Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des élus de Gironde contre la LGV

Cet article est surprenant. On découvre qu'à l'initiative d'un maire d'une petite commune 80 élus se mobilisent. Personnellement, comme toujours, je considère que touue action est positive ce qui ne m'interdit pas d'en pointer les limites. Ainsi nous avons vu Hurmic lancer une grande pétition que bien sûr j'ai signé mais le site n'a rien fait de plus. Va-t-il rejoindre le groupe ? Deuxième point : l'alliance avec les élus du 47 est impérative mais aussi avec d'éventuels élus d'occitanie. Parmi les élus mobilisés certains sont sincères et ils n'ont pas attendu cette réunion pour alerter l'opnion. Je pense au maire de St-Médard. Mais les deux sénateurs qui ont voté pour la création des EPL, soit ils étaient inconscients soit ils étaient... inconscients ! Récupérer le texte du Conseil d'Etat serait cependant une très bonne chose. Je comprends que face à la situation ils veuillent agir et comme les sénateurs sont des élus des petits maires en question... Bref à suivre. JP Damaggio  

Article Sud-Ouest

 Les 80 élus girondins opposés à la LGV se sont réunis à Balizac vendredi 25 mars. © Crédit photo : J. J.

Par Jérôme Jamet - j.jamet@sudouest.fr - Publié le 26/03/2022 à 16h05 - 

Plusieurs dizaines d’élus girondins, parmi lesquels le président du Département et cinq sénateurs, opposés à la LGV, se sont constitués en collectif afin de mobiliser l’opinion publique et de réorienter les budgets vers les trains du quotidien

Il s’est passé quelque chose dans la soirée du vendredi 25 mars dans la petite commune de Balizac, en Sud-Gironde. C’est du moins ce que veulent croire les 80 élus de tous bords réunis par le maire d’Origne, Vincent Dedieu, pour réactiver le Collectif des élus des territoires sud-girondins traversés et impactés par la ligne de train à grande vitesse (LGV).

Dans le foyer municipal du village, qui pourrait être un jour coupé en deux par les rails, on compte des maires d’une quarantaine de communes, des conseillers départementaux et régionaux, cinq sénateurs et le président du Département Jean-Luc Gleyze. « Ce que l’on représente, ça a du poids, ça interpelle », souligne Vincent Dedieu, encore assez surpris d’avoir fait déplacer tout ce personnel politique.

Après plus de deux heures de prises de parole, le réveil du collectif sonne comme une mobilisation générale pour empêcher la réalisation du projet de LGV vers Toulouse et Dax qui modifiera à jamais le territoire. L’objectif des élus est d’entraîner l’opinion publique contre ce projet et de réorienter les budgets vers le réseau des trains du quotidien.

Personne ne m’a jamais dit qu’il a besoin d’aller plus vite à Toulouse ou en Espagne »

« On croyait que c’était un sujet du passé. Et puis l’État a tout accéléré. Mais non, ce n’est pas trop tard. En tant qu’élus, nous avons un territoire à défendre. Il faut agir si on veut pouvoir se regarder dans une glace », a introduit Vincent Dedieu, qui faisait partie de la liste du président socialiste de la Région Alain Rousset.

L’appel au maire de Bordeaux

Coprésidé par Jean-Luc Gleyze et Christian Tamarelle, maire de Saint-Médard-d’Eyrans, le collectif renaissant va revoir ses statuts et sans doute son nom afin d’agréger plus largement toutes les forces politiques opposées à la LGV. L’appel a notamment été lancé en direction du maire de Bordeaux Pierre Hurmic.

« Oui, la LGV risque de se faire. Des gens s’en sont occupés, le Premier ministre et les présidents des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, a pointé Christian Tamarelle. Toutes les communes, même celles qui ne sont pas sur le tracé, seront affectées par dix ans de chantier et des nouveaux itinéraires routiers. Et puis il y aura un impôt collectif que tout le monde va payer. »

Combien ? C’est l’une des questions soulevées. Le coût de la LGV annoncé à 14 milliards d’euros paraît à tous largement sous-estimé. On pointe l’inflation des prix des matériaux accentuée par la conjoncture liée à la guerre en Ukraine.

Alain Rousset invité

« La période n’est plus à la gabegie d’argent public, a enchaîné le président du Département. Aujourd’hui, il faut répondre à la question de la mobilité du quotidien. Personne ne m’a jamais dit qu’il a besoin d’aller plus vite à Toulouse ou en Espagne. »

Jean-Luc Gleyze a lui aussi insisté sur « l’impact majeur en termes de fiscalité » qu’entraînera la LGV. « Il faut faire valoir notre voix auprès de nos administrés, des contribuables qui auront à payer demain. »

Alerter l’opinion publique, mobiliser comme dans les années 2000-2010 les populations, tel est le levier essentiel que veulent actionner les élus. Comment ? En organisant des manifestations publiques, en martelant des messages forts. Ils veulent aussi atteler à leur collectif les viticulteurs, les sylviculteurs, les chasseurs. Et faire converger la lutte avec les élus du Lot-et-Garonne.

Mis au courant de la réactivation de ce collectif, Alain Rousset avait convié son ancien colistier Vincent Dedieu à une entrevue. Le maire d’Origne avait décliné, souhaitant d’abord prendre l’avis du collectif. Vendredi soir, les élus ont décidé de décliner l’invitation, tout en proposant que ce soit plutôt le président de Région qui vienne à leur rencontre.

Des recours encore possibles ?

Les sénateurs Florence Harribey et Hervé Gillé ont assuré qu’ils porteraient le fer au niveau parlementaire. « Ce projet est en totale contradiction avec les textes, notamment la loi d’orientation des mobilités », a souligné la sénatrice. Hervé Gillé estime que la bataille sur le plan de financement de GPSO n’est pas terminée. L’élu travaille à obtenir l’analyse financière du Conseil d’État. « Elle n’est pas publique. C’est un fonctionnement antidémocratique. » Enfin, Michel Dufranc, maire de La Brède et conseiller départemental d’oppsotion, avance lui aussi que des recours sont possibles. Vendredi soir, il a proposé à Jean-Luc Gleyze de suspendre le financement du projet de RER métropolitain (170 millions d’euros) qui se retrouve aujourd’hui, selon lui, dans « le pot commun » du plan de financement de la LGV. « Je suis sûr de l’engagement de Jean-Luc Gleyze contre la LGV. On le suivra », a soutenu Michel Dufranc.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :