Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L.G.V. Nîmes-Montpellier, la Région s’engage pour l’avenir du Languedoc-Roussillon

- 22/05/2008

La réalisation de la ligne TGV complète entre Nîmes et Perpignan constitue un grand projet d’intérêt régional, national et européen. Le Président de la Région a toujours défendu cette position en arguant du caractère vital de la L.G.V. pour le développement économique et l’aménagement du territoire régional, ainsi que la nécessité de boucler la ligne Amsterdam – Séville, véritable épine dorsale ferroviaire de la France et de l’Europe.

 La Région, chef de file de la réalisation de la L.G.V., avec l'Etat

La Région a pris ses responsabilités en s'engageant financièrement à hauteur de 300 Millions d'euros. Elle a, dans le même temps, fédéré d'autres partenaires institutionnels (Communauté d'agglomération de Montpellier, Conseil Général du Gard) pour achever le tour de table financier du contournement de Nîmes et de Montpellier chiffré à 1,4 milliard d'euros.

Au-delà, la Région s'est mobilisée pour que le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier soit le premier maillon de l'achèvement de l'ensemble de la liaison ferroviaire nouvelle entre Nîmes et l'Espagne, qui passe par la ligne Montpellier - Perpignan.

L'apport de la Région sur le tronçon Nîmes-Montpellier ne valait que si la totalité de la ligne Nîmes-Perpignan était inscrite au prochain Comité Interministériel d'Aménagement du Territoire (CIAT).

C'est chose faite avec la signature d'un protocole d'intention préalable à la réalisation du contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier. La loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement, adoptée par le Conseil des Ministres le 11 juin 2008, a inscrit le contournement de Nîmes et Montpellier ainsi que la ligne Montpellier - Perpignan, dans les lignes nouvelles prioritaires qui seront lancées d'ici à 2020.

 La Région apporte près de 400 M€ pour le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier et favorise l’intermodalité du port de Sète.

Depuis 2004, la Région s’est engagée dans une politique de transports durables au service des habitants du Languedoc-Roussillon et de l’ensemble des acteurs économiques. Elle a lancé des actions en faveur du report de la route vers les modes ferroviaires et maritimes dont : la mise en oeuvre d’une stratégie logistico-portuaire s’appuyant sur un ensemble d’équipements, les quatre ports (Sète, Port-La Nouvelle, Port-Vendres et l'Ardoise) et les 18 PRAE permettant un report modal efficace pour le fret et l’attractivité économique du territoire, le développement du transport ferroviaire de voyageurs assurant la connexion aux territoires national, européen et international, et offrant une meilleure mobilité à la population du Languedoc-Roussillon, à un meilleur prix grâce à le mise en place progressive du Train à 1€. La Région, déjà fortement impliquée dans le domaine du transport ferroviaire des passagers et des marchandises, va franchir deux nouvelles étapes :

la construction du contournement de Nîmes et de Montpellier, en apportant près de 400 M€ au maître d'ouvrage RFF pour le financement du projet, aux côtés de l’Etat et des collectivités locales (Communauté d’Agglomération de Montpellier, Communauté d’Agglomération de Nîmes – Métropole, Conseil Général du Gard), la création d'un outil portuaire complet sur Sète regroupant, au sein du domaine portuaire régional, tous les équipements ferroviaires indispensables à son développement. Cela passe par le transfert de RFF à la Région en propriété des faisceaux ferroviaires indispensables à l'intermodalité.

Le projet de contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier répond à trois objectifs :

améliorer les liaisons entre les capitales régionales du sud-est de la France et la région parisienne,

créer des liaisons rapides entre les capitales régionales grâce à des lignes transversales et des lignes d'interconnexion en Ile-de-France,

participer à la construction de la continuité de la circulation à grande vitesse entre Paris, Nîmes, Montpellier, Perpignan, Barcelone..., et contribuer à la résorption des goulets d’étranglement sur les grands axes de transport.

La Région a décidé de favoriser la diffusion de la grande vitesse ferroviaire avec deux projets de gares nouvelles permettant d'une part, la desserte de l’agglomération de Montpellier par la création d’une gare à Montpellier – Odysseum, et d'autre part, celle de l’agglomération de Nîmes, par la création d'une gare sur la commune de Manduel.

 

Délibération 2012

TRANSPORTS

Le projet de contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier vise à réaliser un tronçon de ligne nouvelle mixte de 61 km de Lattes à Manduel, en prolongement de la LGV Méditerranée, d’un tronçon de 9 km de ligne nouvelle entre Manduel et Saint -Gervasy, permettant de rejoindre la ligne de la rive droite du Rhône, et d’environ 12 km de raccordements au réseau existant.

Le projet prévoit également la réalisation des travaux de modernisation de la ligne existante entre Montpellier et Perpignan, afin d'accompagner la croissance prévisionnelle des trafics sur cet axe.

Le coût global de ce programme est estimé à 1 974 M€ répartis comme suit entre les différents partenaires :

 399 667 000 € de RFF,

54 M€ de l’Union européenne,

965 217 000 € de l’Etat,

555 117 000 € des collectivités.

Parmi les collectivités, la Région est le premier financeur du projet : elle intervient à hauteur de 71,5%, soit 396 908 000 € (342 092 000 € pour le contournement de Nîmes et de Montpellier, 32 175 000 € pour la gare de Montpellier-Odysseum, 22 642 000 € pour la nouvelle gare de Nîmes-Manduel).

RFF s'est engagé à ce que le projet de contournement de Nîmes et de Montpellier donne la possibilité d'augmenter de + 30% le nombre de trains régionaux. Il s'agit de récupérer des sillons sur la ligne actuelle afin de développer le train régional et d'accompagner la politique de tarif attractif, avec la mise en place du Train à 1€.

Parce que l'Etat, la Région et RFF partagent la volonté de développer les trafics portuaires et ferroviaires en fret et passagers, un espace portuaire unique et intermodal fer sera créé. Dans ce cadre, RFF transfère à la Région en pleine et entière propriété l’ensemble des parcelles constituant le nouvel espace ferroviaire du port de Sète. Le versement des subventions de la Région sera conditionné à ce transfert, ainsi qu’au raccordement effectif et opérationnel des faisceaux ferroviaires du port de Sète au réseau ferré national.

 

Comptes administratifs 2012

La Région investit dans la rénovation des gares  (4 M€) et la modernisation des voies (7 M€).

Elle finance également la poursuite des acquisitions foncières sur la ligne LGV Nîmes - Montpellier (10 M€) et les études préalables à la ligne LGV nouvelle Montpellier- Perpignan (9 M€, dont 3 M€ payés en 2011).

Partager cet article

Repost 0