Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour information.

Intervention d'Ivan Jacquemard sur la LGV à la réunion d'Auvillar

Ivan Jacquemard et Céline Tainturier sont les candidats France insoumise aux élections législatives sur la circonscription n°2 du Tarn-et-Garonne. Le propos d'Ivan Jacquemard n'est pas électoraliste. Il le tenait en juin 2010 au cours d'une réunion publique à Grisolles.

Ce débat du 8 juin 2010 a été évoqué sur deux liens, deux articles que je retrouve avec une certaine émotion : Annonce du débat, compte-rendu du débat. J-P Damaggio

 

L'ensemble du texte sur l'écologie sur ce lien :

http://fi82.fr/2/wp-content/uploads/2017/05/ECOLOGIE_texte-du-13.05.17-pour-diffusion.pdf

Sur la LGV

"Voici un exemple de projet très révélateur de ce que nous dénonçons sur le plan écologique, social et démocratique et qui ne pourrait se réaliser sous une majorité France insoumise : le projet de LGV Bordeaux-Toulouse.

Pour résumer : Depuis de nombreuse année (2005) maintenant, trotte dans la tête de nos élus locaux (à la région, au département, à la mairie de Toulouse, de Montauban) l'idée que Toulouse est enclavé et doit avoir sa Ligne à Grande Vitesse ! Déjà la première entrave à la règle verte, la LGV ça sera : - 4830 hectares de bois, de champs, de terres agricoles et viticoles détruites - La balafre faite par cette LGV n’épargnera ni les zones humides ni les espaces protégés (ZNIEFF, Natura 2000) ni les nappes d'eau et les sources qui alimentent notamment la Communauté Urbaine de Bordeaux en eau potable. - La construction de la LGV ce sera 30 millions de m3 de matériaux à importer (donc de nouvelles gravières). La nécessité de déplacer 54 millions de m3 (remblais et déblais) Ce qui fera plus de 5 millions de rotations de camions.

Ensuite démocratique : En 2014 a eu lieu une Enquête d'Utilité Publique qui a bien mobilisé la population, les experts, les associations qui ont joué le jeu démocratique et ont apporté de nombreux éléments au dossier. Les commissaires enquêteurs ont, à l'issu de cette enquête, émis un avis défavorable, en reprenant une grande partie des arguments des associations qui défendent, et nous en faisons partie, la rénovation de la ligne existante plutôt que la création d'une nouvelle ligne.

Pourquoi on défend la rénovation de la ligne existante, parce que déjà ce n’est pas une idée saugrenue, des études démontrent sa viabilité sans aucun doute. - La rénovation de la ligne existante a bien entendu un impact au sol et écologique beaucoup moindre qu’une nouvelle ligne, - Pour un cout de 3M€ au lieu de 9M€, (1km = 1 collège / 30 crèches de 50 places) - Pour une différence de temps de trajet de moins d'un 1/4 d'heure pour un train direct. Donc avis défavorable des enquêteurs et suite à cette enquête, le gouvernement a signé en 2016 la Déclaration d'Utilité Publique pour continuer le projet, ignorant l'avis défavorable de l'enquête et la forte mobilisation citoyenne. Un bien bel exemple de démocratie bafouée.

Et enfin c'est encore une inégalité sociale de plus. En favorisant la LGV, en créant des gares hors des villes, en investissant massivement, les comptes des collectivités locales étant ce qu'ils sont, c'est encore favoriser quelques uns, les plus privilégiés, par rapport au plus grand nombre celles et ceux qui utilisent le train du quotidien, les TER, c'est la mort des trains inter-cités comme le POLT. C'est un réel problème d'aménagement du territoire aussi en obligeant celles et ceux qui veulent voyager à prendre leur voiture pour soit aller à Toulouse, soit aller dans les gares hors des villes. Nous sommes clairement des défenseurs du rail : nous ne sommes pour un maillage du territoire pour un accès au plus proche de chacune et chacun à un moyen de transport collectif près de chez lui." Ivan Jacquemard

Tag(s) : #élections

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :