Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que ce soit pour la Chine ou pour la France les médias sont tout autant univoques. Y-a-t-il en Chine des opposants à la grande vitesse ?

Avant de répondre voyons les faits :

Le TGV ? Oui mais pas sa version française qui devait envahir le monde ! Au contraire la grande vitesse chinoise devient une concurrente de celle de France.

8 h pour 2400 km donc 300 km/h. Combien d’arrêts ? Aucun je suppose !

39 arrêts sont prévus sur cette ligne. Sachant qu’officiellement un arrêt fait perdre 15 mn, les 39 arrêts ça représente presque 10 h donc vous ajoutez au 8 h et vous voyez le résultat.

Quant au prix, il y est prohibitif pour le simple citoyen donc pour la grande majorité des habitants et ça fait du monde !

Qu’on le veuille ou non, le train a d’abord pour fonction de concurrencer la route et non l’avion sauf à avoir comme cible d’usagers, l’élite du pays !

 Les éléments critiques

1 ) Le ministère en charge est connu pour être un mastodonte administratif puissant, grevé par la corruption. En février 2011, le ministre des Chemins de fer, Li Zhijun était d'ailleurs tombé après la mise au jour d'un vaste scandale de pots-de-vin.

 2 ) Si la vitesse c’est le but, alors qu’il faut avantager l'inter-cité elle sera victime comme pour toutes les lignes grande vitesse. Frédéric Campagnac, dirigeant de Clevy China, une société de conseil en transport basée à Pékin peut nous faire croire que la grande vitesse libère de la place pour le fret sur les voies ordinaires (pour le charbon, les céréales et les conteneurs) mais en fait elle détruit les villes intermédiaires. Non, les grandes bénéficiaires du mouvement de délocalisations internes en cours comme Zhengzhou qui a vu s'installer, en 2011, Foxconn, le principal sous-traitant d'Apple, a besoin d’un autre type de trains.

Le contestataire :

Zhao Jian professeur de gestion de l'université des transports de Pékin est l'un des critiques les plus virulents du grand bond en avant ferroviaire mené sous le précédent ministre du chemin de fer, Liu Zhijun – celui arrêté pour corruption. Il estime que les investissements colossaux dans le train à grande vitesse ont l'effet de stéroïdes sur la croissance : trop rapides et trop violents pour l'organisme.

Il pense que l'équation économique du train à très grande vitesse n'est pas calibrée à la réalité chinoise. "Des trains de moins grande vitesse, roulant par exemple à 200 km/h ou à 180 km/h suffisent. Ils peuvent générer davantage de profits et nécessitent deux fois moins d'investissements", explique-t-il au Monde.

Au moment de l’accident du train rapide Zhao Jian a été beaucoup interrogé mais au moment de ce battage médiatique pour le T.G.V., silence sauf sur Le Monde.

Il y a de quoi réfléchir. JPD

Tag(s) : #favorables aux LGVs

Partager cet article

Repost 0