Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La victoire des opposants sur La Dépêche

Par l’intermédiaire du Lot et Garonne, les responsables toulousains de La Dépêche ont pris connaissance de la récente victoire des associations dans leur bataille déterminée contre le projet de LGV (voir message précédent). Notons que les associations jugées recevables, et qui ont permis ce recours ne sont pas nommées. Serge Bardy ne les connaît pas mais à présent Claude Semin ayant donné nos références, ça ne peut plus être le cas. Peut-être va-t-il suivre les péripéties du dossier sur notre blog. Il n’est pas précisé que les dits «aménagements» correspondent à la construction de deux lignes nouvelles d’où une surévaluation ayant conduit à cette décision.

Que l’Etat fasse appel est compréhensif, mais les éléments du débat sont plus clairs que jamais : pour améliorer le train du quotidien les collectivités politiques doivent se débarrasser du boulet LGV.

Suite à cet article et à l’action de Claude Semin France 3 Midi Pyrénées vient de m’interroger sur le sujet. A suivre. J'ai ajouté les commentaires qui démontrent que la grande majorité est CONTRE la LGV. Les rares qui sont pour sont mal informés comme le rappel du manque de sillons. Mais démocratie oblige chacun peut écouter l'autre.

J-P Damaggio

 

 

 

LGV Bordeaux-Toulouse : une «nouvelle victoire» pour les opposants au projet

Une nouvelle péripétie judiciaire dans le long dossier du Grand Projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO) (1) vient d'être écrite par le tribunal administratif de Toulouse. Les juges ont, en effet, annulé la déclaration d'utilité publique (DUP) des aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT) signée, en janvier 2016, par le préfet d'Occitanie, Pascal Mailhos. Ces aménagements représentent un des volets de la première phase du GPSO et visent, pour l'essentiel, à améliorer la desserte quotidienne, anticiper l’augmentation du trafic et accueillir la grande vitesse au cœur de Toulouse en connexion avec le réseau de transport urbain et interurbain.

Selon Claude Semin, qui coordonne les associations d'opposants à la LGV depuis Toulouse jusqu'à Bordeaux, cette décision est liée à « la rentabilité non assurée » du projet toulousain qui avait d'ailleurs reçu un avis défavorable de la commission d'enquête publique. Elle intervient un an après celle du tribunal administratif de Bordeaux qui, en juin 2017, avait annulé pour les mêmes raisons la DUP concernant les aménagements ferroviaires du Sud de Bordeaux (AFSB).

L'Etat veut faire appel

« C'est une double victoire. Les deux bouts du projet GPSO sont aujourd'hui bloqués» estime Claude Semin, qui ne cache pas son objectif de parvenir à faire également « casser », selon son expression, la DUP du tronçon des lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. "

Un objectif qui s'annonce plus difficile. En effet, le mercredi 11 avril 2018, le Conseil d'état avait rejeté tous les recours en annulation déposés contre la DUP des lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax par de nombreuses communes et intercommunalités riveraines du projet, des associations de défense de l’environnement, des représentants des terroirs viticoles traversés ainsi que des particuliers. Les magistrats parisiens avait notamment écarté les critiques mettant en cause l’utilité publique du projet de LGV, celles fondées sur l’insuffisance de l’évaluation économique et sociale ainsi que sur celle de l’étude d’impact, qui constituent le dossier d’enquête publique. Il avait estimé en outre que cette dernière s’était déroulée "dans des conditions régulières".

L'Etat a annoncé, hier, son intention de faire appel du jugement du tribunal administratif de Toulouse devant la cour d'Appel, comme il l'avait déjà fait pour celui de Bordeaux. La bataille juridique n'est pas encore close.

(1) Le Grand projet ferroviaire du Sud Ouest a fait l'objet de trois déclarations d'utilité publique : aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux (AFSB, 25 novembre 2015), Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT, 4 janvier 2016) et Lignes Nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, 2 juin 2016)

 

Commentaires :

 

1 ) Pour ceux qui croient encore qu'une ligne LGV est forcément synonyme de progrès et de développement économique, Toulouse est le parfait contre-exemple.

Jusqu'à la première guerre mondiale Toulouse était une ville paysanne et agricole avec quasiment aucune industrie. Grâce à sa situation enclavée et éloignée des frontières avec l'Allemagne et l'Italie, elle a pu bénéficier de l'arrivée d'une activité dans l'aéronautique et la chimie (Onia/AZF, SNPE). Puis lors des années 60/70 Toulouse a bénéficié de la décentralisation avec le CNES, Sup Aéro, Ensica, Météo France. Son développement économique n'est pas du au travail et au génie des Toulousains et il n'a pas était pénalisé par son éloignement avec Paris.

Ensuite la géographie: Montpellier et Bordeaux ainsi que leurs environs sont beaucoup plus touristiques que Toulouse et sa région, d'où une fréquentation et un trafic plus important.

Il serait plus judicieux de rénover la ligne existant pour déjà la fiabiliser et gagner 30 mn de trajet.

Mais nos politiques et nos CHERS élus réclament LEUR ligne TGV sans se soucier des dépenses astronomiques et des aberrations économiques et environnementales...

 

2 ) pour ou contre chacun pense ce qu’il veut a tort ou a raison , je pense pour ma part qu’il est indispensable d’innover, d autres pays le font, sinon c est n recul total deja sur l emploi, la modernisation porte ses fruits ailleurs , en france arretons de refuser tout projets enrichissants,et que fait on des personnes proprietaires et qui sont sur le tracet qui ne peuvent ni vendre ni s engager dans des travaux ,l etat doit prendre une decision rapidement.

 

3 ) une lgv qui ne sert qu'à enrichir les grosses entreprise en charge de la construire ainsi qu'à renflouer les caisses des partis politiques au pouvoir sur la région.

une amélioration couterait entre 1 et 1,5 milliards d'euros et une ligne LGV 5 à 8 milliards.

pour gagner quoi ? 20mn sur toulouse bordeaux

 

4 ) Dans les années 1970-80, qu'on fait nos élus pour demander une LGV Paris vers Toulouse, VIA LIMOGES, seule option qui aurait permis de réellement concurrencer l'avion sur ce trajet?

 

5 ) Oui en effet il faut revenir à la réalité ! Pour mémoire La SNCF paye 250 millions de péages et frais divers à la société Vinci. Pour relier Bx à Tlse, il faudra doubler la mise

 

6 ) Cette ligne est trop coûteuse et inutile. les gens vraiment pressés préfèrent l'avion, les autres ne sont pas à 1h la majorité pense comme ça, surtout au moment ou on nous saoule avec la dette de la SNCF, mettez ces 15Mds dans nos hôpitaux, écoles, EPAHD...

 

7 ) Le problème en ce moment c'est surtout que le TGV roule à vitesse TER sur ce tronçon, on voit même souvent des voitures dépasser pour l'avoir prit de temps en temps.

Perso je préfère le train à l'avion pour aller à Paris (ça m'épargne le trajet en voiture entre ma ville et blagnac à 40km, l'avance obligatoire pour charger les bagages, le stress des bouchons, des accidents sur la rocade, ect...), mais si c'est pour me trainer dans un TER c'est pas la peine.

L'avion n'a aucune alternative pour toulouse/Paris à ce jour, l'avion est obligatoire. Un simple toulouse-paris en moins de 3h30 par contre suffirait à enfin permettre à ceux qui le souhaitent de prendre le train. (L'avion faut compter 2h avec l'avance obligatoire, plus le stress du trajet en voiture donc une avance plus importante à prévoir, plus le temps de trajet, donc 3h30 en pratique pour peu que comme moi on habite à 40km).

Certains me feront remarquer qu'en train j'aurais une correspondance, mais avec beaucoup moins de stress. Je laisse la voiture chez moi et je reste assis pour rejoindre Matabiau. Pour moi c'est une perte de temps acceptable. (Le but n'est pas que le train soit plus rapide que l'avion)

 

8 ) Cessons de gaspiller l'argent dans des projets inutiles. La SNCF est déjà assez endettée. Et cessons de croire aveuglément ce que racontent les grands élus hors sol. Leurs intérêts ne sont pas les nôtres.

 

9 ) Désolé d'en contredire certains, mais la LGV Bdx-Tlse, et les aménagements à chaque bout qui en découlent, c'est:

- report des circulations grandes distances sur cette LGV, d'où libération de sillons pour les TER et le fret sur la ligne historique;

- des liaisons rapides et de qualité Paris-Tlse via Bordeaux, qu'on arrivera jamais à réaliser avec la POLT entre Limoges et Caussade, sauf au prix d'investissements faramineux;

- pourquoi pas des relations La Rochelle-Brdx-Tlse-Perpignan-Barcelone, au prix de l'électrification de la ligne La Rochelle-Rochefort-Saintes-Bordeaux;

- enfin, dans le prolongement, une densification par TGV des Tlse-Marseille-Nice et Tlse-Lyon en attendant une hypothétique LGV Tlse-Narbonne qui serait bien utile, elle aussi.

 

10 ) Les aéroports existants n'étant pas extensibles, les en projet étant rejetés par les populations concernées, et le transport aérien d'une façon générale étant anxiogène et polluant, il va bien falloir finir par savoir ce qu'on veut !

 

11 ) Quel gaspillage de temps et surtout d'argent avec toutes les études (tracés, pseudo-économiques...) et ces débats stériles ! Et pendant près de 20 ans rien à été fait pour améliorer la ligne existante Tlse-Bdx et les TER de proximité. Nous sommes en 2018 et à ce jour rien n'est défini: ni le tracé (sud de Bdx, contournement de Bdx, nouvelles gares pour Montauban et Agen), ni la rentabilité de la ligne !

Pour certains pro-LGV, 15 milliards d'euros ce n'est rien et en plus les politiques font miroiter un doublement du trafic de Matabiau et la création d'un centre d'affaires avec cette fameuse tour Occitane... Pour revenir à la réalité, Tlse-Paris c'est 6 TGV/jours, Bdx-Paris 30 TGV/jours et en plus la ligne LGV Bdx-Paris n'est pas rentable.

 

12 ) La majorité s'en fout de ce projet et ne s'exprime pas. Parmi les minorités qui s'y intéressent, la plupart est contre. Gagner 1 heure entre Toulouse et Paris est d'un intérêt très limité d'autant que l'on peut travailler ou se cultiver très confortablement dans les trains actuels.

 

13 ) Les périphériques et autres voies de circulation à Toulouse sont sur-saturés, on passe des heures dans les embouteillages. Ne pensez-vous pas qu'il serait plus utile, et à un plus grand nombre, de créer un pont supplémentaire entre Blagnac et Grenade ou de développer les transports en commun .Au lieu d'avoir des transports en commun qui passent systématiquement par le centre ville ne pourrait-on pas imaginer une ligne circulaire qui dessert les pôles industriels à la périphérie de la ville avec pourquoi pas une voie dédiée. Quand à la différence de prix entre le TGV et un vol Easyjet, je ne suis pas sur que le rail soit moins cher.

Bonne journée à tous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :