Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RER-LGV toujours l’embrouille

Les autorités prétendent depuis toujours que la LGV c’et bien pour le train du quotidien au sud Bordeaux et au nord Toulouse. Or nous savons que c’est faux mais si je puis dire, encore plus à Toulouse qu’à Bordeaux… A Toulouse il n’y a pas de projet précis de RER, c’est-à-dire le projet de « l’étoile toulousaine » car le TER n’est pas seulement sur Toulouse-Montauban où justement ils veulent faire deux lignes en plus en oubliant les TER vers Auch, Albi, Muret, Tarbes. A Bordeaux il y a un projet plus précis et plus vaste que le seul projet vers Langon où il est prévu une ligne de plus.

Bref le TER c’est la responsabilité de la Région mais le département de la Gironde a proposé 170 millions pour aider ce train du quotidien.

Or le cas de Toulouse est parlant : le projet LGV s’il prétend aider Toulouse-Montauban n’hésite pas à se moquer du reste ! La LGV c’est le boulet qui pèse sur les trains du quotidien depuis des lustres. Bref Sud-Ouest a consacré une page à la question :

« L’élue verte, Christine Seguineau, dénonce « un de tour de passe-passe » : « Les 170 millions du CD 33 vont en réalité se substituer au financement de la Région prévu initialement dans la feuille de route du RER. Cela permet à la Région de consacrer 170 millions supplémentaires au GPSO (Grand Projet du Sud- Ouest, NDLR. »

Pas de chèque en blanc

Contacté par « Sud Ouest » à la suite du vote des élus régionaux, le président Jean-Luc Gleyze égratigne la présentation faite par la Région. « Il faut juger un vote départemental à l’aune d’un vote des conseillers départementaux. Aujourd’hui, il n’y a eu qu'un vote sur une déclaration d’intention (22 novembre 2021). Rien n’a été versé à la Région. » Pour résumer : le Département a inscrit la somme de 170 millions en haut du chèque mais attend de discuter dans le détail avec ses partenaires avant de le signer. Jean-Luc Gleyze compte bien poser de nouvelles conditions avant de soumettre le dossier aux élus girondins. L'élargissement du périmètre du RER« est une bonne nouvelle ». Ce n'est qu’une étape. L'élu veut intégrer Blaye et la Réole : « Au sud, on ne peut pas s’arrêter à Langon... » »

Le débat se tient sous l’œil des opposants à la LGV qui ont eu une large place sur Sud-Ouest.

 

« Les anti-LGV interpellent le président du Département

Une lettre ouverte a été rédigée, dimanche dernier, par les associations anti-LGV à l’attention de Jean-Luc Gleyze. Parmi les signataires : Les Amis du Barthos, les Amis de la terre des Landes, Bassin d'Arcachon écologie, Cade, LEA, Sepanso, Trans’Cub, Vive la forêt. Ils demandent au président du Département de ne pas verser les 170 millions d’euros à la Région dans le dossier du RER Métropolitain. Ils estiment que cette somme permet de financer la Ligne à grande vitesse (LGV), grâce à un jeu de vases communicants. Dans un premier temps : « Nous vous proposons d'annuler les 120 millions versés à la Région Nouvelle-Aquitaine pour des opérations qu’elle a déjà prévu de financer elle- même, lui permettant de consacrer ses 120 millions pour la LGV. » Dans un deuxième temps : « Nous vous proposons de geler les 50 millions pour le financement de la ligne du Médoc tant que vous n’êtes pas assuré de sa réalisation. » Jean-Luc Gleyze compte répondre à cette lettre ouverte dans les prochains jours. L’élu de Captieux a conscience que le fossé avec les associations anti-LGV est en train de se creuser. Il regrette « un procès d’intention permanent » alors que le Département n'a encore officiellement validé aucun financement. »

               

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :