Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Antoine Maurice est un Vert qui de longue date, à l’inverse d’Onesta, dénonce clairement le projet de LGV en tant que conseiller municipal et délégué à la communauté d’agglomération (voir article sur ce blog)

Il avait sur sa liste François Simon qui est sur les mêmes positions. Les alliances de second tour font que François Simon n’est plus sur la liste mais qu’à l’inverse s’y trouvent des défenseurs acharnés de la LGV. Je me réjouis donc que la question continue de faire débat au cœur des municipales. Notons déjà que pour une ville comme Toulouse où beaucoup pensaient (même parmi les opposants à la LGV car personne n’est à l’abri du matraquage médiatique) que les habitants étaient favorables à la LGV, la liste a fait 27% au premier tour ! Et elle peut gagner au second ! Peut-être faut-il rappeler à Antoine Maurice qu’en réponse à Moudenc et à d’autres, il peut dire :

  • Oui la rénovation de la ligne existante peut créer des emplois.
  • Oui cette rénovation en évitant la destruction de milliers d’hectares va réduire les gaz à effet de serre
  • Oui, il faut investir dans le ferroviaire utile au TER, aux marchandises et aux grandes lignes en pensant aussi à rénover la ligne POLT.

J-P Damaggio

 

Texte repris du blog de Moudenc et communiqué par Claude Semin

que je remercie pour son attention sérieuse au sujet :

Ce samedi 6 juin, le leader d’Archipel, Antoine Maurice, vient de déclarer « Je ne serai pas un maire de plus qui va vendre aux Toulousains une LGV qui n’arrivera jamais ».

Il faut que les Toulousains le sachent : la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse n’est ni un luxe, ni une chimère !

La LGV n’est pas un luxe : Toulouse ne peut rester la seule capitale régionale non desservie par le réseau à grande vitesse. Sa construction créera de l’emploi ; sa mise en service attirera des entreprises ; son utilisation émettra très peu de gaz à effet de serre.

C’est pour cette raison qu’aussi bien la région Occitanie avec à leur tête les présidents socialistes, hier Martin Malvy, aujourd’hui Carole Delga, le département de Haute-Garonne du président socialiste Georges Méric que le président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc, soutiennent ce projet.

La LGV n’est pas une chimère. Antoine Maurice doit être mal renseigné : il devrait savoir que la récente loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019, a fait franchir un pas décisif car le principe même de la ligne et son mode de financement sont désormais actés.

On doit cette issue positive grâce à un intense lobbying des collectivités territoriales auquel a grandement participé Jean-Luc Moudenc comme président de Toulouse Métropole et maire de Toulouse.

Pour que les travaux démarrent au plus vite, le combat et le soutien actif à la LGV Bordeaux-Toulouse doit continuer. L’Équipe « Aimer Toulouse » autour de Jean-Luc Moudenc y prendra sa part !

Isabelle Ferrer et Jean-Michel Lattes

Colistiers de Jean-Luc Moudenc, Équipe « Aimer Toulouse »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :