Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oui à la LGV Montpellier-Perpignan ?

 

Midi Libre s’est lancé dans une opération marketing en faveur du projet de LGV.

Il paraît que ça fait trente ans qu’elle est demandée ? Fallait-il encore faire le tronçon Nîmes-Montpellier opérationnel seulement depuis trois ans !

Mais bon la démagogie n’a pas de limite comme on va le voir avec l’opinion d’EELV :

Agnès Langevine (vice-président de la Région), Clothilde Ollier (chef de file des Verts à Montpellier), Christian Dupraz (conseiller régional):

"Face à l’accélération du changement climatique, la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan doit être une véritable priorité. Nous en appelons au gouvernement pour que la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan devienne une véritable priorité au service d’une transition écologique des mobilités à l’échelle régionale, nationale et européenne. Les dégâts provoqués par les intempéries du 23 octobre dernier sont venus rappeler la très grande vulnérabilité de la ligne ferroviaire historique qui relie Montpellier et Perpignan le long du littoral. Depuis une semaine maintenant, les trains ne circulent plus entre Montpellier et Perpignan. Et les travaux de remise en état s’annoncent longs et coûteux. Comme l’ont récemment souligné la Fédération nationale des associations d’usagers des transports et l’association France Nature Environnement, il n’est plus possible de laisser perdurer une situation qui expose le service public de transport et les populations à des aléas dont nous constatons, années après années, la répétition et l’aggravation. L’accélération du changement climatique est une réalité que nous devons regarder en face. Plus que jamais, il faut doter nos deux villes d’une liaison ferroviaire performante et sécurisée. La Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP) répond à cet objectif. Elle devrait être une véritable priorité. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui. Seule une première étape opérationnelle entre Montpellier et Béziers est envisagée à ce stade. Et encore, sans calendrier ni financement. Autant dire que pour le gouvernement, la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan n’est pas à l’ordre du jour. Or il y a urgence. Et il n’est pas sérieux de repousser ou de détricoter ce projet à l’infini. La LNMP doit être réalisée au plus vite et d’un seul tenant. Jusqu’à Perpignan. En outre, elle doit impérativement être réalisée en conservant sa vocation d’origine ; à savoir permettre la circulation de trains de fret et de trains de voyageurs. Comme c’est le cas aujourd’hui en amont de Montpellier et en aval de Perpignan vers l’Espagne. La mixité fret voyageurs est un élément essentiel de ce grand projet car elle seule permet un véritable report du trafic de marchandises de la route vers le rail. Pour les écologistes, la mixité fret voyageurs est un élément essentiel de ce grand projet car elle seule permet un véritable report du trafic de marchandises de la route vers le rail et, par conséquent, une réduction de la pollution à laquelle sont exposés des dizaines de milliers d’habitants le long de l’autoroute A9. Cette mixité impose le creusement d’un tunnel sous les Corbières pour éviter des rampes que les trains de fret ne peuvent utiliser : ce tunnel aura aussi un avantage très important pour la biodiversité, en permettant à la trame verte de traverser cette ligne.

Cette mixité fret voyageurs justifie l’ambition de la LNMP et les moyens financiers qui doivent y être consacrés. Il serait irresponsable d’y renoncer. Nous en appelons au gouvernement pour que la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan devienne une véritable priorité au service d’une transition écologique des mobilités à l’échelle régionale".

 

Je fais confiance aux autres élus pour dire une somme de contre-vérités mais ce discours d’EELV me sidère car j’attendais mieux de leur part.

 

1 ) Le réchauffement climatique

Au nom du réchauffement climatique faut-il rayer la ville de Sète de la carte ? J’espère que non et en conséquence pourquoi obligés les habitants à se farcir un TER jusqu'à MONTPELLIER St ROCH, puis galérer en tram jusqu'à MONTPELLIER SUD, soit 1h de voyage de plus, s'il n'y a pas d'incidents ! Vous pouvez prendre la question comme vous voulez la ligne existante mérite mieux que l’abandon dans laquelle on la laisse. Donc si les moyens le permettent de bien vivre (comme d’autres) alors ensuite on construit de nouvelles infrastructures si elles sont nécessaires.

2 ) Une ligne nouvelle ou une ligne LGV ?

L’idée du fret circulant sur cette ligne est un leurre pour une simple raison : le fret n’est pas près à payer les péages qui sont ce qu’ils sont sur une LGV ! Il existe en effet un tronçon qui se distingue la Ligne Nouvelle Montpellier-Nîmes mais c’est la seule LGV en France où le fret circule. Quant au côté espagnol les lignes existantes sont telles abandonnées que seules les LGVs permettent à des marchandises de circuler mais à quel prix ? st-ce ce modèle qu’il faut retenir ?

3 ) Les gares

Mettre une gare tous les 80 km (ou même moins) ne peut pas permettre à un train de s’arrêter s’il veut de la vitesse. Donc il pourrait y avoir la construction d’une nouvelle ligne mais ordinaire, sans les contraintes du système onéreuses des LGVs. EELV s’est distingué dans sa lutte contre la gare de Montpellier et pourtant ils veulent la LGV ! Il faut être cohérent : soit on veut de la vitesse et alors il faut des gares excentrées soit la notion de vitesse n’est pas retenue et alors il suffit de renforcer les lignes actuelles et ça s’est possible !

4) Le financement

Le mot apparaît seulement pour signaler l’absence de financement. Et oui donc on attend des propositions de la part d’EELV pour le financement ! Une société de projet ?

Les 56 commentaires de l’article du Midi Libre, presque tous opposées à la LGV, ne manquent pas d’humour et l’un note : « Deux sociétés de financement régionales et non une sinon Bordeaux-Toulouse nous passera bien avant ! »

Un autre note sur le financement : « Je propose que Midi Libre fasse un Tégévéthon en rajoutant un paragraphe dans sa pétition : "je m'engage à verser une somme de .... € pour le financement des travaux de la ligne nouvelle Montpellier Perpignan" ». On imagine les résultats !

Un autre note : « Si c'est juste pour faire teuf teuf entre deux gares distances de 80km le TGV n'a aucun sens économique. A ce prix mieux vaut rétablir les petites lignes qui ont été fermées et qui assuraient un véritable maillage géographique ».

Pour rénover les lignes un lecteur indique : « La ligne Alès-Besseges, elle réouvre quand ? Les travaux étaient chiffrés à 9 millions il y a 7 ans, et aujourd'hui c'est passé à 30 millions... le prix de l'inaction !»

 

Conclusion

Oui cette ligne a subi des dégâts. Depuis plus d’un siècle combien des dégâts ? Si une route subit une inondation, il faut en faire une autre ? N’utilisons pas les émotions d’un jour qui empêche de penser.

Jean-Paul Damaggio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :