Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Caussade l’association TEG (Tous Ensemble pour les Gares) se bat depuis des années pour améliorer le service ferroviaire. Participation à divers regroupements (Urgence Polt, coordination Midi-Pyrénées transport), actions multiples et cependant le service du train continue d’aller de mal en pis. Pour l’ambiance je retiens cette anecdote.

Un homme se présente à la gare pour prendre un TER direction Cahors, ville où il va pouvoir prendre le train pour Paris dont il a le billet.

- Désolé mais ce train n’est pas là aujourd’hui, lui dit-on au guichet.

- Que puis-je faire alors ?

Petite discussion et pendant ce temps… le train en question entre en gare !

 Des histoires de ce genre vous en trouverez plusieurs sur ce blog. Je pense à ce jour où au guichet à Castelsarrasin on ne voulait pas nous vendre un billet pour un train qui n’existait pas, et que pourtant nous avions repéré sur Internet. Nous avons dû revenir chez nous pour imprimer l’information et alors au guichet il a téléphoné à un grand chef qui lui a confirmé que le train existait mais pas accessible normalement au guichet !

 Des histoires de ce genre, c’est Kafka en live qu’ils disent en anglais !

 Les histoires de ce genre ont des raisons diverses ; la plus sensible c’est celle de l’argent.

Un TER a été supprimé à Caussade et tout le monde se demande pourquoi d’autant qu’il était à une heure de pointe ! A cause des travaux ? Total, la SNCF a demandé au Conseil régional une rallonge financière, que cet organisme a refusé de payer et en réaction la SNCF a supprimé ce train ! A part ça le dieu « Plan rail » est une merveille !

 Je l’avais entendu à Toulouse et voilà que je l’entends à Caussade : des voyageurs si tassés qu’ils occupent à plusieurs… les toilettes ! Des voyageurs qui ont leur ticket transport et qui ne peuvent pas monter ! Des voyageurs qui découvrent que parfois il y a un wagon de plus et c’est parfait mais parfois le dimanche soir ce wagon n’y est pas et c’est galère. Et à chaque fois la question : Pourquoi ?

 Pour répondre la loi SRU a invité les Régions à créer des comités de lignes qui permettent régulièrement de mettre à plat les dysfonctionnements afin de les comprendre d’abord, de les résoudre ensuite. Mais voilà, autrefois les lois, c'était des impératifs (j'en suis resté à ce stade) et maintenant ce sont parfois des conseils !

 Kafka c’est quand on vous dit : les quais ne sont pas assez long pour l’arrêt de ce train ; puis ailleurs ont dit aux voyageurs avec même train et même quai : montez devant vu que les quais ne sont pas assez longs !

Qui est dans le collimateur de la SNCF ? les petits arrêts ! Dieupentale-Caussade, c’est pas dans l’ordre des choses ; Grisolles-Castelsarrasin, c’est pas dans l’ordre des choses. Montauban-Toulouse ça c’est du solide. A la rigueur Caussade - Castelnau-d’Estretefonds. Pourquoi Castelnau ? Dans le plan à plusieurs tiroirs de la SNCF le carrefour ferroviaire s’est déplacé de Montauban à Castelnau et au premier abord l’usager n’y voit que du feu. Puis, à l’usage justement, chacun commence à comprendre. Un carrefour c’est le lieu où il y a les correspondances. Montauban n’est plus au carrefour de deux grandes lignes Polt et Toulouse-Bordeaux car la ligne Polt n’est plus considérée comme une grande ligne.

J’entends d’ici la SNCF : vous avez des problèmes particuliers et nous on gère l’intérêt général. Si le lundi à Caussade il y a le marché, ce n’est pas une variable possible. Si le dimanche les étudiants entrent sur Toulouse ce n’est pas une variable possible. Si beaucoup de retraités sans voiture s’installent près des gares, ce n’est pas une variable possible. Etc.

 Mais alors pourquoi autrefois la SNCF avait un schéma d’organisation qui pouvait tenir compte de toutes ces variables et pas aujourd’hui ?

 Quand la SNCF a refilé aux Régions le TER c’était le signe clair d’une division politique : aux Régions à s’occuper du peuple et à nous la grandeur des grandes lignes ! La SNCF s’est tronçonné suivant les principes de la vie industrielle où l’un visse un boulon pendant que l’autre ajoute une pièce que le suivant fixera par un autre boulon…

En conséquence on a créé plusieurs établissements et le conducteur de TGV ne peut rien pour la conduite d’un TER (et inversement) en conséquence quand il y a un problème ça devient une catastrophe. Les gens d’astreinte pour parer l’imprévu ne sont plus là et même nous avons un ami en région parisienne, cheminot à la retraite que la SNCF appelle parfois car les travailleurs d’aujourd’hui ne sont pas au fait d’une vieillerie à un aiguillage !

 Kafka sur toute la ligne… Des voyageurs ne peuvent plus bénéficier du train à cause du changement d’horaires, ils s’organisent en co-voiturage et la SNCF qui l’apprend envoie une lettre de menace pour concurrence déloyale ! Il y a la grève du lundi, la SNCF installe un bus qui se trouve être plus favorable en matière d’horaire que le train en question !

 Que faire ?

1 ) Déjà parler comme l’a permis l’AG de TEG. Ne pas se sentir seul. Etudier la question. J’ai appris par exemple qu’il y avait autant de Montalbanais qui vont travailler à Toulouse que l’inverse. Une telle réunion c’est déjà une action.

2 ) Exiger plus d’informations de la SNCF et du Conseil régional car si on ne veut pas que chacun en reste à son intérêt personnel alors il faut donner les moyens d’avoir une vue d’ensemble. Donner des rapports d’étude, mettre en place les fameux comités de ligne.

3 ) Envoyer des lettres ouvertes aux autorités politiques pour dire le mécontentement.

4 ) Se préparer pour qu’aux prochaines élections (municipale puis européennes en 2014) la question du train soit au cœur d’un débat politique sérieux. Le train c’est l’avenir, la France possède un outil gagné par les générations précédentes qu’il ne faut plus laisser péricliter.

La tâche est difficile mais nous n’avons jamais vu (ou si peu) des pouvoirs cherchant à nredre faciles les luttes démocratiques. J-P Damaggio

 

Tag(s) : #action associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :