Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pendant l’Enquête d’Utilité Publique (EUP) l’action continue sur le Limoges-Poitiers en particulier par des réunions publiques organisées par les opposants ou ici par une rencontre avec une députée dont le compte-rendu nous rappelle des discours connus.

Vous trouverez ensuite les références pour accéder au document de l’EUP.

Ajoutons un élément vu sous deux angles différents au sujet d’un point qui est en cohérence avec la demande de rénovation des lignes existantes. Comme ces lignes ont été laissées à l’abandon c’est vrai aussi les rames Corail. Il faut donc un nouveau matériel. Urgence POLT propose de rénover des rames TGV mais Durons propose de mettre en chantier aussitôt de nouvelles rames. Les rames TGV rénovées seraient donc transitoires. A suivre. JPD

L’idée fixe de Madame Coutelle

Lundi 27 mai soit deux jours avant l’ouverture de l’enquête publique, nous avions rendez-vous avec Mme Catherine Coutelle députée du sud de Poitiers. Le rendez-vous de vendredi soir devant sa permanence pour un apéritif improvisé et convivial ayant été manqué, nous sommes là aujourd’hui lundi pour connaître sa position vis-à-vis de cette ouverture d’enquête publique, elle qui a écrit sur son blog :« Pas de financement, pas d’ouverture d’enquête publique ! » Dès le début de cet entretien le ton est donné : « On ne peut plus en France mener un projet à bien, on ne peut plus rien réaliser, tout est contesté systématiquement.» déplore-t-elle. Mais madame la députée la crise est là ! Le train du quotidien a taraudé l’esprit des membres de commissions qui ont rendu il y a peu leur copie (demandée par François Hollande lui-même) sur l’opportunité de cette LGV..

Certains avis sont tout en doutes (celui de l’Autorité Environnementale nationale est réservé, celui du rapport Bianco est plus tranché : réhabiliter le train du quotidien). Mais madame Coutelle reste ferme sur ses positions. La LGV doit se faire car c’est le premier maillon d’un axe est/ouest… Lequel ? Mystère !…Cela devrait de toute façon apporter joie, travail, bonheur et prospérité… Pour qui ? Sûrement pas à la majorité de ses électeurs pour qui le prix du billet sera toujours beaucoup trop élevé.

Curieusement pour celle qui a introduit ce projet dans le Grenelle de l’Environnement cet environnement quand il s’agit de parler finance semble poser problème et est totalement attaqué voire tourné en dérision (cf.le problème des tritons sur la SEA qui a fait l’objet d’un recours remporté contre RFF et qui lui coûte fort cher!).

Quant au financement de la LGV Poitiers-Limoges il semble ne pas être vraiment envisagé pour le moment. Etat? Fonds européens? Notre députée reprend le refrain de RFF : « On verra plus tard… » Quand et comment? La question est sans doute loin d’être résolue.

En fin d’entretien Catherine Coutelle nous livre le fruit de ses cogitations qu’il reste à concrétiser : un fonds d’aide hypothétique devrait dédommager les propriétaires de maisons situées près de la ligne en cause désireux de vendre leur bien : ce serait une sorte de compensation de la dévalorisation immobilière constatée sur le tracé ( selon les agents immobiliers environ moins 30%). Ce fonds devrait être en partie financé par RFF (déjà fortement endetté lui-même)…

Rien de plus, rien de neuf chez la députée! Seulement hélas l’impression forte que cette ligne sera l’expression d’une volonté politique. Décidément ceux qui soutiennent et portent le projet sont devenus sourds et coupés d’un monde qu’ils ont la prétention de représenter.

Toutes les informations sur les mairies, les horaires d'ouverture, les rencontres avec le commissaire enquêteur, ainsi que le dossier complet se trouvent sur le site de la préfecture de la Haute-Vienne.

Vous pouvez aussi écrire directement au commissaire enquêteur à l'adresse suivante :

Monsieur le Président de la Commission d’Enquête LGV Poitiers-Limoges
Préfecture de la Haute-Vienne, 1 rue de la Préfecture – BP 87031, 87031 Limoges Cedex 01.

Le blog Limousin en LGV : extrait de propos de Duron

Il a également pointé le remplacement des matériels des trains d'équilibre du territoire (dont fait partie la ligne historique POLT) en indiquant qu'il s'agit d'un sujet important sur le type de matériel à envisager. Il considère en effet : que le recyclage d'anciens TGV est dévalorisant et que ces derniers restent "des vieux matériels" ; que les matériels TER ne sont pas adaptés ; qu'ALTOM, par exemple, sait faire du matériel qui roule à 200km/H

Cette position est donc contraire à celle de l'association Urgence POLT qui revendique au contraire, avec insistance la circulation rapide de ces vieilles rames en remplacement des voitures Téoz.....

Le blog d’Yvan Tricart sur le même propos

S'agissant des projets à grande vitesse, le Président de la commission 21 est revenu sur la question centrale : tous les modes de transport sont-ils nécessairement pertinents à tous les endroits? A une question d'un député, il a cité l'exemple du projet le Havre-Paris, il s'agit pour lui d'un trajet beaucoup trop court, où le rapport coût/temps gagné n'est pas réaliste, il faut privilégier notamment pour les TET, d'autres solutions qui doivent être de concevoir un train robuste, confortable, rapide (roulant à 200/220km/h) se situant entre les TGV et les TER. Les trains Corail ont dépéri et rien n'a été imaginé pour les remplacer. Des propositions imparfaites sont formulées comme la rénovation des TGV de première génération, ou du gonflement des Régiolis d'Alstom. Elles ne répondent pas à l'enjeu, qui est de trouver un outil performant pour mettre sur les lignes TET. Cette remarque de P Duron va pleinement satisfaire les membres de l'association ''Urgence POLT'' qui demande justement la mise en place des TGV rénovés sur la ligne POLT ( Paris Orléans Limoges Toulouse) en attendant la réalisation (environ 7 ans) de vraies rames nouvelles adaptées aux TET en fonction des distances et des populations à transporter .

Tag(s) : #limoges LGV rénovation lignes existantes

Partager cet article

Repost 0