Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse : "On peut trouver 77% du financement de la LGV Toulouse-Bordeaux"

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mercredi 6 septembre 2017

La ministre des Transports recevait le 5 septembre les maires de Toulouse et Bordeaux et les présidents des régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine pour parler de la LGV entre Toulouse et Bordeaux, tronçon tour à tour mis en suspens et relancé selon les déclarations des uns et des autres.

Elisabeth Borne la ministre des Transports a reçu à dîner mardi 5 septembre Jean-Luc Moudenc le maire de Toulouse, Carole Delga la présidente de l'Occitanie mais aussi Alain Rousset le président de la région Nouvelle-Aquitaine et le maire de Bordeaux Alain Juppé. Autour de la table, le sujet de la LGV entre Toulouse et Bordeaux. Il s'agissait d'évoquer les montages financiers possibles, tandis que le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot répétait encore la semaine dernière que cette LGV n'était pas une priorité, faute de moyens. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, était l'invité de France Bleu Toulouse ce mercredi. Entretien.

Bénédicte Dupont : On a besoin d'une mise au point élémentaire, elle va se faire cette LGV ?

Jean-Luc Moudenc : "J'en ai la conviction car nous avons besoin réellement, ce n'est pas un caprice. Si on regarde les temps pour relier Paris à chaque grande région, on voit bien que la région toulousaine est dans un cul-de-sac. Ce n'est pas une perspective défendable.

On est obligés de vous re-re-reposer la question car les atermoiements ministériels nous perturbent un peu, dernièrement ceux de Nicolas Hulot qui dit que la LGV n'est pas une priorité, faute de moyens disponibles...

Oui c'est pourquoi nous étions avec la ministre hier soir avec des propositions innovantes. On ne va pas se raconter des histoires, il y a un problème de financement, que ce soit du côté du budget très tendu de l'Etat et de nos collectivités. Ce dossier n'a que trop tardé.

On ne va pas se raconter des histoires, il y a un problème de financement.

C'est fatigant tout de même ces tergiversations, un coup oui, un coup non...

Effectivement on pourrait être découragé mais moi je mets ces sentiments là de côté, je regarde l'avenir, je sers la métropole toulousaine. Je ne me pose pas de question et je crois que la ministre a été hier soir sensible à cet état d'esprit : construite, sans nier les difficultés mais essayer de les dépasser ensemble.

Ce qui est accordé au Grand Paris doit l'être aux autres grandes régions.

Ces pistes de financement, pour trouver sept milliards d'euros, quelles sont-elles ?

Nous avons proposé de transposer à la grande région toulousaine le mécanisme que l'Etat a mis en place de manière dérogatoire pour le Grande Paris et l’Île-de-France. Il y a un investissement transports prévu de 25 milliards d'euros, rendu possible grâce à un montage financier particulier. Depuis que l'Etat a créé ses grandes régions et ses métropoles, il ne peut pas se contenter de réserver les dérogations à la seule région francilienne. On fait contribuer le développer économique : il y a la mobilisation des taxes sur les bureaux, une taxe sur les produits énergétiques intérieurs qui existe déjà qu'on peut répartir différemment aujourd’hui. Avec tout cela, on a calculé qu'on réunissait 77% de l'annuité d'emprunt nécessaire, ce qui est considérable. Le reste peut être apporté par l'Etat, les collectivités territoriales sans grever abusivement des budgets publics.

Avec nos propositions, nous couvrons 77% de l'annuité d'emprunt nécessaire. Le reste peut être apporté par l'Etat et les collectivités territoriales.

Le futur quartier TESO (Toulouse Euro Sud Ouest) est-il remis en cause selon l'arrivée ou non de la LGV ?

Pas du tout et j'ai souhaité qu'on démarre l'aménagement du nouveau Matabiau car ce sera un argument de plus. Ce sera un nouveau poumon économique supplémentaire, une extension du centre-ville de Toulouse.On ne va pas attendre la LGV pour avoir une ambition urbaine et économique. Je l'ai toujours dit, il y a un accord de tous les acteurs locaux là-dessus : nous avançons indépendamment du calendrier de la LGV."

https://www.francebleu.fr/infos/transports/jean-luc-moudenc-le-maire-de-toulouse-trouve-77-du-financement-de-la-lgv-toulouse-bordeaux-1504678763

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :