).»

Il a obtenu 17 voix sur 26 membres du groupe NMEC ! En effet les membres du PCF se devaient de se désolidariser de leurs amis vu leur soutien permanent à la dite LGV.

Par contre, grande unité entre la droite et le PS-PRG avec un résultat marquant : 95 voix !

Il y avait 2 absents et 4 abstentions.

Qui sont les 4 abstentionnistes ? Des membres de la droite ?

Bref, la LGV reste la plus belle preuve de la solidarité PS-PCF-PRG-droite mais ça nous le savions. Dans le contexte actuel EELV d'Aquitaine a choisi une autre méthode : refuser de voter les éléments du budget sur la ligne transport s'il y a des dépenses propres à la LGV. Dans ce cas Rousset devient minoritaire ! J-P Damaggio

Tag(s) : #conseil régional
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :