Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cet article de La Montagne révèle une façon de penser surprenante quand il s’agit du train. Un haut fonctionnaire dit gentiment qu’il faut marginaliser le POLT pour le bien de la LGV Poitiers-Limoges. Or n’importe quel élu un peu informé pouvait s’en rendre compte de lui-même !

Il n’y a nulle part concurrence entre le TGV sur LGV et le Corail sur ligne existante. Pour rentabiliser une LGV, partout il faut en finir avec le TEOZ, CORAIL et autre intercité. C’est mathématique. Les chiffres qui montrent le succès du TGV ne disent jamais rien sur la disparition des autres trains grande ligne !

N’importe quel élu un peu informé pouvait comprendre que si à Limoges il faut passer par Poitiers pour aller à Paris, ça sera beaucoup plus cher donc si on garde les vieux trains sur la vieille ligne, ils vont être rares à prendre le train nouveau sur la ligne nouvelle qui va en plus obliger à un changement !

Mais bon, à prendre conscience, vaut mieux tard que jamais… sauf que les élus en question raisonnent par rapport à leur département La Creuse. Or ils défendent, sans le savoir, l’intérêt général du système ferroviaire. Non seulement la LGV Poitiers-Limoges est un mauvais coup contre la SNCF mais également Bordeaux-Toulouse, car on investit des sommes fabuleuses en pure perte ! Jean-Paul Damaggio

 

Environ 300 à 400 personnes se sont rassemblées en gare de La Souterraine derrière les écharpes tricolores des maires de la Creuse. Le département est en ordre de bataille, pour défendre la ligne Polt contre la LGV Limoges-Poitiers.

 

Le haut fonctionnaire qui a exposé clairement que pour rentabiliser la LGV Limoges-Poitiers il faudra réduire les dessertes sur l’axe Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (Polt) à quatre allers et retours par jour a littéralement libéré les socialistes creusois, en les obligeant à clarifier leur position sur les grands projets ferroviaires.

 

« Un rapport de force est engagé »

« Si le barreau LGV nous condamne, nous condamnons le barreau […]. Nous sommes obligés de choisir entre deux projets. Je regrette qu’il faille en condamner un autre, mais seul le Polt permet à la Creuse de vivre et de se développer », a déclaré fermement Michel Vergnier, député et maire de Guéret, devant les maires de la Creuse réunis à La Souterraine. Durant plusieurs années, le maire de Guéret et d’autres responsables politiques creusois se sont alignés sur une région Limousin estimant que la création de la ligne LGV n’empêcherait pas le maintien voir la modernisation de la ligne Polt. Ce « nuage de fumée », comme l’a défini sans détours l’ancien ministre André Chandernagor, est désormais bien dissipé.

 

Plus de cent maires creusois ont participé à cette assemblée extraordinaire. Les prises de parole n’ont laissé aucun doute sur le consensus qui traverse le département, de Saint-Sébastien à Crocq. Jean-Jacques Lozach, président du Conseil général, a évoqué « un combat identitaire pour l’avenir de la Creuse et un combat difficile. Il faut mener une guerre éclair ». « Un rapport de force est engagé », assume Michel Vergnier, « mais la Creuse ne gagnera pas seule ». L’Indre, le Lot, La Dordogne seront sollicités.

 

Les maires ont choisi de reprendre les méthodes qui ont fonctionné pour le sauvetage su service de radiothérapie de Guéret : l’édition de cartes pétitions et l’installation de banderoles dans toutes les communes. La prorogation du classement du Polt comme ligne d’équilibre du territoire et sa présence dans le schéma national des infrastructures seront réclamés. Une grande manifestation doit être organisée avec d’autres départements.

 

À La Souterraine, les associations de défense des riverains haut-viennois de la LGV, des organisations de gauche, ainsi que des usagers ont renforcé les élus creusois. Entre trois cents et quatre cents personnes ont bloqué un train durant quelques minutes avant de se disperser.

 

Julien RAPEGNO

Tag(s) : #action associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :