Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toulouse-Paris en TGV en 8 h !

Les anomalies dans le train sont permanentes. Je ne rappelle que cet exemple : ICI

Le jeudi 24 mars le TGV 8516 Toulouse-Paris-Montparnasse est annoncé à l’heure à 16 h 45 pour un départ à 17h 28 quai 1 à la Gare Matabiau à Toulouse. En arrivant quai 1 la situation est bien différente ! Une foule qui attend. Des trains supprimés. Les haut-parleurs annoncent un incident sur un train de fret au niveau de Montbartier et donc un retard d’environ 20 minutes. Au bout de dix minutes il est annoncé qu’ils cherchent toujours un moyen de régler le problème mais le retard reste de 20 minutes, puis de 30 puis de 40. La lueur d’espoir c’est qu’à 17h58 un TER arrive enfin de Montauban avec une heure de retard. Des voyageurs bloqués qui ont attendu tout ce temps !

Pour un TGV qui devait partir à 17 h 28 les voyageurs peuvent enfin se reposer dans le train à 19 h ! Ils imaginent que la galère s’achève. Ils arriveront à Paris avec 1h 30 retard et la foule des TER va pouvoir rentrer chez elle après une dure journée de travail. Les uns les autres se racontent les exploits de la SNCF, trains supprimés, retards permanents, correspondances ratées…

Pour le TGV, le plus grave se produira ensuite. Sur les LGVs la maintenance se fait la nuit et en particulier à Massy, en conséquence vu le retard du train, le TGV va devoir être détourné ! Il n’était pas possible d’arrêter les travaux à Massy ?

Donc à St Pierre des Corps, le TGV quitte la LGV et va se retrouver à Orléans pour prendre la bonne et vieille ligne POLT ! Au total avec 8 h de retard le TGV entre en gare de Montparnasse à une heure où le métro ne fonctionne plus…

Faut-il en déduire que la ligne LGV devient encore plus urgente ? C’est ce que pourraient répondre le trio Moudenc-Delga-Chauzy. Une façon de conclure que je ne partage pas. Si en effet avec la LGV le TGV n’aurait eu aucun problème, pour le TER la situation aurait été aussi catastrophique comme pour le fret. De plus s’il faut attendre dix ans pour soulager l’univers TGV… Avec beaucoup moins de 14 milliards d’euros, que de miracles pourraient être faits pour améliorer l’existant côté fret, côté TER et donc côté intercités (l’intercité Toulouse-Paris par Limoges était lui aussi bloqué) ! Améliorer l’existant c’est un bien global pour le train. Un exemple ? Avec un système de signalisation moderne qui permet d’augmenter la circulation des trains la situation évoquée aurait déjà pu être nettement améliorée ! J-P Damaggio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :