Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bordeaux-Toulouse en Une de Marianne

Le numéro de Marianne d'aujourd'hui évoque parmi les gaspillages le cas du GPSO. Bien sûr j'aurais titré "La LGV Bordeaux-Toulouse", plutôt que le TGV, et par ailleurs, cette LGV est organisée avec Bordeaux-Dax dans une enquête d'utilé publique unique : le GPSO. Le total de 5,7 milliards est largement sous-évalué et il faut mettre cette dépense en lien avec les maigres avantages. Donc très bien de rappeler le cas de Tours-Bordeaux avec le déficit engendré pour la SNCF. Quant à Elisabeth Borne elle va faire voter sa loi qui va renvoyer le dossier après 2022. Pendant ce temps à Toulouse Hyperloop s'expérimente. A suivre. JPD.

 

 

LE TGV BORDEAUX-TOULOUSE À 5,7 MILLIARDS

 

C'est inscrit depuis 2008 tout en haut de la feuille de route de Guillaume Pepy, son PDG : après s'être embourbée dans un partenariat public-privé dispendieux pour financer la ligne TGV Tours-Bordeaux, la SNCF devait enfin donner la priorité aux trains du quotidien. Sauf que, en visite le 17 mai à Toulouse, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé qu'elle dévoilerait bientôt, dans le cadre de «sa» loi Mobilités, le calendrier de réalisation d'une nouvelle ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse. A minima 5,7 milliards d'euros d'investissements, jusqu'à 12 milliards si la deuxième branche du Y, Bordeaux-Dax, est également construite un peu plus tard...

La LGV Tours-Bordeaux est déjà un exemple de gabegie au profit du privé. Elle a coûté 7,8 milliards et la SNCF doit faire circuler quotidiennement l'équivalent de quatre TGV aller-retour - même à vide -, pour garantir un niveau minimal de péage à Vinci, ce qui génère un surcoût d'exploitation de plus de 120 millions d'euros par an ! Pour rejoindre Toulouse, le montage financier serait différent : inspirées par les chantiers du Grand Paris, les collectivités locales d'Occitanie proposent, outre un engagement de l'Etat et de l'Union européenne, de financer les LGV Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Dax par des taxes spécifiques - y compris par la Ticpe sur les produits pétroliers -, qui rembourseraient des emprunts de long terme. Une belle inventivité qui ne rassure pas tout à fait... LAURENCE DEQUAY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :