Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marc Fressoz est un spécialiste alors à suivre… JPD

19 Juin 2013 Exclusif

SNIT - Deux scénarios mais deux projets ferroviaires sauvés : Paca et Paris-Normandie

La fin du suspens approche pour les élus de France et de Navarre suspendus à la réponse à cette question : le TGV ou l'autoroute que les gouvernements successifs leur ont fait miroiter auront-il des chances d'arriver un jour dans leur circonscription ? Philippe Duron qui préside la commission chargée de faire le tri parmi 70 projets du Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) remet son rapport au gouvernement mercredi prochain. MobiliCités en a eu lecture.

C’est le 26 juin que les propositions de la commission Mobilité 21 seront officiellement dévoilées. Présidée par le député-maire socialiste de Caen Philippe Duron, le gouvernement l’a chargé à l’automne 2012 de plancher sur cette mission impossible : faire le tri dans le monstrueux Schéma national des infrastructures (SNIT) né du Grenelle de l’environnement. Et proposer une liste réaliste des projets les plus pertinents.

Rappelons que le SNIT prévoit au moins 245 milliards d’euros de travaux pour la plupart non financés.

"Jusqu’en 2022, 2023, les moyens de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) - 2,2 milliards d’euros de budget annuels - sont captés par les projets déjà lancés", indique un membre de la commission. C’est donc seulement dans dix ans qu’on pourra lancer de nouvelles réalisations. Or le rapport dont le contenu commence à fuiter risque de faire grincer des dents.

Selon les informations de MobiliCités, et sauf changement de dernière minute, seules neuf infrastructures ont été retenues pour la décennie 2020-2030 :

•L’électrification de Serqueux-Gisors (240 millions d’euros)

•La construction de l’A56 Fos-Salon (240 à 330 millions d'euros)

•La réalisation de la liaison ferroviaire Roissy Picardie (320 millions d'euros)

•La mise à 2 x 2 voies de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA, 640 millions à 1 milliard d'euros) en Saône-et-Loire et dans l’Allier.

•Le traitement du nœud ferroviaire de Paris Gare de Lyon (880 millions d'euros)

•Le traitement du nœud ferroviaire lyonnais (1 à 1,15 milliard d'euros)

•Ligne nouvelle PACA : le traitement du nœud ferroviaire marseillais (avec la traversée souterraine de la gare Saint-Charles à Marseille, pour 2,5 milliards d'euros)

•Ligne nouvelle Paris-Normandie : le traitement de la section Saint-Lazare-Mantes (3 à 3,5 milliards d'euros).

Elle propose aussi de provisionner 500 à 700 millions d’euros pour traiter plusieurs autres nœuds ferroviaires : Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Rennes, Creil, Nîmes, Metz, etc.

Cette liste suppose que le montant des travaux tienne dans l’enveloppe disponible de 9 à 10 milliards d’euros dont pourrait disposer l’AFITF pour la prochaine décennie.

Les transports du quotidien

Première constatation, on compte une majorité de projets ferroviaires et qui répondent aux priorités du gouvernement : améliorer les déplacements quotidiens des personnes et favoriser l’accès du fret aux ports.

Les propositions de la commission Duron renvoient donc au-delà de 2030 la plupart des lignes à grande vitesse : c’est le cas de Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) ou de Paris-Orléans-Clermont-Limoges (POCL) cher au député communiste du Puy-de-Dôme et membre de la commission André Chassagne. En lot de compensation, l'élu auvergnat a obtenu l’amélioration de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA).

En fait, l’arbitrage prépare l’avenir à deux grands infrastructures ferroviaires : la ligne nouvelle Paris-Normandie et celle prévue entre Marseille et Nice. Au sein de la commission Duron, certains relèvent que ses deux poids lourds, le député-maire de Caen Philippe Duron et le sénateur UMP des Alpes-Maritimes Louis Nègre, également co-présidents de TDIE, "ont su faire avancer leur propre pion".

2e scénario de secours

Un favoritisme qui risque de susciter des tensions. C’est le pronostic de l’ex-secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau : "Martin Malvy, président de Midi-Pyrénées, va être furieux du sort réservé à Bordeaux-Toulouse, ce qui risque de mettre en péril le financement du tronçon Tours Bordeaux", prédit-il. Midi-Pyrénées avait en effet accepté de financer ce tronçon en travaux en échange de la réalisation de Bordeaux-Toulouse. Dominique Bussereau se prépare à tâcler le gouvernement, oubliant qu’il fut l'un des responsables du SNIT.

Toutefois, la commission Duron offre une porte de sortie au gouvernement. Elle a prévu un scénario numéro 2 : celui-ci suppose que l’AFITF dispose de 26 à 28 milliards d’euros entre 2020 et 2030, grâce à gonflement de la part de la taxe poids lourds réservée aux infrastructures. Il serait alors possible d’y glisser moult projets : Bordeaux-Toulouse mais aussi l’A31 bis, l’A45, l’A54 et Toulouse-Castres etc. On peut toujours rêver.

Bon courage au gouvernement pour trancher…

Marc Fressoz

Partager cet article

Repost 0