Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’opinion de M. Guyot préfet d’Occitanie

La Dépêche d'hier donne la parole au préfet de région. C'est à tomber par terre ! Il a transporté la Société du Grand Paris à Toulouse, le modèle financier cher à Mme Delga dont les mérites ne sont pas à ce jour évidents.

M. Guyot, bien que préfet ne sait pas ce qu’est une Enquête d’utilité publique (EUP), ce qu’elle coûte à l’Etat, le sérieux de commissaires ? Le 17 juin 2015 elle a rendu un avis défavorable sur le projet GPSO tout comme un peu avant les commissaires des aménagements ferroviaires nord Toulouse (26 février 2015). Les deux dates ne se trouvent pas sur le site du GPSO quand il évoque le parcours du projet, cause peut-être de l’ignorance du préfet !

Un an après, le gouvernement passait outre (il en a le droit) et décidait la DUP et c’est vrai les associations d’opposants ont perdu devant le Conseil d’Etat (pas ceux qui firent enterrer la LGV Limoges-Poitiers).

Voilà que subitement les voyageurs vont se précipiter vers le train ! Le gouvernement a installé des bus à bas coût car ils sont des milliers à préférer mettre plus longtemps et payer moins.

Plutôt que de faire de la prospective, que la SNCF donne publiquement, comme le fait en Espagne RENFE, le nombre de passagers actuels par train. Quand le cabinet Claraco a voulu avoir ce type de données il a dû payer ! Et le taux actuel de remplissage est déjà bien faible ! Comme si le nombre de trains fabriquait les voyageurs quand il faut procéder inversement ! C’est vrai tous les usagers du POLT seront obligatoirement détournés vers la LGV. Est-ce que pour Tours-Bordeaux on a doublé le nombre de trains ? Prospective…

 

Maintenant l’empreinte carbone ? Là je dois me rendre à l’évidence l’argument est juste sauf que… Nous aurions aimé connaître l’empreinte due au chantier. Généralement on parle de 20 ans de circulation des trains pour l’amortir. Pour Bordeaux-Toulouse l’apport extérieur de matériaux pour les remblais représente un enjeu considérable (CF Avis délibéré de l’autorité Environnementale de Janvier 2014-Page 25 à 26) or la région Sud-Ouest en est presque dépourvue. Les émissions générées par la construction du projet GPSO seront, donc, très conséquentes du fait des 5,192 millions de rotations de camions (26 millions de M3 de déblais + 11 millions de Dépôts+ 30 Millions de fournitures diverses).

 

Maintenant le temps de parcours. L’EUP a dit 3 h 11 si le train ne s’arrête nulle part, mais quelle est la référence moyenne. La vitesse ne supporte pas les arrêts… qui sont la raison d’être du train ! Si on adapte le projet au cas moyen des trains Paris-Marseille, la moyenne est de 3 h 42. De toute façon en quoi la vitesse est-elle un enjeu majeur dans un train où il est si facile de faire tant de choses agréables ! Et surtout quand on sait le coût en énergie… Le concurrent majeur du train n’est pas l’avion mais la voiture.

 

Enfin le TER est traité à la fin en tant que dernier souci de l’Etat. Là j’ai la sensation que le GPSO a donné de mauvaises informations : à Bordeaux c’est seulement une troisième ligne et c’est à Toulouse une troisième et quatrième ligne ! Mais les EUP étant le cadet des soucis du préfet…

Le développement du TER n’avait pas à attendre la LGV, il pouvait débuter tout de suite dans le cadre d’une rénovation de la ligne existante. D’autant que depuis 30 ans le Tout LGV en a fait la démonstration : le fret et le train du quotidien furent les victimes !

Quant à l’impôt de quelques euros, il tombe du ciel. Pour dédouaner le gouvernement il est rappelé que ce sont les collectivités locales qui l’ont demandé et c’est vrai. Les citoyens aussi ?

Et enfin le coup de poignard contre le mauvais élève ! « attention vous pas être gentils, alors vous pas de gare ! » Cette dernière réponse n’honore pas le préfet et donne simplement la mesure des pressions exercées sur les élus pour faire voter le protocole. Sauf que pour construire la LGV Bordeaux-Tours il y a eu un protocole mais ensuite à l’heure des chèques 21 collectivités n’ont pas suivi ! La LGV s’est faite tout de même, si bien que Macron en a tiré les bonnes conclusions, RFF devenu SNCF-Réseaux ne peut plus financer, alors prenons l’argent directement dans la poche des contribuables. J-P Damaggio

Pour qui veut lire le propos du préfet voir sur mon autre blog

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :