Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Claraco au Bijou

J’adore écouter Robert Claraco même quand je ne suis pas d’accord avec lui. Je l’adore car cet expert ferroviaire reconnu internationalement peut vivre dans un village de l’Ariège sans que ça lui nuise. Notre dernière rencontre remonte à mars 2014 quand avec d’autres nous lui avions demandé une modeste étude sur le Polt. Tout en étant expert il aime rencontrer les simples citoyens. Il avait accepté de venir à Caussade chez Jack Henry et sa compagne comme il a accepté de venir débattre à Toulouse. Son plaisir c’est de réaliser les dossiers qu’on lui commande. Au départ de la LGV Madrid Séville il se souvient de la décision prise et appliquée au moins pendant dix ans : rouler à 260 km/h pour faire une importante économie d’énergie. Les économies d’énergie constituent une de ses obessions. Donc aller de Toulouse à Paris en passant par Limoges, c’est 175 km de moins ! Tout de même ! Oui mais la POLT est trop vieille ? Bien sûr que non et il l’a démontré : on peut faire cette distance en 4 h 30.

Sauf que le temps du voyage n’est pas du tout son obsession. C’est juste pour répondre aux intoxiqués de la vitesse. Son souci c’est plutôt le bien boire et le bien manger je veux dire le bien vivre et voilà que sur les nouveaux TGV on enlève le wagon restaurant ! En fait son souci pour le bonheur de Toulouse s’appelle le train de nuit. Voilà une ville qui est exactement à la distance pour faire le voyage Toulouse-Paris en une nuit ! Certains vont être rétablis ? Mais avec quel matériel ? J’adore Robert Claraco quand il parle du matériel. Par exemple la vitrine du train à hydrogène que la Région va installer sur Luchon Montréjeau. Dans une région de centrales hydro-électriques n’est-il pas plus simple d’électrifier la ligne ? Surtout quand on connaît le prix d’une rame à hydrogène tel qu’Alsthom le propose ! Ne faut-il pas par hasard de l’électricité pour fabrique l’hydrogène ?

Bref quand on écoute Robert Claraco même si on n’est pas d’accord avec lui, on devient un opposant à la LGV Toulouse-Bordeaux ! On en déduit sans peine que le projet est tellement fou qu’il ne se fera pas ! Sauf qu’en même temps l’expert champion en matière de fret ferroviaire explique que pour expliquer la saturation de la ligne actuellement les trains allant de Vintimille à Bayonne quand ils arrivent à Toulouse ils passent par Bordeaux et non pas par Tarbes, nettement plus court ! Car pour disqualifier les lignes existantes les Sommités ne manquent pas d’idées. No amis du Pays Basque ont démontré, preuve à l’appui que Bayonne-Bordeaux devient de plus en plus lent comme hier Bordeaux-Tours. Ceux qui ont travaillé dans n’importe quel service public savent comment ils sont dégradés pour être ensuite supprimés ou réduits. D’ailleurs je n’emploie plus l’expression « service public».

L’étude sur le Polt n’a pas eu suite et c’est bien triste. C’est d’ailleurs un point sur lequel je ne suis pas d’accord avec Robert qui disait hier : « j’espère que la Polt gardera son statut de ligne nationale. » Mais non, les responsables de RFF l’appellent depuis 2010 : ligne TER ! Quand je les ai entendu j’ai demandé de préciser et c’est bien de la Polt qu’ils parlaient ! Ce qui veut dire que la Région va payer pour une LGV qui si elle se fait va l’obliger à payer ensuite pour la POLT !

En mars 2014 c’était juste avant les élections régionales et nous avions été relayé dans notre initiative mais les politiques ont regardé ailleurs.

Je termine ici le premier compte-rendu suite à la réu de Toulouse pour garder pour plus tard le plat de résistance. La conférence va être disponible sur internet et j'attends ce moment pour compléter mon propos. J-P Damaggio.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :