Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Débat à Saint-Jory

L’Association Alternative LGV Midi-Pyrénées a proposé une réunion à Saint Jory pour discuter du ferroviaire et nous remercions la cinquantaine de personnes qui ont participé.

Nous avons rappelé que la coupure administrative instaurant d’un côté la LGV (de St-Jory vers Montauban) et de l’autre Aménagements ferroviaire Nord Toulouse (AFNT) était une imposture puisque la double voie de plus, de St Jory à Matabiau, a été étudiée dans l’enquête d’utilité publique GPSO de la LGV ! Les commissaires enquêteurs ont d’ailleurs tenu une réunion à Toulouse où les hommes politiques de tout bord se sont fait remarquer par leur absence.

Notre plainte devant le Tribunal Administratif (à Toulouse comme à Bordeaux) est donc recevable.

Cette imposture a sans doute plusieurs raisons : par exemple, diviser ceux qui veulent améliorer le TER et ceux qui refusent la LGV en laissant entendre qu’il faut la LGV pour améliorer le TER. Nous le répétons ici, la réalité est inverse et nous espérons avoir convaincu la personne qui a posé la question, sur la séparation entre les deux dossiers. On nous a indiqué que c’était le vœu du Conseil régional mais alors, pourquoi mettre en avant de façon perpétuelle, la LGV ? Comment Carole Delga peut-elle déclarer que sans LGV notre région va devenir comme Les Pouilles en Italie ?

Il y a une autre division mise en avant : la LGV va désengorger Blagnac et rendre plus vivable la vie dans le secteur. L’histoire du rapport avion/train renforce sur Toulouse les pro-LGV car ils ne connaissent pas le dossier de l’alternative à la LGV tel que nous le défendons. Oui il faut réduire les nuisances autour de l’aéroport comme autour des voies ferrées, mais quand on met 10 milliards sur une nouvelle ligne comment faire ?

Des points n’ont pas été éclaircis comme nous l’espérions : pourquoi à Lespinasse une proposition de changement de tracé ? Comment admettre la LGV dans la zone SEVESO à Fenouillet ?

Une dame a indiqué qu’il lui est arrivé de prendre le TER mais quelle galère ! Trop souvent les gens préfèrent les embouteillages, à la vie dans le train ! Et pourtant, on nous dit que tout va bien pour le TER !

On a évoqué la pétition de Moudenc : mais pourquoi ne pas lancer une pétition du genre : Plus de TER, vite ! Le TER concerne le peuple et la LGV concerne l’élite ! Alors…

Et cette question lancinante : à qui profite le crime ? Economiquement il suffit dans les réunions d’entendre les rois du BTP, il suffit à la direction des territoires (ex-DDE) d’entendre les rois des carrières…. Politiquement il a été rappelé que des élus formatés en arrivent à penser pareil et ne rêvent que de métropolisation. Montpellier et Bordeaux ont fait leur mutation, Toulouse, non. Rappelons que Montpellier et Bordeaux ont fait cette mutation sans attendre la LGV, sans la lier à la LGV. A Toulouse, le manque de LGV serait la cause de tous les « malheurs » donc en retour sa réalisation apporterait tous les « bonheurs ». Or Toulouse est une ville fortement attractive sans LGV, alors les grands élus retournent la question : vu la démographie, il faut la LGV. Or là aussi c’est le contraire : vu la métropolisation il faut investir dans le système RER !

Une autre confusion a été évoquée : le terme de grande vitesse. La version allemande et la version française. La version allemande repose sur des lignes rénovées sans barrières (comme sur une LGV). Il a été justement rappelé que même si on fait la LGV, il faudra s’occuper de la ligne existante et des 125 barrières à supprimer ! Or, quand il y a une autoroute, la nationale est déclassée et tombe sous responsabilité du Conseil départemental, quand il y a LGV la ligne existante est déclassée et tombe sous responsabilité régionale ! Donc notre Région aura en charge, en plus du paiement de la LGV, la maintenance des deux lignes existantes (Bordeaux-Toulouse et Brive-Toulouse) qui vont cesser d’être des grandes lignes. On comprend pourquoi Carole Delga propose 4 milliards d’euros pour le rail durant son mandat !

 

Le témoignage le plus douloureux a été celui de cet homme qui ne peut rien faire à sa maison et qui attend le résultat final. Témoignage douloureux car nous sommes démunis face à ce problème dont nous savons malheureusement qu’il va durer longtemps (même dans le cas d’une DUP cassée comme nous le voyons sur Limoges Poitiers). Et ça fait déjà longtemps que ça dure !

Un temps du débat a été consacré à comment se faire entendre quand les rois des médias refusent de relayer nos études et pire, nous prennent parfois pour des demeurés :

-Bloquer des trains

-Bloquer un péage

-Ralentir la rocade

-Une affiche

-Une pétition

-Profiter des élections.

Notre association va tenir compte du rapport des forces, des moyens disponibles pour continuer d’agir au mieux. Cette réunion a été un encouragement vu que sans relais sur la commune, nous avons pu rassembler 50 personnes avec quelques affiches et quelques tracts. Claude Semin a apporté le témoignage de la situation en Aquitaine où les élus sont plus nombreux à refuser la LGV, et, en tant que pilier du travail sur les recours, il a rappelé que cette bataille peut se gagner. Les dernières interventions de Pépy vont dans le même sens puisqu’il annonce que rien ne sera décidé avant mai 2018.

A suivre. J-P Damaggio

Tag(s) : #action associations, #Alternative LGV 82, #saint Jory, #LGV

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :