Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Dépêche se déchaîne aujourd'hui pour glorifier le direct Toulouse-Barcelone. Observons en passant que pour ce TGV ce sont les lignes existantes jusqu'à Perpignan et personne n'ose évoquer une LGV ! Donc on confond une LGV qui patine pour Toulouse-Bordeaux et l'utilisation des lignes existantes qui fonctionnerait ! Et comme ce sont des lignes existantes il y a quatre arrêts ce qui est bien (deux côtés espagnols même avec LGV). Observons en passant que le tarif est une promotion pour le mois et non un prix courant ! Et pourtant dit l'étudiante : bien trop cher donc elle prendra le bus au retour ! J-P Damaggio

Articles La Dépêche

Publié le 04/04/2017 TGV Barcelone en 3 heures : c'est reparti !

Joindre Barcelone en 3 h 12 c'est à nouveau possible depuis hier et jusqu'en septembre. À partir de 35 € l'aller. Une liaison surtout touristique, à fort potentiel, selon la Renfe-SNCF et So Toulouse.

Si la LGV patine entre Bordeaux et Toulouse, les trains de la «Renfe-SNCF en coopération» roulent, eux, à grande vitesse, côté catalan. Depuis hier matin, la saison du Toulouse-Barcelone direct à grande vitesse a repris. Et ceci pour six mois, comme l'an dernier, jusqu'en septembre.

Les capitales de l'Occitanie et de la Catalogne sont reliées grâce à un aller et retour quotidien en 3 h 12 (plus de 200 km à grande vitesse entre Perpignan et Barcelone). Bien moins qu'il n'en faut pour relier Paris depuis la Ville rose (pas loin de six heures aujourd'hui et 4 h 30 en juillet avec le TGV Paris-Bordeaux).

Le premier train de la saison pour Barcelone est parti hier matin de la gare de Matabiau à 8 h 03 précises. Il est arrivé à 11 h 21 en gare de Barcelone après avoir fait halte à Carcassonne, Perpignan, Figueras et Gérone. Le voyage retour démarre à 18 h 30 de Barcelona-Sants pour une arrivée à Matabiau à 21 h 42. À noter que quatre allers et retours existent aussi chaque jour entre les deux villes avec correspondance à Narbonne (3 h 40 à 4 h 10 de voyage).

La Renfe et SNCF, les deux sociétés nationales de chemin de fer, ont créé une filiale, Elipsos Internacional, pour exploiter en commun, de part et d'autre des Pyrénées, les liaisons entre Toulouse, mais aussi Paris, Lyon ou Marseille et Barcelone.

«Le TGV ou AVE entre Toulouse et Barcelone, qui relie les deux centres-villes, est plus compétitif et écolo que l'avion ou que le car et a un fort potentiel de développement», précise Yann Monod, directeur général d'Elispsos : «On va augmenter, cette saison, la capacité de nos trains, avec 509 passagers par trajet contre 347 en 2016, cela représente +46 %. Et on va multiplier les prix d'appel à 35 €, à condition de s'y prendre un peu à l'avance».

L'an dernier, les voyages de la ligne ont affiché une croissance de 10 % par rapport à 2014, année de lancement, avec 40 000 voyages Toulouse-Barcelone (20 000 allers et retours). Reste que ce volume (sur six mois) ne représente que 2 % du volume global des liaisons entre Paris, Lyon, Marseille et Toulouse avec la capitale catalane. Montpellier par exemple voit passer 4 à 6 allers et retours par jour pour Barcelone…

Toulouse-Barcelone est d'abord touristique (d'où le choix de la période printemps été), avec 85 % des passagers qui voyagent pour leurs loisirs et seulement 15 % pour affaires (malgré la possibilité de faire un aller et retour dans la journée). 59 % des voyageurs sont français ou espagnols (Renfe-SNCF n'a pas été en mesure de donner la répartition entre nos deux pays, assurant que cela s'équilibrait). 41 % viennent du reste du monde.

Le chiffre : Sur la ligne ferroviaire Toulouse-Barcelone, 85 % des passagers voyagent pour les loisirs, 15 % pour affaires. 41 % ne sont ni français ni espagnols, mais américains, européens et du reste du monde. Philippe Emery

Publié le 04/04/2017 Votre avis : trouvez-vous ce trajet direct Toulouse-Barcelone très avantageux ?

Alejandra, 21 ans, Étudiante, Toulouse

Je suis Espagnole, mais je fais mes études à Toulouse. Je vais passer quelques jours à Barcelone pour la première fois. J'étais au courant de l'existence du Renfe, mais pas de ce trajet direct. C'est pratique, mais bien trop cher : je prends le bus pour le retour car je ne peux pas me permettre de frais supplémentaires.

Isabelle, 80 ans, Retraitée, Toulouse

J'ai l'habitude de faire la liaison entre Toulouse et Barcelone. Je prenais la voiture auparavant, ou le bus, mais celui de 7 h 20 a été supprimé. C'est par hasard sur Internet que j'ai trouvé ce train direct. Il dépanne, mais je me suis rabattue dessus par défaut, car je trouve que c'est un moyen de transport très cher.

Enzo, 24 ans, étudiant chercheur, Toulouse

Je fais très souvent ce trajet pour mes études car il y a des colloques en Espagne. J'y vais donc environ deux fois par mois. En temps normal, je fais Toulouse-Narbonne, puis Narbonne-Barcelone. Ce trajet direct m'arrange bien, c'est un sacré gain de temps. Si je m'y prends à l'avance, les prix sont vraiment intéressants.

Cyril, 40 ans, actif,Toulouse

Je suis déjà allé 3 fois à Barcelone pour faire du tourisme et je suis ravi d'y retourner. Je cherchais un moyen d'éviter le car, peu confortable, et la voiture, trop chère. Ce train est une aubaine, d'ailleurs je le prends aussi au retour. Les prix sont corrects et je le reprendrai sans doute pour retourner à Barcelone.

 

Publié le 04/04/2017  Yann Monod : «Toulouse-Barcelone n'a pas donné sa pleine mesure»

 Interview Yann Monod, Directeur général d'Elipsos, la filiale de Renfe-SNCF gérant Toulouse (et Paris, Marseille)-Barcelone

Cela fait maintenant combien de temps qu'existe cette liaison à grande vitesse ?

Depuis trois ans. La première offre à grande vitesse entre Toulouse et Barcelone a été rendue possible par les 44 km de tunnel du Perthus avec l'ouverture de la première ligne en décembre 2013, grâce à l'association de Renfe et SNCF qui constituent un géant européen de la grande vitesse. Plus de 200 km sont à grande vitesse entre Perpignan et Barcelone.

Oui, mais désormais la ligne n'est ouverte que six mois/an ?

Notre marché est principalement le voyage de loisirs, à 85 %, le business ne représentant que 15 % entre ces deux villes. Le train offre un confort, une sécurité, une rapidité, et, cette année, un prix d'appel, à 35 €, qui sera offert plus généreusement sur 90 % des trains effectuant la liaison à condition de s'y prendre à l'avance (un mois avant le voyage). La capacité de nos trains est augmentée. Le taux de remplissage dépasse les 50 % en moyenne avec des pointes à 90 % en été, juillet et août regroupant 50 % des 40 000 voyages effectués l'an dernier sur la ligne Toulouse-Barcelone.

Quels sont vos principaux concurrents ?

Surtout le covoiturage. Il y a aussi le bus, mais bien plus lent. La loi Macron a recentré l'offre bus sur l'Hexagone et l'offre bus n'est pas très concurrentielle. L'avion est plus compliqué avec le temps d'attente pour la sécurité, et alors que le train relie directement le centre-ville. Avec la voiture, il y a le problème et le coût du stationnement en centre-ville. Le train est aussi le plus écologique : à peine plus d'1 kg de CO2 par passager transporté contre 79 kg en auto et 65 kg en avion.

Quel avenir pour cette liaison Toulouse-Barcelone ?

La liaison a un fort potentiel qui n'a pas encore donné sa pleine mesure. D'où la hausse de capacité offerte cette année : 509 places par train au lieu de 347. 2016 a été une année difficile pour le tourisme en France. On a noté une baisse des voyageurs espagnols. Mais malgré cela, la croissance de la ligne est de +10 % par rapport à 2014. Les chiffres de vente sont bons pour 2017. 25 % des voyageurs utilisent une correspondance (possible avec Valence et Alicante ou Madrid). 88 % des passagers font Toulouse-Barcelone et 12 % s'arrêtent ou partent de Figueras ou Gérone. Le fait qu'il y ait beaucoup d'étrangers (américains, européens, asiatiques, américains du sud et même quelques Australiens) montre que la ligne s'inscrit dans le tour d'Europe des grandes métropoles européennes.

 

Recueilli par Ph. E. Les Catalans apprécient culture et patrimoine de Toulouse

L'agence Mabrian Technologies a réalisé pour Renfe-SNCF, l'Office de tourisme de Toulouse et l'agence d'attractivité So Toulouse, une étude à partir des réseaux sociaux (twitter et instagram) sur les centres d'intérêt du touriste catalan à Toulouse et du touriste occitan à Barcelone. Côté catalan, à partir de 270 000 commentaires analysés, l'offre culturelle toulousaine mobilise plus de 54 % des commentaires, au-dessus de la moyenne des visiteurs issus d'autres origines. Le 2e produit le plus commenté est la gastronomie, devant les loisirs en famille, contrairement à d'autres pays qui privilégient les loisirs nocturnes. Les lieux préférés des Barcelonais à Toulouse sont le Capitole (24 %), le Pont Neuf (21 %), le pont Saint-Pierre (12 %) et, curieusement, le jardin japonais de Compans (9,5 %). Tout aussi surprenant, la Cité de l'Espace, Aeroscopia ou le Muséum, ni d'ailleurs aucun musée, ne figurent parmi les commentaires des Catalans sur Toulouse. Du travail sur la planche pour l'Office du tourisme toulousain ! Les Occitans apprécient, eux, la culture (Sagrada, parc Güell), la plage, la nuit et la gastronomie catalanes. La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :