Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LGV et Poutou

A Bordeaux, en alliance avec LFI, Pouton pour le NPA est devenu conseiller municipal et à ce titre il siège à la Métropole. En conséquence quand est venu le débat sur le financement de la LGV il a voté contre et voici son explication :

« Oui il est nécessaire de sortir du tout voiture et du tout camion, mais ça ne passe pas par la LGV, il y a évidemment d’autres solutions, moins coûteuse, plus sociale, plus adaptées à l’intérêt général. Et une solution qui ne détruit pas des milliers d’hectares de bois ou de terres agricoles.

Il est en effet aberrant de construire une voie ferrée en parallèle d’une existante, tout ça pour gagner quelques minutes, tout ça pour dans plusieurs années. Cela montre le pouvoir de nuisance des pouvoirs politiques, de l’Etat aux collectivités territoriales, de leur refus incroyable d’écouter les opposants avec des arguments techniques, scientifiques ou encore sociaux.

La LGV c’est un truc de droite, un truc libéral, un truc pour les riches, un truc pour des interêts privés et d’une minorité mais bien payé par la collectivité. Le TVG est déjà hors de prix pour les milieux populaires. »

Je suis presque totalement d’accord avec le propos à un détail prêt : « La LGV c’est un truc de droite » (1).

Depuis des décennies le plus ferme soutien à la LGV s’appelle le PCF et son allié la CGT cheminot (2). Pourquoi ? Car le couple TGV-LGV c’est la gloire industrielle de la France ! Bien sûr il existe des éléments de la CGT ou du PCF qui sont critiques et encore dernièrement ils disent : l’Etat pourrait financer davantage comme ils disaient hier le PPP n’est pas bon mais partout où il y a des élus PCF, non seulement ils soutiennent par leur vote (et Poutou a pu le vérifier à la Métropole de Bordeaux)  mais ils dirigent les opérations comme tous les vice-présidents transports communistes en Midi-Pyrénées et Occitanie aujourd’hui.

Cette question n’est pas un point de détail mais manifeste au contraire une évolution profonde de la CGT cheminot où les dirigeants sont de plus en plus des éléments de la haute classe de l’entreprise, d’où la naissance de Sud Rail (pas de position publique forte en matière de LGV).

Et cette position du PCF rejoint la position du PS, la seconde force la plus LGV depuis des décennies car ce parti a quitté la défense des classes populaires pour celles des classes moyennes.

Et alors la droite ? Contrairement à une image classique elle se doit, pour pouvoir gouverner, de garder un lien avec les dites classes populaires d’autant plus qu’elles sont abandonnées par la gauche. Seul Sarkozy a fait avancer le tout LGV, et encore, nettement moins qu’Hollande.

L’énigme vient plutôt du FN devenu RN un parti qui semble naviguer à vue sur ce dossier. On aurait pu le croire fortement opposé à ce dossier mais ce ne fut jamais le cas à Toulouse où il a toujours reproché au PS sa lenteur ! A Bordeaux on vient de le voir avec le vote sur les finances, le RN reste profondément attaché au tout LGV, mais a refusé le mode de financement (ce que le PCF aurait pu faire). L’idée c’est que le TGV c’est la grandeur de la France et que l’investissement a toujours du bon !

En conclusion pourquoi ni Mélenchon ni Poutou, opposés à la LGV n’ont, à ce jour et à ma connaissance, fait de GRANDE déclaration publique pour faire connaître leur position ? Car il serait mal venu de chagriner les cheminots ! Poutou à Bordeaux était bien placé déjà avec le cas Bordeaux-Tours mais si je compare avec le cas de l'aéroport Notre-Dame des Landes le tout LGV est oublié. Côté Mélenchon il fut au départ favorable au tout LGV puis il y a eu un évolution au fur et à mesure que Mélenchon a voulu mettre du vert dans son rouge. D'ailleurs si la France a un parti EELV très présent cela tient à la gauche française à assumer les questions d'écologie. Pour d'autres raisons l'Allemagne est le seul autre pays où les Verts sont puissants. J-P Damaggio

1 ) Une déclaration du NPA 31 en réponse à Moudenc mais Moudenc n'est pas plus pro-LGV que Delga et le PCF

2) Déclaration de la Coordination Nationale du Rail (CNR) dirigée par un ancien dirigeant des Cheminots :

Les positions des organisations progressistes sont partagées sur la LGV Bordeaux-Toulouse, la CNR n’a pas mandat pour trancher ce dossier complexe."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :