Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carole Delga n’a qu’un souci : rester présidente de la Région.

Ce n’est possible pour elle que sur une ligne politique allant de la gauche au centre.

Donc un clin d’œil à Moudenc pour qu’au second tour, si elle est face au FN (ce qu’elle souhaite), elle puisse bénéficier du vote du centre.

Donc un clin d’œil à la liste de gauche de Toulouse sauf qu’il y a un problème le désaccord sur la question de la LGV.

Après le score de la liste Archipel elle ne peut plus dire, tout comme Moudenc d’ailleurs : «tout le monde la veut». Le débat est donc réel.

Elle confirme que pour le tronçon Toulouse-Montauban, il fallait dans son esprit une ligne Toulouse-Bordeaux !

Toulouse-Montauban saturé… en heure de pointe. Déjà une saturation relative.

Comme la rocade saturée en heure de pointe imposerait une nouvelle rocade ?

L’erreur grossière à laquelle la liste Archipel ose s’atteler c’est qu’en ayant mis le train du quotidien à la remorque de la LGV, les études sur ce point retardent et les moyens à investir manquent ! Dix ans de perdus et ce n’est pas fini… et les élections de dimanche seront une étape mais une étape seulement vers le bon en avant du train du quotidien qu’il s’appelle TER ou RER.

Précisons qu’entre vouloir une ligne ordinaire en plus et une LGV c’est comme si vous achetez une C1 ou une BMW.

J-P Damaggio

Article de La Tribune

"L'épineux sujet de la LGV Toulouse-Bordeaux

Si les deux protagonistes sont en accord sur leur vision de l'économie, la liberté de manifester, l'éducation, l'alimentaire, l'environnement et la rénovation énergétique et sur le rail, mais en partie seulement.

 

"Je partage, avec Antoine Maurice, l'idée d'une autorité régulatrice des transports à l'échelle de la région. Je souhaite ainsi un vrai RER toulousain sur la zone d'attractivité de Toulouse car le périmètre d'action de Tisséo (autorité régulatrice des transports à l'échelle métropolitaine, ndlr) n'est pas adapté au périmètre des flux entrants et sortants", met en avant Carole Delga.

 

Si sur le RER et la gouvernance des transports le consensus est présent, en revanche cela n'est pas encore le cas sur la LGV Toulouse-Bordeaux, pour laquelle Antoine Maurice et Archipel Citoyen sont opposés, l'estimant trop onéreuse avec une nouvelle taxe sur les acteurs économiques tout en proposant un réaménagement de la ligne existante.

 

"Si on me demande d'ajouter un train en heure de pointe sur le tronçon Toulouse-Montauban (pour le RER, ndlr), je peux pas car la ligne actuelle est saturée. C'est pour cette raison que je défends le projet d'une seconde ligne, réservée aux TGV. Mais c'est un sujet sur lequel nous débattrons en toute transparence et qui fera l'objet d'une construction collective", poursuit l'élue régionale."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :