Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Notre candidature n’aurait eu aucune raison d’être dans la plupart des autres départements car il y a partout des candidats soucieux, plus ou moins, de prendre en compte cette revendication de sortie du projet LGV.

Mais au départ, dans notre circonscription, nous avons seulement croisé EELV, et ses hésitations, sur le terrain de cette lutte.

En décidant de ne pas mentionner cette question, l’alliance NPA-Front de Gauche participe à l’enterrement de cette recherche d’alternative alors que des militants NPA ou PG se sont dépensés sans compter pour défendre l’alternative LGV.

Après la bataille générale des présidentielles, il était temps de faire intervenir les questions de proximité pour rapprocher la politique et les citoyens. Pour prouver l’originalité de notre action, nous sommes obligés de noter que notre circonscription n’est pas comme les autres.

 Pour expliquer, je prends trois éléments issus des dernières cantonales.

1 ) Je ne reviens pas sur l’échec de la députée Sylvia Pinel dans le canton de Castelsarrasin contre un dissident radical. Elément emblématique déjà évoqué sur ce blogue.

2 ) Dans le canton de Grisolles, c’est une candidature dissidente PS qui a éliminé le conseiller général sortant soutenu par toutes les hautes instances du PS et du PRG.

3 ) Dans le canton de Moissac, le candidat PRG a été réélu mais dans quelles conditions ? Avec au second tour un duel FN-candidat PRG. Et ce second tour a démontré le bond en avant fait par le FN au second tour qui a rassemblé bien au-delà de la droite. Cette avancée du FN s’est produite ailleurs mais à Moissac elle a été très importante.

« Etudions d’abord les résultats en voix du second tour : le FN passe de 652 voix (24,37%) à 1038 (37,62%). Quelles étaient les réserves de voix du FN qui font qu’il double presque son score ? (phénomène qui est national) Un candidat CNI 73 voix et un candidat UMP 403 voix. Si on suppose l’impossible, c’est-à-dire que toutes les voix des deux candidats se sont reportées sur le FN soit 476 voix on arrive à un total général de 1128 voix soit 90 voix de plus que le score. Sauf que le nombre de votants a fortement augmenté en passant de 2748 à 2968 (220 en plus) une attitude surprenante puisqu’il était évident que le sortant serait réélu. Bien sûr le nombre de blancs a aussi augmenté et pouvait venir du camp d’EELV (222 voix), du FdeG (203) comme de celui de la droite : les blancs passent de 73 à 209.

Il semble normal de penser que l’électeur nouveau du second tour est faiblement parmi les blancs. Entre une centaine de blancs et deux cents venus au second tour on a environ 300 exprimés de plus. En passant de 1122 à 1721 Empociello récupère presque 600 voix donc beaucoup plus que les deux électorats de gauche dont une partie a voté blanc. » Voir :

http://la-brochure.over-blog.com/article-fn-du-premier-au-second-tour-a-moissac-70490605.html

 

Trois éléments qui révèlent que la domination sans partage du PRG insupporte de plus en plus les électeurs. Et cette domination nous la voyons à l’œuvre avec le dossier LGV. Tout est fait pour nier – ou pire pour dénaturer- l’action entreprise par les opposants à la LGV. Au son des trompettes, l’association des 31 communes impactées est née : elle devait agir pour obtenir une LGV quasi invisible, mais c’est son bilan qui est invisible. Au moment des cantonales de 2011 des promesses ont été faites sur le quartier de Bénis, mais sans lendemain.

 Bilan, pour une belle réélection de Sylvia Pinel, il lui faudrait au second tour le FN comme opposant. Et pendant ce temps, la question de la LGV passe aux oubliettes. 1-06-2012 Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #élections
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :