Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Dépêche frappe fort

Attention Macron, si tu mets La Dépêche en colère, surtout en cette période électorale, elle va sévir. D’où l’incroyable Une d’aujourd’hui ! Et l’article ci-dessous. Le lecteur attentif observera : Marseille-Nice n’est pas une LG V mais une ligne nouvelle, c’est-à-dire la ligne actuelle rénovée. Le projet Marseille-Nice est beaucoup plus vieux que Bordeaux-Toulouse sauf qu’il y a eu des batailles internes concernant le tracé. On a d’un côté un investissement à 3 milliards pour 250 km et de l’autre côté « quelques sept milliards » (dit l’article et la formule est plaisante) pour 200 km ! Et Carole Delga confirme encore qu’elle est prête à commencer les travaux par Toulouse-Agen, une idiotie qui fait peur à la lire ! Encore une fois une opération d’intoxication ! J-P Damaggio

P.S. Observez bien l'image où il est écrit 3 h 10 (meilleur des cas). Un information plus juste que ceux qui disaient moins de 3h. 

La Dépêche Publié le 26/04/2021

Le gouvernement vient d’annoncer une aide financière en faveur de la ligne à grande vitesse Marseille-Nice.  Le projet de LGV Bordeaux-Toulouse pourtant plus avancé, attend toujours des engagements de l’Etat. Les présidents de la Région et de la Métropole toulousaine sont en colère. Le projet de ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse est toujours au point mort. La LGV qui doit relier la capitale régionale à Paris en 3 h 10, attend désespérément les financements de l’Etat. En visite samedi à Toulouse, le Premier ministre Jean Castex n’a pas évoqué ce projet pourtant attendu depuis des décennies. Si l’Occitanie est oubliée, la Provence est mieux lotie. Le gouvernement vient de promettre une enveloppe de plus d’un milliard d’euros pour la LGV entre Marseille et Nice. Mais rien pour Bordeaux-Toulouse. Résultat, la Ville rose reste la dernière capitale régionale sans ligne à grande vitesse. Un non-sens alors que gouvernement veut développer le rail. De quoi provoquer la colère de Carole Delga la présidente (PS) de Région et de Jean-Luc Moudenc le président (LR) de la métropole toulousaine qui réclament un engagement de l’Etat pour boucler le montage financier et enfin lancer les travaux. Carole Delga et Jean-Luc Moudenc ont rédigé dimanche un communiqué commun.

« Nous avons appris avec un grand étonnement qu’un accord avait été trouvé entre l’Etat et les collectivités concernées pour le financement, à hauteur de 3,5 milliards d’euros, de la ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur alors même que le Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), beaucoup plus avancé, n’est toujours pas accompagné d’un financement officiel de l’Etat, regrettent les deux élus. Cette disparité n’est pas admissible alors que cette ligne est inscrite comme prioritaire dans la Loi d’orientation des mobilités et déclarée d’utilité publique depuis 2016 ». La Région et la métropole qui participeront au financement précisent qu’il ne manque que « l’engagement de l’Etat pour démarrer le projet. »

"Oui à la LGV Bordeaux-Toulouse" : signez notre pétition

La Dépêche du Midi soutient la réalisation de la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse depuis sa conception... en 1991. Alors que le projet, malgré les embûches, apparaît bien plus avancé que la liaison entre Marseille et Nice, l’État a pourtant annoncé en fin de semaine dernière le financement de la ligne méditerranéenne avec un engagement à hauteur de 1,383 milliard d’euros.

Un "deux poids deux mesures" qui nous semble particulièrement injuste. C'est pour cela que nous nous adressons à vous. Signez avec nous la pétition que nous mettons en ligne ! Nous demandons solennellement à l'État d'annoncer clairement son niveau d'investissement dans cette infrastructure qui doit mettre la Ville rose à trois heures de Paris.

Soutenez ce projet de désenclavement ferroviaire, faites entendre votre voix.

La Dépêche du Midi

 

Création d’un RER toulousain

Pour rappel, le coût de la LGV Bordeaux-Toulouse (200 kilomètres de nouveau tronçon) est évalué à quelque sept milliards d’euros. Carole Delga espérait encore il y a quelques mois une mise en service « à l’horizon 2 030 ». Mais le temps presse. La présidente a proposé de démarrer le chantier par la partie Toulouse-Agen, menacée de saturation.

Car le gain de temps pour se rendre à Paris n’est pas le seul enjeu. La ligne nouvelle permettra de désengorger le trafic ferroviaire autour de la capitale régionale et de favoriser les trains du quotidien. La Région compte sur les nouvelles voies pour mettre en place un véritable RER autour de Toulouse. Mais c’est toute la région, d’Albi à Cahors, qui profitera des retombées de la grande vitesse grâce au réseau de TER relié à la gare de Matabiau.

Carole Delga n’oublie pas l’autre projet de LGV entre Montpellier et Perpignan. La Région réclame depuis des années la mise en enquête publique du tronçon Montpellier-Béziers. Toulouse est aujourd’hui à 4 h 20 de Paris par le rail et Perpignan à 5 h 10. Il y a urgence pour l’Etat à apporter des réponses.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :