Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quels marchandages se déroulent à Bruxelles ? Bordeaux-Toulouse n’étant pas une ligne transfrontalière aucun financement européen n’est dans les prévisions (ils restent de toute façon marginaux).  Mais si la ligne PACA est encore une fois reportée à la Saint glinglin on peut imaginer que des financements européens puissent glisser de Nice à Toulouse. Cet article ci-dessous confirme de toute façon que pour les autorités cette LGV reste utile alors que tout démontre que ce n’est pas le cas. Et les mensonges avec ! Puisque Tours-Bordeaux se fait, Toulouse sera à la fin de ce chantier, sans la LGV Bordeaux-Toulouse, non à cinq heures vingt de Paris mais à quatre heures de Paris et à moins avec rénovation de la ligne existante ! JPD

 

http://www.laviedesreseaux.fr/Informez-vous/Actualite/Appel-a-l-UE-pour-la-LGV-Bordeaux-Toulouse

Appel à l'UE pour la LGV Bordeaux-Toulouse

Le 30 août 2012

Le ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier a évoqué mercredi la recherche de fonds européens pour financer de grands projets ferroviaires en suspens comme la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse, sans prendre d'engagement quant à leur réalisation.

M. Cuvillier, en visite dans le Tarn, a rappelé les contraintes budgétaires de l'Etat et la nécessité de hiérarchiser les projets, après la mise en garde du ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac.

Celui-ci a prévenu en juillet que le gouvernement devrait "élaguer" dans les projets d'infrastructures de transport annoncés par le gouvernement précédent, des propos qui ont alarmé en Midi-Pyrénées les partisans d'une future LGV Bordeaux-Toulouse.

M. Cuvillier n'a pas démenti le caractère "indispensable" de ces grands projets. "Après, la question est (celle) de la faisabilité, de la soutenabilité", a-t-il dit.

Or le financement de Bordeaux-Toulouse n'est pas bouclé, a-t-il souligné.

"Il faut que l'Etat ait la capacité d'assumer le financement de toutes ces infrastructures. Donc nous sommes dans une démarche à la fois de réalité financière et d'essayer de faire en sorte - c'est vraiment une mobilisation majeure - d'obtenir des financements européens complémentaires, pas spécifiquement sur ces projets (...) mais aussi sur d'autres", a-t-il dit.

Le comité de pilotage du projet poursuit ses travaux et tous les acteurs concernés analysent "de façon extrêmement pragmatique" les blocages et défauts de financement, a-t-il assuré. Mais le ministre s'est gardé de s'engager sur un premier coup de pioche de Bordeaux-Toulouse en 2017, comme prévu jusqu'alors.

Bordeaux-Toulouse prolongerait la future ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux.

Les collectivités de Midi-Pyrénées ont accepté de payer pour Tours-Bordeaux uniquement pour que la ligne soit ensuite prolongée vers Toulouse. Toulouse, quatrième ville de France, se retrouverait vers 2020 à un peu plus de trois heures de train de Paris, contre cinq heures vingt aujourd'hui.

M. Cuvillier s'exprimait à l'occasion de la soudure du dernier rail marquant la fin d'un vaste chantier de renouvellement des voies du réseau régional de Midi-Pyrénées.

Source : AFP

 

Tag(s) : #dans les médias

Partager cet article

Repost 0