Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 17 janvier, nouvelle présentation du tracé LGV de Bressols avec des nouveautés incontestables. RFF avait bien fait les choses grâce aux merveilles de la technologie permettant de découvrir une situation idyllique, comme l’exprima un habitant sur un ton ironique, habitant qui rappelait pourtant en même temps : « ici nous sommes tous pour la LGV ». Bref, le film ne montre pas les 21 maisons détruites et les 7 entreprises qui devront déménager. Un projet existe de les déplacer sur l’immense zone de Montbartier qui en 2012 a bénéficié, comme travaux, de l’installation d’une canalisation d’eau ! On pourra ainsi parler de développement économique ! Sur ce point, RFF est resté discret parlant seulement de développement sans dire « économique » et sans annoncer un nombre phénoménal de créations d’emplois comme savent le faire les élus.

 Comme nous l’avons indiqué, la mairie s’est battue pour remplacer un remblai de 10-12 m par un viaduc… et elle a obtenu gain de cause. Mieux que ça même : RFF a proposé deux variantes : le viaduc d’un km ou un rabaissement de moitié du remblai (à 5-6m) avec des « transparences » basées sur des ponts-rails. Mais comment baisser le remblai quand on connaît la configuration ? Pas de problème : on dévie à la fois l’A20 et la ligne existante en rabaissant ces deux infrastructures de 5 m ! A une question, le maire précise que les habitants ne seront pas sollicités par référendum pour choisir entre les deux variantes, c’est le ministre qui s’en charge. Les deux variantes sont présentées par des images en 3D qui cependant ne seront pas sur le site internet de RFF pour le moment. Nous savons que de toute façon pour construire un pont LGV au-dessus d’une autoroute il faut la dévier (voir le chantier Bordeaux-Tours) et par cette occasion la rabaisser de 5 mètres pourquoi pas. Mais pour une voie existante c’est là un exploit impressionnant qui ne coûtera pas plus cher ! Nous parions que le ministre choisira le viaduc et qu’ensuite la discussion reviendra avec le constructeur, si par malheur la LGV entre dans la phase réalisation.

Le petit film montre la présence de la sous-station EDF, d’un morceau de voie en plus en cas de panne. Discrétion cependant sur la gare et son linéaire de quais.

 Les coûts

Si le discours pour diminuer la fracture que représente un « mur » de 10-12 m a été long, précis, détaillé, celui sur la facture a été totalement absent d’où les « mauvais » élèves de la salle qui sont obligés de revenir sur le sujet. Dans les deux cas, le responsable RFF aurait aimé prendre la tangente avant de répondre mais il a fini par répondre.

Bordeaux-Toulouse ? Il préfère donner le montant global avec Bordeaux-Hendaye soit 12 milliards d’euros et 13 milliards si on ajoute les tronçons St Jory-Toulouse et Langon-Bordeaux.

L’intervenant ajoute : « Comme d’habitude, il faut ajouter 30% ? »

RFF : « Nous sommes sérieux et ce sont les chiffres réels ! »

Alors, sans que l’on ne me demande rien je rappelle le prix de départ 2,9 milliards. Bien sûr mais depuis il y a eu l’inflation, les améliorations…

Au rappel de l’augmentation phénoménale du Tours-Bordeaux annoncé par Guillaume Pépy il est répondu que RFF a démenti, un démenti qui n’en est pourtant pas un et de toute façon c’est à Vinci à démentir ! Dans les coûts il y a toujours plusieurs variantes qui permettent d’embrouiller les esprits.

Au rappel de la part de TIPP votée par le Conseil régional, il n’y a eu rien à répondre si bien qu’à la sortie un habitant m’indiqua l’importance de cette information.

Bref, rabaisser une ligne existante de 5 m aussi cruciale que Montauban-Toulouse et nous dire ça ne coûte rien c’est se moquer du monde. Bien sûr, je comprends les habitants qui espérant ainsi avoir une situation plus confortable, considère qu’il ne faut pas lésiner sur la dépense. Mais nous défendons une vision globale car au total c’est tout le monde qui va payer un projet inutile.

 Sur la ligne existante

le-public-a-Bressols.jpg

Nous avons rappelé la stratégie de la ligne existante à rénover mais là nous avons eu droit aux embrouilles classiques sur l’impossibilité d’avoir sur une même ligne, TER, Fret, LGV, Intercités (ce qui existe aujourd’hui). A la sortie un cheminot à la retraite me rappelait l’abandon dramatique du fret par la SNCF voici quelques années…

 La convention SAFER-RFF

C’est le représentant de l’Etat M. Duquesne qui nous a informé qu’une convention spéciale signée entre la SAFER et RFF allait permettre de répondre aux problèmes urgents pour les préemptions de terre. Le responsable de RFF a confirmé cette mise en place. Nous la soupçonnions après les votes financiers des Conseils régionaux Aquitaine et Midi-Pyrénées mais cette fois nous avons l’information officielle. Nous étions allés à la « rencontre » de la SAFER d’où nous étions sorti avec promesse qu’il n’y aurait pas une telle convention et depuis ni les syndicats agricoles ni les élus ne nous ont informés de cette évolution ! Nous allons tenter d’en savoir plus.

Lgv : la safer à l’œuvre

Lgv : l’action à la safer

 L’enquête d’utilité publique

A un moment donné, les diapositives sont passées très vite, mais notre œil expert a bien lu ce qui a été annoncé depuis plus d’un an dans les documents de RFF : enquête d’utilité publique pendant l’été. Mais nouveauté très importante de la réunion : « RFF ne se permettrait pas de faire une enquête d’utilité publique pendant l’été donc ce sera à la rentrée » ! Ce qui nous semble plus correct ! Mais attention RFF espère la réduire au mois de septembre ou au plus sur deux mois avec le mois de novembre. L’enquête d’utilité publique oblige à discuter sur le détail pour faire avaler l’essentiel. Il va nous falloir user de pédagogie pour démontrer que le détail au bout du chemin, c’est un massacre général. Il a par exemple été question du bruit. Là aussi présentation idyllique ! Un riverain a reçu une enquêtrice sur ce point. Elle a mesuré mais la mesure n’est pas la même, suivant l’orientation des habitations, en période ordinaire et en période de vent d’autant. Vous devinez la période qui a été choisie pour la mesure !

 Conclusion

Nous continuerons de nous informer, de réfléchir, et d’agir avec tous les habitants qui le souhaitent. Si tout est fait pour dire que cette LGV « à le vent en poupe » nous rappelons que sous le discours de marchands de tapis il existe une réalité bien différente. JPD

 P.S. L’assistance, environ 200 personnes, étaient moins forte que dans les réunions précédentes. Visiblement le thème très précis du « viaduc » avait dissuadé la présence par exemple de nombreux montalbanais venus dans les rencontres précédentes vu qu’à Montauban il n’y a jamais eu de réunion équivalente. Ci-dessous la liste d’articles sur le sujet que nous avons publié :

Lgv : bressols en ébullition

Lgv, bressols et la démocratie

Lgv : retour à bressols

Bressols : le public au rendez-vous

Lgv : la parole au maire de bressols

Lgv : l’action passe par bressols

Lgv : a bressols des mécontents

Lgv : encore à bressols

Lgv : le cas d’école à bressols

 

Partager cet article

Repost 0