Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suite à l'article de L'Usine nouvelle nos élus hystériques ont aussitôt réagi pae l'intermédiaire du journal La Tribune. Mais lisez-bien. La question a été posée au vice-président de la commission "Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics" et non au président. Et pour avoir écouté un tel personnage il vous ferait construire n'importre quoi pourvu que l'Etat paie ! On est en droit de se demander ce qu'il fait dans une telle commission. En aucun cas il ne peut représenter la majorité mais de toute façon l'avis de la commission est consultatif alors à suivre. JPD

Les deux articles de La Tribune.

 

Abandon de la LGV Bordeaux-Toulouse : "c'est de l'intox"

 

 Par Florine Galéron  |  05/12/2017, 14:42  |  324  mots

Interrogé par La Tribune, Bruno Cavagné, vice-président du Conseil d'orientation des infrastructures, dément les informations du média l'Usine Nouvelle (qui affirme que le projet LGV Bordeaux-Toulouse est abandonné). L'information avait de quoi mettre le feu aux poudres. Ce lundi 4 décembre, l'Usine Nouvelle affirme sur son site internet que "selon une source bien informée", le Conseil d'orientation des infrastructures, chargé de rendre un avis consultatif sur le projet de LGV entre Bordeaux et Toulouse, "serait favorable à un aménagement de la ligne existante qui permettrait de gagner environ 30 minutes pour un investissement beaucoup plus raisonnable. C'est ce que réclament la plupart des opposants à ce projet". "La LGV Bordeaux-Toulouse restera à l'état de projet".

Contacté par La Tribune, Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics et par ailleurs vice-président du Conseil d'orientation des infrastructures dément formellement ces informations :

"Le GPSO (pour grand projet ferroviaire du Sud-Ouest, le nom donné aux projets de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, NDLR) n'a même pas commencé à être examiné par le Conseil d'orientation. Nous devons examiner une soixantaine de projets ferroviaires et rendre notre rapport fin janvier. De plus, notre avis n'est que consultatif puisque c'est à l'État de trancher sur cette question. C'est de l'intox, de la désinformation, mis à part les opposants au projet je ne vois pas qui a intérêt à diffuser ce type d'informations."

En visite à Toulouse le 10 novembre dernier, Élisabeth Borne, la ministre des Transports a indiqué que le gouvernement allait continuer d'examiner les propositions de financements des élus locaux pour la LGV Bordeaux-Toulouse "de façon à ce que le projet puisse être pris en compte dans la loi de programmation sur les infrastructures que je présenterai au tout début d'année 2018". Avant d'ajouter : "J'ai dit aux élus : pause ne veut pas dire remise en cause. Par contre, nous avons changé de méthode. Nous voulons sortir des promesses non financées. 36 milliards d'euros de lignes nouvelles ont été promises en France. Il faut s'assurer qu'on soutienne des projets réalisables"

 

LGV à Toulouse : les élus locaux adressent un nouveau courrier à la ministre des Transports

 Par Priscille Lacombe  |  07/12/2017, 19:00  |  293  mots

Alors que l'Usine nouvelle affirmait cette semaine que le projet LGV Bordeaux-Toulouse était abandonné, les élus locaux ont adressé une nouvelle fois au courrier à Élisabeth Borne, la ministre des Transports. Courrier dans lequel ils réaffirment leur volonté commune de voir avancer rapidement le dossier de la LGV.

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole ont adressé un courrier à la ministre des Transports dans lequel ils redisent d'une même voix leur détermination à faire avancer le dossier de la LGV entre Bordeaux et Toulouse.

Ils réaffirment leur attente d'une "décision assise sur un plan de financement solide et réaliste" d'ici le début de l'année 2018 qui prenne en compte les propositions de financement innovant formulées lors d'une précédente rencontre, ainsi que d'un calendrier de réalisation.

Ce lundi 4 décembre, l'Usine nouvelle affirmait sur son site internet que "selon une source bien informée", le Conseil d'orientation des infrastructures, chargé de rendre un avis consultatif sur le projet de LGV entre Bordeaux et Toulouse, "serait favorable à un aménagement de la ligne existante qui permettrait de gagner environ 30 minutes pour un investissement beaucoup plus raisonnable" et que "La LGV Bordeaux-Toulouse restera à l'état de projet". Une information démentie dans La Tribune par Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics et par ailleurs vice-président du Conseil d'orientation des infrastructures.

Des informations qui inquiètent malgré tout et qui sont peut-être à l'origine de ce nouveau courrier que les élus locaux ont décidé d'adresser à la ministre des Transports.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :