Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LGV au pôle écolo 82

Grâce à Philippe Sabatier de Grisolles j’ai été invité à participer à un débat sur la LGV aux côtés de Regis Godec, secrétaire régional EELV.

Observons tout d’abord qu’il est exceptionnel qu’un parti politique suscite une discussion publique sur la question. Je parle aussi des partis favorables au projet ! Or Robert Claraco, expert ferroviaire, ne cesse de le répéter : tout ce qui touche à la LGV est politique ! Et la relance du projet par le trio Castex-Guyot-Chauzy en est la démonstration. Avec un sujet aussi vaste comment le présenter en trente minutes ? J’ai voulu retenir trois dates précises.

Le 16 avril 2016 : Victoire au Conseil d’Etat des opposants à la LGV Limoges-Poitiers, moment qui a disparu des radars or il a deux avantages : il prouve que la lutte paie et que la POLT n’est pas morte.

Le 17 juin 2015 l’avis défavorable des commissaires enquêteurs de l’EUP qui prouve que les opposants ne sont pas seulement quelques hurluberlus et d’ailleurs cette date disparaît du site officiel du GPSO.

Le 28 février 2011 quand François Simon ne se contente pas de 7 minutes pour dire NON à la Convention de Financement (donc au PPP pour la LGV Bordeaux-Tours) mais parle 16 minutes sans que Malvy puise l’arrêter. Le PPP étant hors circuit il fallait inventer autre chose d’où l’idée de Chauzy de reprendre le modèle du Grand Paris. Et là du 21 novembre 2018 au 18 juin 2019 le gouvernement est passé d’un NON à la société financière de projet à un OUI. D’où la relance du projet par Castex et comment l’arrêter ?

Regis Godec a apporté à son analyse avec laquelle j’ai été d’accord pour l’essentiel. Il a noté que j’avais mentionné deux personnes membres d’EELV mais j’ai précisé que nous avions constaté des différences d’approches à EELV. D’ailleurs après son intervention François Simon a été marginalisé dans le Conseil régional.

Le débat a pu apporter quelques éléments supplémentaires :

  • Sur la destruction des terres qui n’avait pas été mentionné
  • Pour préciser que la référence aux 250 mètres n’était qu’un leurre (un de plus) les expropriations ne concernant que 80 mètres
  • Pour indiquer qu’une EUP sur l’eau est lancée à Verlhaguet pour voir les incidences de la LGV sur la question
  • Sur la clause de compétence générale qui fait que la décision de la mairie de Grisolles d’aider des commerçants a été retoquée par le préfet car la compétence économie est seulement de compétence intercommunale. Mais alors pour la LGV ?
  • Pour noter des évolutions au sein de la population en faveur de la LGV
  • Pour insister sur le fait que le rapport des forces ne nous est pas favorable
  • Etc.

Une discussion de plus mais surtout entre personnes convaincues des méfaits de la LGV (une vingtaine de présents dont presque la moitié d’Alternative LGV Midi-Pyrénées), ce qui a permis un échange des dernières informations, mais par pour déterminer des moyens concrets à mettre en œuvre pour arrêter le projet. La réunion Claraco a Toulouse avait été du même ordre. J-P Damaggio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :