Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A un de mes articles (sur le sute Newsring) j’ai eu ce commentaire (voir ci-dessous) qui prouve que le débat est utile. Quand j’établis un rapport entre "constructions de LGV" et "chute de fret", loin de moi l’idée d’un rapport mécanique. Je suis donc tout à fait d’accord avec la remarque de ce spécialiste. Le fret n’a pas été le souci de la SNCF car le souci était ailleurs… du côté du transport de voyageurs avec la grande vitesse comme fleuron. La grande vitesse manifeste un souci d’adaptation dont les investissements pour le fret n’ont jamais bénéficié. Ma formulation répondait à l’argument classique « il faut des LGV pour le bien du fret » et ce témoignage confirme que cet argument est idiot. Merci donc au commentateur.

Jean-Paul Damaggio

 

Quand vous dites que "depuis les investissements en matière de grande vitesse, le fret sur rail s’est effondré" on peut penser que vous n'avez jamais été chargeur de fret. Le fret ferroviaire s'est effondré de par l'incurie de la SNCF, l'incapacité à moderniser son offre et à fiabiliser son outil, et un manque certain d'imagination propre à tous les monopoles.
J'ai chargé pendant 20 ans, passer par le train déclenchait une phase de stress intense (reports de départs, mini-grèves sectorielles, "pas de machine", ruptures de trajets, wagons laissés en plein vent en accès libre...), la seule solution était de passer par la CNC qui avait ses propres chantiers "conteneurs" dissociés de la SNCF et roulait en trains-blocs.
Espérons que ça ait changé.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :