Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans le débat actuel il m’arrive d’entendre, même dans la bouche d’amis, qu’il y a une injustice car d’un côté la route est financée par l’Etat, alors que le rail est financé par la SNCF.

Le rapport rail-route n’est pas aussi simple.

La route concerne 98% de la population et le rail 8%. La route est donc beaucoup plus que le rail un service public.

La route est financée par l’Etat (donc les contribuables) mais comme chacun sait l’automobiliste est la vache à lait de l’Etat en question. Pourquoi ne pas considérer que la carte grise (son prix est de plus en plus sidérant) est une sorte de péage généralisée payé par l’automobiliste qui paie surtout à la pompe un énorme droit de circuler.

Du côté du rail une loi empêche à présent la SNCF de payer les infrastructures nouvelles. Quant aux infrastructures précédentes (les LGV) elles ne furent pas payées intégralement par la SNCF. L’Etat ayant d’abord payé totalement la dépense, puis un partage est intervenu avec l’arrivée des financements de la SNCF, des Régions puis du privé.

N'est-il pas surprenant de voir des personnes qui souhaitent que notre région paie 50% de la LGV, défendre en même temps la SNCF ?

Ce que la SNCF paie c’est la maintenance mais là aussi elle n’est pas seule. Et les aides publiques sont nombreuses. Il est entendu à présent que les Régions paient 70% des billets des utilisateurs de TER, billets qui sont par ailleurs très chers pour celui qui paie plein tarif.

L’instauration des péages sur le rail est devenue inévitable à partir du moment où des compagnies privées y circulent, afin de leur faire payer une part de cette utilisation. Pourrait-il y avoir un tarif différent entre compagnies privées et SNCF ? Concurrence faussée vont s’écrier les hypocrites du libre marché. Quand les transporteurs routiers français bénéficient de carburant détaxé sur présentation des factures y a-t-il concurrence faussée vis-à-vis des camionneurs étrangers ?

L’essentiel n’est pas d’évoquer une fausse concurrence entre le rail et la route mais une stratégie de la SNCF qui au nom de son lien étroit et protecteur avec l’Etat a construit des politiques insensées, gaspilleuses de l’argent public et peu soucieuses des intérêts des usagers. Cette stratégie n’est pas seulement celle des administratifs de la SNCF mais une collusion entre eux et des secteurs de l’Etat.

Une alternative à cette politique supposerait de remettre à plat sur la table l’ensemble de la vie du Groupe SNCF pour que les citoyens puissent peser (avec les cheminots) sur un service public à inventer même si des trains privés circulent sur les lignes. Il ne faut pas confondre monopole et service public surtout quand le monopole sert à se moquer parfois du service au public. Les dysfonctionnements des anciens monopoles, EDF, PTT, SNCF a servi à démanteler ces entreprises quand il fallait les reconstruire à l’âge de l’actuel siècle. L'Education nationale, bien que service public n'est pas un monopole.

J-P Damaggio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :