Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un avenir à la ligne Auch-Agen ?

Voici une ligne fermée depuis longtemps dont le retour est en discussion. Si des mots, les autorités passent aux actes, bravo. Mais je crains qu'il n'en soit rien. La LGV c'est 14 000 000 000 euros et là c'est juste environ 4 000 000 ! JPD

La Dépêche De 2,2 à 5,8 millions d’euros

La restauration de la ligne Auch / Agen est évoquée depuis des années par les élus locaux, et les Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine ont œuvré à un plan de financement, pour lequel l’Etat avait été naturellement sollicité. Le transport de marchandises était ciblé, mais lors de son discours du mois dernier le Premier ministre avait insisté sur "les lignes fines de desserte du territoire", donc au profit des passagers. Et pour Auch / Agen Jean Castex avait fait un premier pas : l’objectif des deux Régions "est de rouvrir en 2023 au trafic de fret. L’Etat avait déjà donné son accord, c’était en 2019, avec une participation à hauteur de 30 % sur les travaux. On a même réévalué le montant dans le cadre du volet mobilité du Contrat de plan État-Région. Et là aussi, dans le cadre des discussions qu’il y a sur la clé de financement, j’ai demandé à ce que le soutien de l’Etat, qui était prévu à ce stade à 2,2 millions d’euros, soit porté à 5,8 millions dans les discussions qui vont s’ouvrir".

Mais alors que la cause du fret était acquise, dans ce courrier Jean Castex prend également fait et cause pour le transport de passagers : "J’ai également décidé de faire évoluer la position de l’Etat, afin qu’il accompagne les études en vue d’une éventuelle réouverture du trafic voyageurs sur la ligne, dans la perspective de l’arrivée de la ligne à grande vitesse en site propre à Agen."

Chaque mot est pesé, mais l’idée est claire : si le réseau entre Auch et Agen est rénové pour le transport de marchandises, il est inconcevable que cette ligne ne bénéficie pas aux habitants du Gers. D’un côté des conteneurs de céréales et autres denrées partiraient sur Agen, alors que les voyageurs continueraient à prendre le bus avec leurs valises ? Quelle avancée dans le "désenclavement du Gers" cher à Jean Castex…

Le Gers paye pour la LGV Toulouse / Bordeaux, au contraire du Lot-et-Garonne…, et prendre le bus pour rallier les gares d’Agen, Montauban ou Toulouse serait une hérésie si la ligne de fret était restaurée.

"Soyons clairs…"

Par-delà ce courrier (adressé aussi au président de l’Agglo d’Agen Jean Dionis), Jean Castex réaffirme le rôle clé de la gare LGV d’Agen qui se fera bel et bien, malgré ses menaces et le refus de financement sur lequel le conseil départemental de Lot-et-Garonne reste arc-bouté. "Je sais que les Gersois ont pu concevoir quelques inquiétudes sur l’affaire dite de la gare d’Agen, lâchait-il le 14 février, faisant référence à l’interview exclusive qu’il nous avait accordée […] Ceci dit, soyons clairs, la gare d’Agen est dans la déclaration d’utilité publique (DUP), on ne va pas l’enlever. Par reflet, si on enlève la gare d’Agen de la DUP, on repart à zéro. Personne ne souhaite ça. Mais la DUP autorise à la réaliser. Alors nous restons maîtres des délais et des conditions de réalisation…" Retenons donc qu’il y aura sans doute une ligne passagers entre Auch et Agen, et un jour ou l’autre une gare LGV à Agen. Mais tout est dans le "timing"

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :