Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tout LGV n’a jamais fait l’objet d’un grand débat national et pas plus aujourd’hui que les questions écolos sont mises à toutes les sauces.

Donc tout repose sur les infos locales et pour le GPSO, Sud-Ouest, La Dépêche et France 3.

Il arrive à Sud-Ouest de faire des enquêtes sérieuses quand La Dépêche se contente de relayer les balivernes des pouvoirs toulousains.

France 3 vient de consacrer une émission sur la question suite aux dites balivernes.

Depuis les municipales de 2014 où notre association a été invitée à poser des questions aux candidats aux municipales, je suis dans les fichiers.

Suite aux balivernes de Chauzy une journaliste a été invitée à réaliser «un sujet» et elle est venue me voir pour  une simple question : pourquoi vous êtes contre la LGV ? Comme chacun sait la réponse tient en trois phrases : elle est inutile, il suffit de rénover la ligne existante, elle coûte cher. Mes trois phrases étant trop longue j’ai été invité à les répéter plus brièvement. La journaliste fait son travail qui passe entre les mains du montage et résultat, il ne reste qu’un des trois points avec cependant mention du blog.

«Le sujet» a été récupéré par l’émission « Dimanche en politique» puis est repassé au journal de 19 h le lendemain. Au vu des réactions il est facile de vérifier qu’elle est l’émission qui pèse le plus : les seules réactions reçues ont concerné le passage au journal. Mais comme me l »’avoue une fois un ami : « Je t’ai vu à la télé mais je ne sais sur quel sujet ! ». Comme à  l’émission « Dimanche en politique » les défenseurs du projet ont deux fois plus que les opposants le droit à la parole et les dits défenseurs portent la voie des autorités souvent plus écoutée que l’autre.

Faut-il en déduire qu’il n’y a rien à attendre de l’information ?

Mais l’information ne passe-t-elle pas par les «réseaux sociaux», expression qui me sort par les yeux. Ils n’ont de poids que s’ils se confrontent aux sujets chers aux grands médias ou s’ils les relaient suivant leur propre convenance.

Comme indiqué le Tout LGV n’est pas dans les grands médias. Certains pensaient et répétaient que l’abandon de Notre Dame des Landes entraînerait la mort des autres grands projets inutiles ce qui n’est en rien le cas.

Est-ce à dire qu’il faut baisser les bras ?

Le Lot et Garonne où l’opposition est la plus forte car les balivernes toulousaines ne peuvent y avoir aucun impact a donc depuis longtemps un blog TGV en Albret qui a été redoublé par un site internet préparé par une professionnelle à un tarif très élevé. La Dépense du Midi a été conçu comme une machine de guerre avec à l’appui un facebook qui est au point mort depuis mars 2018, avec des réactions absentes (le site lui-même ayant disparu).

Pour le cas du Pays Basque il y a le CADE. Le site est généraliste et ne permet pas de mesurer spécifiquement le poids de la question LGV d’autant que les Basques ont obtenu que le projet GPSO s’arrête à Dax et le tronçon Dax-Hendaye n’a pas été mis dans l’enquête d’yutilityé publique.

Pour la Gironde je ne connais que le site LGVEA. Il est très documenté mais avec des articles rares.

Pour le Tarn-et-Garonne il existe deux survivants : Les Grandes Vanités et LGV BBV.

Quel bilan ? Les défenseurs du projet ont des arguments (développer des pôles économiques nouveaux) mais ils les habillent autrement car ils sont peu recevables. Exemple : le Conseil général du 82 a créé la zone logistique de Montbartier (650 hectares) en prévision de l’arrivée de la LGV mais le calcul s’est révélé mauvais quand la commune de Bressols a rejoint le Grand Montauban (et non pas le secteur de Grisolles Labastide St Pierre) et obtenu que la nouvelle gare soit sur sa commune d’où un nouveau projet de 650 hectares de zone économique. Ces nouveaux pôles sont en effet l’accentuation des déséquilibres du territoire.

Donc la bataille de l’information est possible du côté des opposants qui ont obtenu des enquêtes d’utilité publique défavorables sur la LGV et sur le secteur Nord Toulouse. Possible mais difficile vu la machine à mensonges peut tourner à plein régime quand le discours de vérité est imperceptible. Il est d’autant plus imperceptible qu’en dix ans – et c’est une stratégie classique – il provoque la fatigue. J-P Damaggio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :