Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Dépêche du Midi (cliquer sur le lien) vient de consacrer un article appuyé par des photos, à la manif qui s’est tenu devant la gare Matabiau pour dénoncer la situation des usagers du TER. Les lecteurs de ce blog n’y apprendront rien mais il est bon de savoir qu’ainsi le problème sort un peu plus à la lumière. Voyons comment :

En titre de Une nous lisons : « Grèves du lundi : des usagers du train crient leur colère à Matabiau. SNCF : une cinquantaine de personnes ont dénoncé les grèves et les retards, hier, au cours d’une manifestation en gare de Toulouse. »

Ce titre tend à faire croire que les usagers en avaient après les grévistes or l’article ci-dessous ne correspond pas au titre. Les revendications concernent des problèmes récurrents. Il ne serait pas honnête de penser que la grève du lundi n’ajoute rien aux constats précédents mais, le travail peut reprendre, et des problèmes vont rester. Je crains même qu’ils restent autant pour les cheminots que pour les usagers ! J’insiste donc, je suis de ceux qui pensent qu’il faut trouver impérativement le moyen de lier les deux forces sociales dans le cadre d’un nouveau rapport de force. La grève, dans le contexte actuel les oppose. JPD

 Publié le 27/01/2013 08:01

Trains régionaux : le ras-le-bol des usagers

 «Tous les jours, il y a un problème. Tous les jours, je dois justifier mon retard auprès de mon employeur.» Habitante du Muretain, informaticienne à Toulouse, Sophie, utilisatrice de la ligne SNCF Foix-Toulouse, s'estime encore chanceuse : «Mon employeur est conciliant. Ma sœur, elle, a abandonné le train au profit de la voiture pour faire Toulouse-Mazamet.» Pancarte autour du cou, Sophie a manifesté hier, à midi, avec une cinquantaine d'autres personnes dans le hall de la gare Matabiau.

 À la suite des grèves du lundi, qui ont débuté en novembre, Raphaël, un usager quotidien du Gaillac-Toulouse, a lancé sur les réseaux sociaux le collectif baptisé «les pigeons voyageurs». C'est lui qui organisait le rassemblement d'hier pour demander le remboursement au pro rata de l'abonnement SNCF. Mais au-delà de cette revendication et de la grève, c'est la galère quotidienne des trains en retard, supprimés ou bondés qu'ont décrit les manifestants.

 Sonia, qui effectue matin et soir l'aller-retour Longages-Saint-Agne, ne comprend pas les horaires. «Entre 17 h 45 et 18 h 45, à l'heure où tout le monde sort du travail, il n'y a pas de train. Parfois les wagons sont tellement bondés qu'on ne peut pas monter. On attend alors en plein froid et sous la pluie», rapporte-elle. À Longages, un comité d'usagers est né en 2004. «Décembre a été noir mais c'est toute l'année que c'est sombre !» déplore sa présidente Liliane Marquié. L'association est soutenue par le maire de la commune, Patrick Massaruto, présent à la manifestation. «Tous les matins, le parking de la gare que nous avons agrandi est plein», note-il. Chaque jour, 300 TER circulent depuis la gare Matabiau.

 --------------------------------------------------------------------------------

Dixième lundi de grève

 Débutée fin novembre, la grève du lundi des conducteurs de train a été reconduite, pour la dixième fois, pour ce lundi 28 janvier. Lancé par une intersyndicale CGT-Sud-Unsa pour obtenir plus de moyens, le mouvement n'est plus soutenu par la CGT. Un «comité de grève» a pris le relais lundi. Alors qu'un train sur trois circulait, le trafic s'est amélioré la semaine dernière. Ce devrait aussi être le cas lundi. «Ce conflit aurait dû cesser parce que les négociations ont abouti», a réagi hier la direction régionale de la SNCF qui ne s'est pas prononcée sur le remboursement des abonnements.

Jean-Noël Gros

Tag(s) : #action associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :