Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous avons eu l’occasion d’écouter Vincent Doumayrou à Castelsarrasin. Nous nous réjouissons qu’il poursuive ses interventions sur le ferroviaire. J-P Damaggio

 

6 DÉCEMBRE 2012 PAR GILLES DANSART

Les Pays-Bas, l’autre pays du ferroviaire

Ce n’est ni une LGV ni une ligne fret, mais bien 50 kilomètres de voie nouvelle où coexisteront des trafics régionaux, interrégionaux et fret, et pourquoi pas plus tard des trains à grande vitesse. La Hanzelijn est inaugurée ce 6 décembre par la reine Beatrix. Plus qu’un gain de temps de parcours, les Néerlandais accentuent l’effet réseau et augmentent les fréquences. Et ça marche…

 Le 1er décembre dernier, le réseau ferré du Royaume des Pays-Bas s’est allongé de 50 km. La ligne nouvelle de la Hanse, ou Hanzelijn, y a en effet été officiellement intégrée. Elle est inaugurée par la Reine Beatrix aujourd’hui même (le 6 décembre), et les NS l’exploiteront en service commercial à partir du dimanche 9 décembre, date d’entrée en vigueur du service annuel 2013.

La ligne a été construite sous la supervision de ProRail, le RFF néerlandais, qui a commencé les travaux en janvier 2007. Elle relie Lelystad, chef-lieu de la province du Flevoland, à Zwolle, chef-lieu de la province de l’Overijssel. Elle est équipée du système de signalisation ERMTS, compte un tunnel de 790 mètres ; sa construction a coûté environ 1,1 milliard d’euros et elle compte deux gares intermédiaires. Elle doit transporter environ 12 millions de passagers annuels.

 Elle prolonge la ligne d’Amsterdam à Lelystad, inaugurée en 1988. Il peut paraître étonnant qu’une province comme le Flevoland ait été desservie par le fer aussi récemment. Cela s’explique par le fait qu’une partie de son territoire a été poldérisée, c’est-à-dire gagnée sur la mer, dans les années de l’après-guerre ; la ville de Lelystad n’a été fondée qu’en… 1967. La province n’existe en tant qu’entité administrative que depuis 1986 : à territoire jeune, réseau jeune.

 La Hanzelijn comble un chaînon manquant du réseau ferré néerlandais, Lelystad étant jusqu’en 2012 un cul-de-sac ferroviaire. En reliant deux capitales de provinces, la ligne a assurément une vocation interrégionale. Mais elle a aussi un rôle à l’échelle nationale : elle contribue en effet à soulager l’axe Amersfoort – Utrecht, très chargé, et de mieux relier la Randstad (en particulier la capitale Amsterdam) au Nord et à l’Est du pays. Elle servira également de corridor de marchandises, et une idée encore à l’état de projet lui ferait emprunter des trains à grande vitesse internationaux. Les NS ont d’ailleurs testé, le 7 juin dernier, une rame du train à grande vitesse ICE à 200 km/h – vitesse théorique maximale de certaines portions de la ligne.

 Le trait le plus original de cette ligne nouvelle est donc son caractère universel. Aux Pays-Bas, les deux lignes les plus récentes – la Betuwelijn, inaugurée en 2007 et consacrée au fret, et la ligne à grande vitesse Anvers – Amsterdam, exploitée depuis 2009 – ont toutes deux un caractère dédié. Ce qui n’est pas le cas de la Hanzelijn, où circuleront, par heure et par sens, un train de marchandises, deux trains de grandes lignes dits “Intercity” et deux trains “régionaux” dit “Sprinter”, lesquels desservent toutes les gares de la ligne. Les temps de parcours connaissent une amélioration modérée. Ainsi, jusqu’à présent, Zwolle était reliée à Amsterdam Centraal en 1 h 16 deux fois par heure. Désormais, l’emprunt de la ligne nouvelle permet un parcours en 1 h 08 deux fois par heure. Deux autres trains par heure permettent un parcours en 1 h 11 par le même parcours qu’avant, le temps est gagné en raccourcissement de la correspondance à Amersfoort. Enfin, les trains “Sprinter” relient Zwolle à Amsterdam en 1 h 25, mais sans changement, via la Hanzelijn. Sur le parcours considéré, le gain est plus net en termes de fréquence (la Hanzelijn permet un ajout de 4 trains chaque heure) et de desserte (deux points d’arrêts supplémentaires sont desservis) qu’en terme de vitesse. Les gains de temps de parcours sont (un peu) plus nets entre le Nord-Est du pays et la Randstad, comme entre Groningue et la gare de l’aéroport de Schiphol, où le meilleur temps de parcours passe de 2 h 23 à 2 h 09.

Il faut enfin signaler que la ligne de bus qui reliait jusqu’à présent Lelystad à Zwolle est supprimée. Le meilleur temps de parcours passe de 1 h 04 en bus à 25 mn en train, point à méditer quand on évoque un remplacement des trains TER par des dessertes routières…

Il n’en reste pas moins que dans la philosophie de «RER à l’échelle du pays» qui caractérise le chemin de fer néerlandais, c’est l’efficacité du réseau pris dans sa globalité qui compte, plus que les temps de parcours de ville à ville. De ce point de vue, en créant une nouvelle liaison interrégionale, en desservant de nouveaux territoires, et en améliorant les fréquences, la mise en service de la Hanzelijn constitue un pas en avant indéniable.

Vincent Doumayrou

Tag(s) : #dans les médias
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :