Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre élus du Conseil régional viennent, d'après La Dépêche, d'afficher leur refus de la LGV. Je n'ai pas trouvé le communiqué officiel. Je me permets, comme toujours quelques observations.

1 ) Bravo pour la référence au POLT mais la rénovation de Bordeaux-Toulouse n'est pas à négliger.

2 ) Essayer de rendre la référence de la vitesse pour lutter contre la LGV est toujours risqué. On peut améliorer les lignes pour arriver à 240 km/h maximum mais il n'est pas bon d'aspirer à une vitesse plus rapide.

3 ) Ceci étant bravo de relancer le débat de l'alternative. J-P Damaggio

 

 

Publié le 02/09/2017 à 03:52, Mis à jour le 02/09/2017 à 08:58

Des élus régionaux se prononcent contre la LGV

Les élu-e-s Parti de Gauche, Nouvelle Gauche Socialiste et Ensemble ! Liem Huang Noc, Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin, Guilhem Seryes communiquent à propos de la LGV Toulouse Bordeaux :

Assez perdu de temps, vite la POLT (Paris-Orléans-Limoge-Toulouse) !

Mercredi 30 août 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a dans la lignée des annonces du président Emmanuel Macron sur le sujet, mis sur la sellette le projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse. Cette voie ferrée qui pourrait placer Toulouse à 3 h 10 de Paris au lieu de 4 h 19 actuellement, semble une nouvelle fois remise en question.

Ce projet est estimé à 7 milliards d'euros et les contribuables de notre région, de la Haute-Garonne et de Toulouse ont commencé à payer. Ceci en participant, par le biais des trois collectivités locales, au financement du tronçon Tours-Bordeaux qui a coûté 7,8 milliards d'euros.

Depuis maintenant plusieurs années nous alertons sur la non-nécessité d'un tel projet pour la métropole Toulousaine et notre région.

Nous avons assez perdu de temps ! À la place d'une LGV coûteuse ou de l'augmentation du trafic aérien et de l'éventuelle réapparition du serpent de mer de deuxième aéroport dans la région toulousaine, nous proposons de favoriser le réaménagement de la ligne POLT existante qui permettrait, pour un coût bien moindre, de mettre Toulouse à 3 h 30 de Paris, soit une différence de temps de trajet d'une vingtaine de minutes avec la LGV, et ainsi d'utiliser la part restante du budget des 7 milliards prévus pour maintenir et développer les trains du quotidien, les trains de nuit, le transport du fret par rail, pour ré-ouvrir des lignes et mettre en place une tarification sociale en direction de l'ensemble des usagers.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :