Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sylvia Pinel et la LGV

La Dépêche d’aujourd’hui (dans la rubrique indiscrétions, allez savoir pourquoi) nous découvrons une action pro-LGV de Sylvia Pinel. Nous aimerions qu’elle intervienne avec autant de précision pour la rénovation de la ligne existante mais ne rêvons pas donc étudions le propos de près.

1 ) « Nous attendons la ligne avec impatience » ? Qui est le « nous» ?

2 ) « La seule grande métropole… » et pourtant celle qui se développe le plus sans la LGV !

3 ) La Région Occitanie «a grandement contribué à faire émerger de tels montages financiers.» Mais Sylvia Pinel conseillère régionale peut-elle nous dire combien la Région est prête à verser ? Il faut compenser par le plus simple…

4 ) La situation des riverains ? Il sont de plusieurs sortes : sont-ils impatients ceux qui vont se trouver au bord de la ligne ? sont-ils impatients tous ceux qui vont subir les travaux ? sont-ils impatients ceux qui voudraient rester ? L’irresponsabilité des pouvoirs est considérable quand ils engagent des projets sans avoir ensuite le premier sou pour les réaliser ce qui oblige à faire traîner… 

5 ) La société financière de projet (SFP) ? Autrefois nous avons combattu le principe du PPP et ce principe a finalement été abandonné confirmant ainsi nos dénonciations. Depuis deux ans sur ce blog nous dénonçons la SFP qui est un système bien pire. Déjà pour le cas duGrand Paris donné en modèle bien des élus s'insurgent.

JPD

 

La Dépêche

> Sylvia Pinel met la pression sur le Gouvernement. Très attentive à la ligne grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse que nous attendons avec impatience, la députée PRG Sylvia Pinel a posé des questions précises, cette semaine à Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État aux Transports : «Toulouse est la seule grande métropole française à ne pas bénéficier d'une LGV, a rappelé la députée tarn-et-garonnaise. Le tracé prévu, long de 70 kilomètres, traverse trente-trois communes de mon département. Pouvez-vous me confirmer le calendrier des études, des travaux et de la mise en service de l'itinéraire Toulouse-Bordeaux ? S'agissant du financement, la loi permet la création de sociétés dédiées au financement d'infrastructures de transport. La région Occitanie est particulièrement active en la matière et a grandement contribué à faire émerger de tels montages financiers. Pouvez-vous m'indiquer si les délais seront respectés et quelles seront les modalités ? Enfin, je voudrais vous interroger sur la situation des riverains affectés par le tracé. Depuis le début du débat public, en 2005, de nombreuses familles vivent dans l'incertitude quant à leur avenir personnel ou à celui de leur activité économique. Il est important d'apporter des réponses claires à ces personnes ». La réponse du ministre est pour le moins prudente : «II est évident que la définition d'un plan de financement robuste et partagé est une condition essentielle pour bénéficier d'un tel projet. À court terme, vous l'avez dit, les besoins sont patents et des opérations de désaturation des nœuds de Bordeaux et de Toulouse apparaissent indispensables. C'est pourquoi, dès 2020, l'État sera au rendez-vous et mobilisera plus de 31 millions d'euros d'engagements financiers pour améliorer le fonctionnement de l'étoile ferroviaire de Toulouse, incluant l'engagement des études de niveau projet sur les aménagements ferroviaires au nord de la ville». Reste les acquisitions foncières : «Je vous ferai une réponse écrite, qui sera plus complète », note Jean-Baptiste Djebarri.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :