Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous n'étions pas à Bayonne mais nous avons déjà eu quelques retours. La mobilisation est toujoujrs là malgré la stratégie de l'usure. Même Le Monde s'est fendu d'un article ! Je ne sais pas du côté de L'Huma. En attendant mieux quand nous aurons internet à la maison la parole au Monde. Jean-Paul Damaggio

 

Le Monde.fr avec AFP | 27.10.2012 à 18h50 • Mis à jour le 27.10.2012 à 19h44
Environ 8 000 personnes ont participé au rassemblement contre la LGV vers l'Espagne.
Environ 8 000 personnes, dont des militants de défense de l'environnement en Aquitaine et des élus basques, ont manifesté, samedi 27 octobre, à Bayonne contre la ligne à grande vitesse (LGV) qui doit relier Bordeaux à l'Espagne en traversant le Pays Basque.
La manifestation, qui s'est tenue dans le calme, à l'appel du Collectif d'associations de défense de l'environnement (CADE), était ouverte par plus de cent tracteurs, suivis d'une quinzaine d'élus de communes des Pyrénées-Atlantiques, portant une banderole "Non à la nouvelle ligne ferroviaire, Pour la modernisation des voies actuelles". Les manifestants, au nombre de 10 000 selon le Cade, 2 500 selon la police, venaient des Pyrénées-Atlantiques et départements aquitains de Gironde, des Landes, du Lot-et-Garonne.
"La mobilisation reste très forte", s'est réjoui le porte-parole du CADE, Victor Pachon, réaffirmant que "la lucidité dicte de faire moins, mieux et moins cher, avec les voies ferrées existantes" entre Bordeaux et Hendaye. Au nom des élus manifestants, le maire et conseiller général abertzale (nationaliste basque modéré) de Saint-Pierre d'Irube, Alain Iriart, a dénoncé "l'absence de pilotage politique du projet, porté surtout par les opérateurs (ferroviaires) qui tentent d'imposer un projet inutile alors que d'autres solutions existent".
La manifestation se tenait au lendemain d'une réunion de comité de pilotage du projet ferroviaire Grand sud-ouest à Bordeaux. Le préfet d'Aquitaine coordonnateur, Michel Delpuech, y a souligné sa volonté de "veiller au respect du calendrier", dont les enquêtes publiques à l'été 2013 et la déclaration d'utilité publique fin 2014.
Les axes grande vitesse Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Toulouse sont le prolongement de la LGV Tours-Bordeaux, dont le chantier a démarré début 2012. Elle doit mettre Paris à 2h05 de Bordeaux en 2017. Début octobre, le CADE avait remis en sous-préfecture de Bayonne une pétition de 23 652 signatures d'opposants au projet, dont plus de 180 élus locaux.

Tag(s) : #action associations

Partager cet article

Repost 0