Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La séance publique du Conseil général du 82, de ce 5 juillet, inaugure une nouvelle ère, celle du tout va bien. Auparavant, il y avait le chapitre, critique du gouvernement de droite par qui arrivaient tous les malheurs, mais à présent c’est terminé. D’ailleurs à parler du gouvernement il a été rappelé que depuis 30 ans c’est la dernière séance de Jacques Moignard, qui va devenir député le 22 juillet (suppléant de la ministre Mme Pinel), permettant l’arrivée d’une femme dans la belle institution. Nous supposons également que nous avons un nouveau Conseiller régional à la place de la même ministre. Pour symboliser la nouvelle ère prenons un exemple avec l’A.P.A. et le R.S.A.

Le TetG a 6653 bénéficiaires de l’A.P.A. soit une faible augmentation par rapport à 2011, sauf que le nombre de ceux qui sont en établissement prend une plus large part (2220). Précédemment nous avions droit à un tableau démontrant la faiblesse des versements de l’Etat par rapport aux sommes attendues. Il est à craindre que ce retard persiste même avec le gouvernement Hollande donc n’en parlons plus. De même pour le R.S.A. qui a 5760 bénéficiaires en TetG.

La réforme des collectivités territoriales qui a suscité la grande colère des élus de gauche semble faite pour durer… Je l’avais remarqué en écoutant la présentation de la session du Conseil général du 47, par son président socialiste.

Il a été également question des employés du Conseil général avec, là aussi, une brin de satisfaction : le TetG dépense seulement 188 euros par habitant pour le personnel de l’institution quand le Gers est en haut de l’affiche avec 255 euros et le Tarn tout en bas, juste après le Tarn et Garonne avec 132 euros. A parler du personnel notons que le mot LGV a été prononcé puisque pendant l’été Monsieur Binos (monsieur LGV) va bénéficier de l’aide d’une stagiaire.

Le tout va bien est également manifeste quant à la politique des collèges. La session décide de lancer, après les études réalisées, la construction d’un nouveau collège à Verdun sur Garonne. Je me souviens très bien des contestations qu’avait suscitées la construction du collège de Nègrepelisse (première étape de la construction des collèges ruraux) jugé par certains, inutile, alors qu’il a fallu dernièrement l’agrandir. Cette politique a anticipé sur l’évolution du Tarn et Garonne et sur ce point le Conseil général a su assumé ses responsabilités. Pour ce faire, il a cependant inventé un règlement passant par-dessus les lois, comme quoi les communes et communautés de communes concernées devaient payer 25% de la construction. M Baylet a donc rappelé au conseiller général de Verdun qu’il n’avait pas à se prévaloir du mauvais exemple de Montauban (M. Barèges a obtenu gain de cause en ne payant rien) mais qu’il devait faire preuve de solidarité comme les autres communes. Donc dans le budget de la municipalité de Verdun et dans celui de la communauté des communes, une ligne budgétaire va devoir apparaître rapidement pour le dit collège. Dans cette même ville le nouveau pont devrait être ouvert à la circulation fin octobre.

Avec la construction de ce nouveau collège (ouverture prévue en 2016) J-M Baylet en profite pour rappeler la bonne santé financière de l’institution car cette construction se fera sans emprunt. Il rappelle alors que les banques aujourd’hui refusent de prêter.

Là où tout va bien, c’est aussi dans le domaine de l’eau (j’apprends que le Conseil général achète de l’eau à EDF). Dans notre département 30% des terres cultivables sont irrigables. Une satisfaction qui rejaillit indirectement sur Jean Cambon quand J-M Baylet félicite la bonne négociation avec l’Agence Adour-Garonne.

Là où tout va bien c’est concernant l’aide aux entreprises avec une allusion sur la future décentralisation à venir (celle justement prévue avec la réforme des collectivités territoriales qui devrait répartir autrement les compétences) qui en principe va confier aux Régions tout l’aspect aide aux entreprises.

Un mot au chapitre subventions aux associations. Pour cette session nous constatons que la Ligue de l’Enseignement n’est pas sur la paille : après 64 600 euros votés au Budget Primitif 2012, une subvention de 36 100 euros vient compléter la dotation. Par ordre d’importance nous trouvons ensuite, EPICE avec 25 000 euros, le fond et la forme 12 000 euros, le Planning familial avec 7240 euros et enfin la CIMADE qui voit baisser sa dotation de 5700 à 5500 euros.

Le lecteur l’aura compris, je ne parle là que de la façade quant aux coulisses… JPD

Tag(s) : #conseils généraux

Partager cet article

Repost 0