Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un lecteur nous communique cet article d’un blogueur sur la future grève à la SNCF.

L’article pointe un élément crucial de la réalité que nous connaissons bien et à ce sujet nous sommes d’accord, mais il en occulte un autre qui est mis en dehors du débat public et en particulier du débat syndical. Il n’est pas juste de schématiser le rapport Bianco. C’est en 1997, puis ensuite avec l’appui du ministre communiste des transports, que les diktats de l’U.E. furent appliqués en France à la lettre, avec la séparation entre RFF et la SNCF. Le rapport Bianco s’inspirant du modèle allemand qui n’avait pas appliqué à la lettre les dites directives peut mieux articuler RFF et la SNCF et ce point est positif. Il veut sortir du tout « grande vitesse » et ce point est positif.

Qu’ensuite il y ait une volonté d’aller vers la privatisation c’est négatif dans la seule mesure où on reconnaît d’abord que la SNCF ne fonctionne plus comme une entreprise publique ! La grève des cheminots devrait avancer, avec les citoyens, vers la reconstruction du dervice public sur de nouvelles bases. On ne peut pas se contenter de regarder vers le passé quand le passé (entreprise publique) n’a pas pu empêcher une stratégie conduisant vers le mur actuel. J’ai lu avec attention un tract de Sud-Rail s’adressant à juste titre aux usagers, un tract qui fait comme si le poids énorme de la grande vitesse n’existait pas. Sans se prononcer sur ce point, on rate un élément de l’indispensable dialogue qui doit traverser notre société quant au développement du système ferroviaire et des autres moyens de transports. JPD

Exemple à ne pas suivre pour la SNCF

8 Juin 2013 , Rédigé par Le Mantois et Partout ailleursPublié dans #Chemin de fer

Evidemment, me direz-vous, avec cette locomotive qui est sortie des rails en Suisse, pour aller prendre un bain dans la rivière La Venoge! Les Chemins de fer suisses (CFF pour les initiés) ont déployé de très gros moyens pour la tirer de l'eau.

Oui mais non, depuis la libéralisation totale du rail helvétique, cette locomotive, qui a piqué une tête dans la flotte, appartient à la Widmer Rail Services, une société privée et pas aux CFF. Oui en english, ça fait mieux pour faire du business sur des infrastructures payées par le contribuable helvète.

Cette société privée a été montée de toutes pièces en 2007 par un dentiste suisse, activité qui, vous l'avouerez, n'a rien à voir avec celle d'un cabinet dentaire ordinaire.

Au début, les conducteurs de la société du dentiste étaient des anciens des CFF. puis, avec les cadences de travail imposées, il n'y a plus eu de volontaires. Alors, l'arracheur de dents patenté a embauché des chômeurs venus d'autres horizons que celui du ferroviaire.

Ainsi, celui qui a plongé tout habillé avec sa loco travaillait autrefois dans les assurances. Il a oublié un signal commandant l'arrêt impératif. Et donc plouf: 80 tonnes à la baille!

Les syndicats suisses ont déjà fustigé la formation très aléatoire des conducteurs du privé. Oui, surtout que outre la mise en danger flagrante des circulations ferroviaires avec une instruction au ras des pâquerettes (business oblige), on n'apprend pas à nager aux futurs conducteurs de la Widmer Rail Services.

Blague à part, en France, la réforme ferroviaire dictée par l'UE a reçu l'aval de l'Elysée. La libéralisation totale du rail français est enclenchée. Le gouvernement vient de sortir un texte conduisant ni plus ni moins à l'éclatement de la SNCF et à la privatisation du service public.

Le 13 juin 2013, la CGT, SUD, la CFDT et l'UNSA appellent à la grève contre ce texte considéré comme "inacceptable".

Tag(s) : #rénovation voie ferrée, #commission mobilité 21, #LGV

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :