Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En réunion publique à Bressols le 17 janvier au soir le responsable de RFF a annoncé que RFF avairt démenti le propos de Pépy sur l’augmentation de Tours-Bordeaux. J’aimerai un démenti en bon et du forme car dans ce texte de Sud-ouest tout n’est pas clair. Nous lisons du côté RFF : « Quoi qu'il en soit, même si, pour diverses raisons, le prix du chantier devait être revu à la hausse, cela ne concernerait que le concessionnaire qui a signé un contrat à ses risques et périls, ont-ils rappelé. En aucun cas, les collectivités ne seraient visées. À ce niveau-là, il n'y a vraiment aucun problème. »

Or c’est une partie des propos de Pépy ! Ce n’est donc pas un démenti qui ne pourrait venir que de Vinci qui travaille « à ses risques et périls » ! Versons une larme sur le sort de Vinci ! Comme je l’écrivais il y a l’hypothèse d’une rallonge du contrat et sans doute d’autres mais de toute façon si Vinci veut imposer sa loi, je suis sûr que des éléments du contrat de concession (donc certains nous restent secrets) signée avec l’Etat et RFF doivent le lui permettre. Les risques et périls, c’est toujours du côté des contribuables !

JP D.

 

 Publié le 17/01/2013 Par Pierre Tillinac

La LGV Tours-Bordeaux est « sous contrôle »

 RFF confirme les calendriers prévus pour les projets LGV de la région.

Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, a récemment évoqué à Bordeaux une hausse spectaculaire du coût de la construction du tronçon de la LGV Tours-Bordeaux. Selon ces propos rapportés dans notre précédente édition, la facture passerait de 7 à 10 milliards, mais cette révision serait de toute façon sans effet sur le financement prévu par les collectivités.

 Au cours du traditionnel point presse de début d'année, les dirigeants régionaux de Réseau ferré de France se sont déclarés hier très surpris par cette déclaration qui fait état d'une augmentation de 40 % du coût prévu. « Quoi qu'il en soit, même si, pour diverses raisons, le prix du chantier devait être revu à la hausse, cela ne concernerait que le concessionnaire qui a signé un contrat à ses risques et périls, ont-ils rappelé. En aucun cas, les collectivités ne seraient visées. À ce niveau-là, il n'y a vraiment aucun problème. »

Pour les dirigeants régionaux de RFF, au contraire, le message à faire passer en ce début est que « tout est sous contrôle ». « Sur le plan technique et financier, le projet Tours-Bordeaux est maîtrisé et les choses se déroulent normalement », a notamment insisté Christophe Huau, directeur du projet TGV SEA. Si difficultés il devait y avoir, elles seraient plutôt à chercher du côté des collectivités qui ne veulent pas signer la convention ou de celles qui ont signé mais refusent aujourd'hui de payer, obligeant RFF à « jouer les banquiers ».

 En ce qui concerne les liaisons Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, RFF affirme également suivre « la feuille de route prévue » avec, entre autres, le lancement de trois enquêtes publiques cette année sur les lignes nouvelles, les aménagements au sud de Bordeaux et au nord de Toulouse. Ce chantier reste toutefois suspendu, on le sait, aux recommandations de la commission chargée de faire le tri dans tous les projets ferroviaires et aux décisions du gouvernement qui suivront.

 Autre grand dossier 2013 : la poursuite des travaux sur le réseau existant. En Poitou-Charentes et en Aquitaine, RFF va investir cette année 300 millions d'euros pour continuer la modernisation du réseau, dont un peu plus de la moitié sur le renouvellement complet de la ligne Dax-Pau.

 D'autres investissements devraient également être faits pour essayer de résoudre les problèmes de régularité qui perturbent trop souvent la vie des usagers des TER, surtout en Aquitaine. Pour 20 ou 25 %, ces dysfonctionnements seraient liés aux infrastructures et relèvent donc de la responsabilité de RFF, qui travaille en liaison avec la SNCF et le Conseil régional pour tenter d'améliorer le trafic.

Tag(s) : #dans les médias

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :