Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bressols 2010

Bressols 2010

Un ami me donne son dossier LGV et j’y retrouve cet article du Petit Journal du 26 novembre 2010. Au même moment j'avais publié le compte-rendu de la même réunion fait par La Dépêche, la photo de la banderole du maire et un article dont la plupart des éléments ont été repris par l'article ci-dessous. Il est frappant de constater la justesse des arguments des opposants, arguments qui ont été répétés cent fois depuis mais sans succès auprès d'un certain nombre d'élus plus sourds que les sourds. J-P Damaggio

 

Article du Petit Journal

Bressols est une des communes les plus concernées par le passage de la future LGV. Du coup, les réunions publiques attirent beaucoup de monde.

Pour la LGV Bordeaux-Toulouse, la commune de Bressols est stratégique puisqu'il y sera implantée une double gare, la ligne devant y franchir, à la fois l'autoroute et la ligne existante, en conséquence la colère gronde. Une colère bien compréhensible mais peu efficace quand il s'agit de demander un changement de tracé.

La municipalité a décidé d'organiser ce 24 novembre une nouvelle réunion publique pour calmer les esprits et rappeler que le souhait municipal n'est pas celui de RFF (présent à la réunion).

Qui est sorti rassuré ? La dame, déjà victime de l'autoroute et qui prend en pleine poire la LGV ? Le monsieur qui habite à côté de la gare et qui apprend qu'en fait il y aura deux gares ? Comme prévu, les questions techniques n'ont pas manquées Le collectif Val de Garonne Lomagne avait décidé d'être présent pour apporter les informations manquantes. Patrick Puech a rappelé l'absence de débat public, et que contrairement aux affirmations assénées, la question n'était pas réglée, d'où l'importance de l'action pour demander une étude indépendante sur la possibilité d'utiliser les lignes existantes, avec un moratoire pour en attendre le résultat. Inévitablement, Monsieur Castan (RFF) a répondu que le débat avait eu lieu en 2005 et quant à l'étude indépendante motus et bouche cousue.

Avant que ne déferle les questions techniques, Pierre Ortavent de Lacourt Saint Pierre a rappelé ce qu'il a apprit des rapports LOTI, rapports qui indiquent que les LGV ne sont pas rentables. Son louable effort de lecture et d'information a donné lieu à une nouvelle non-réponse de la part de RFF. Son représentant avance un chiffre en valeur absolue de la SNCF pour rappeler qu'il n'y a rien de plus rentable que le TGV sur LGV (mensonge crie quelqu'un au fond de la salle).

Le coût du transport en train est nettement plus bas que la même dépense en avion ou en voiture ajoute Monsieur Castan égal à la parole RFF.

Son texte, connu par cœur, il vérifie que sur la vingtaine de train dans un sens, 11 à 14 s'arrêtant à Bressols, donnée fournie déjà à la précédente réunion, et pourtant infirmée par un responsable de la mairie de Montauban qui nous avait indiqué plutôt le chiffre de 8.

Que les inconvénients soient sous-estimés et les avantages      surestimés (comme le disent les rapports LOTI cités par Pierre Ortavent) il faudrait être naïf pour ne pas le croire ! Par la suite, et les inquiétudes exprimées n'étant pas minimisées, le souci de plusieurs habitants a été d'en revenir aux chemins qui seraient coupés, à la ligne qui devra être enterrée, à la gare sur une superficie de 10 hectares...

Le président de l'association communale est tout heureux de rappeler qu'il trouve la LGV nécessaire mais que le tracé est mauvais, et enfin il va pouvoir rencontrer RFF, comme si le débat en petit comité allait apporter plus que le débat public du jour. Sur Bressols, vous pouvez tourner la question comme vous voulez, le nombre de maisons détruites dépassera la quarantaine mais il faut noyer le poisson, en attendant de pouvoir noyer les victimes. Le représentant du collectif Val de Garonne Lomagne a pu prendre la parole pour faire observer que si Monsieur le maire de Bressols a la bonne idée d'organiser de tels débats, il doit se renseigner : contrairement à ce qu'il a affirmé tous les élus ne sont pas prêts à payer, certains conseils généraux refusent de payer l'Ariège, les Hautes-Pyrénées, l'Aveyron qui hésite et le Tarn incertain. A ce jour le Tarn-et-Garonne n'a pas pris la décision de payer le Bordeaux-Tours. Il faut donc savoir que la résistance monte. Quant au Conseil régional, il se prépare à payer mais en son sein aussi l'opposition au projet avance! (M. le maire admettra que son intervention est juste). Par ailleurs, pour appuyer les interventions de Patrick Puech et Pierre Ortavent, l'intervenant rappelle un seul exemple, le débat de 2005 avait été truqué comme sont truquées les données d'aujourd'hui, et que visiblement le rapport LOTI n'inspire pas le responsable de RFF. Après une mention de la journée européenne de riposte aux LGV le 11 décembre, il a pu terminer en insistant, les lignes existantes sont l'avenir du train. Il n'y aura aucun commentaire officiel.

Observons sans gloire que les interventions des opposants à la LGV furent très largement applaudies. Sans gloire car dans une telle affaire les applaudissements ne suffisent pas, il faudrait créer des associations autour de cet objectif pour pouvoir développer l'ensemble très cohérent des propositions.

A la sortie, la distribution d'un recto-verso argumentant les positions a permis de poursuivre la discussion y compris avec des personnes qui pensent, suivant la formule classique, que "'vous voulez en revenir à la bougie » ! C'était le cas aussi de ceux qui disaient non au Concorde! Craignons en fait que ce ne soit la construction des LGV qui, par la crise qu'elle va alimenter ne nous conduise à la bougie ! FLAD

Partager cet article

Repost 0