Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 J'ai fait deux fois le voyage dans cette Italie autonome et il m'est arrivé d'en rapporter quelques anecdotes familia-les. Il se trouve que cet article rencontre quelques préocupations... JPD 

 

Il Fatto Quotidiano Alberto Crepaldi,

Catastrophe à l'aéroport de Bolzano, voulu par Luis Durnwalder

18 Mars 2013

Les temps sont durs pour Luis Durnwalder, gouverneur depuis 24 ans, « Roi » incontesté de la riche province de Bolzano-Bozen. Poursuivi suite aux accusations du Procureur régional de la Cour des comptes, pour avoir utilisé 1,6 millions d’euros des ressources publiques à des fins personnelles. Ensuite pour la plainte, pilotée par Robert Schulmers, - Procureur de la comptabilité du Tyrol du Sud au cœur de l'enquête de la magistrature sur l’utilisation du petit trésor cité- pour avoir sollicité le Palais du Quirinal pour qu’il persuade le dit Schulmers de se calmer..

Mais aussi parce s’effondre son rêve, caressé depuis plus de dix ans, consistant à avoir un aéroport qui connecterait Bolzano avec le reste du monde. Un rêve dont le coût jusqu'à aujourd'hui, monte à près de 70 millions d’euros. Sans avoir atteint aucun des objectifs ambitieux défini pour justifier des investissements irréalistes. Y compris l’objectif de faire arriver en avion la plupart des 6 millions de touristes qui viennent chaque année du Tyrol du Sud.

La structure à la périphérie de Bolzano, fortement voulu par Durnwalder, n'a jamais « décollé », et aujourd'hui, elle est complètement inutilisé. Comme en a témoigné récemment que l’émission spéciale Presadiretta dédiée aux trous générés par les petits aéroports qui ont parsemé la péninsule.

A l'aéroport de Bolzano il y a aucune trace des passagers arrivés, au départ ou en transit. Les salles d'attente et les bureaux sont désertés. Tandis que les quelques avions qui atterrissent et décollent sont pour la plupart des privés, animés par le désir de survoler les paysages magnifiques des dolomites de la zone.

Le seul vol régulier existant – Rome – Bolzano – n'est plus opérationnel depuis des mois. Air Alps, la société qui devait assurer les vols jusqu'en juin, a en effet abandonné avant l'expiration du contrat. Pour les problèmes budgétaires, mais aussi pour des conflits irrémédiables avec la province. Qui, en outre, ainsi que le Trentin Haut-Adige a investi dans la société autrichienne, un peu moins de 6 millions.

Dans les prochains jours la confirmation devrait tomber que personne ne s’est présente par le deuxième appel d’offre. Le fait demeure qu'il est difficile de comprendre le sens d’un aéroport qui fait perdre ces dernières années des millions d'euros. Juste pour effacer les pertes de ABD aéroport Spa – société de la province de Bolzano, qui gère depuis 1999 le Terminal –un peu moins 20 millions d’euros ont été nécessaires.

À tout ça s’ajoutent presque 4,4 millions euro, avec lesquels, dans le dernier exercice, le capital social a été augmenté de 5 à 9,4 millions.

 

[Malgré l’insuccès] il a été, en 2010, décidé de refaire et agrandir le terminal, pour un coût de 6 millions. Ou lorsque on mettait plus de 3,2 millions d'euros pour financer directement le vol Bolzano-Rome, qui sinon aurait un coût encore plus prohibitif.

Sans tenir compte de ce chapitre, pour l'aéroport en juillet dernier, la junte dirigée par Luis Durnwalder a décidé une dépense supplémentaire de 27 millions d'euros. 

Tag(s) : #l'international

Partager cet article

Repost 0