Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le débat à Campsas

80 personnes (sans tricher), un 26 juin (réunion organisée en 12 jours), pour un débat ardu dans le petit village de Campsas.

Avec le tapage d’aujourd’hui sur le rapport Duron, s’il était tombé le 26 combien auraient fait le déplacement en plus ?

Bravo aux organisateurs, bravo aux présents, et bravo au débat.

De telles rencontres naissent seulement de l’engagement de citoyens.

Et des tas d’absents ont été informés qui aujourd’hui vont pouvoir se dire, au vu de l’actualité sur le rapport Duron : « Tiens, à Campsas ils en ont débattu en réunion publique ! »

En effet, on peut débattre, à la télé, à la radio, dans les journaux mais aussi sur la place publique.

Pour une fois, les grands élus auraient pu venir en simples auditeurs, ils auraient vérifié que le monde n’est pas ce qu’ils croient et qu’il ne suffit pas de lire la réalité sur les fiches des renseignements généraux (ils ont un nom plus moderne).

La maire du village était là, reconnaissant à la fin que les informations fournies ne sont pas celles qu’on lui donne généralement.

Donnons quelques données du débat :

Monsieur Duron, défendre les lignes existantes, c’est traiter du POLT et c’est donc aborder la question de la LGV Bordeaux-Toulouse en rapport avec la ligne POLT ; ligne dont il a été beaucoup question.

Monsieur Duron, pourquoi un matériel dépassé avec des TGV relooké pour cette ligne ?

Monsieur Duron, pourquoi même à Montauban certains trains ne s’arrêtent pas ?

Monsieur Duron, défendre les lignes existantes ce n’est pas les remplacer par des bus, même si les bus seraient très utiles là où le train est absent. Le Conseil général a dit étudier le cas du bus à 1 euro des Pyrénées Orientales. On pourrait commencer par une expérience sur la destination Nègrepelisse-Montauban.

Monsieur Duron quand on est député-maire de Caen ne pense-t-on pas en premier lieu à sa propre LGV Paris-Normandie ? (une précision est alors donnée : c’est une LN (ligne nouvelle) donc pour rouler à 220 km/h maximum mais il faudrait encore vérifier qu’elle est indispensable)

Bien d’autres éléments ont été retenus : par exemple ces élus qui sont pour la LGV, pour le POLT, pour le train du quotidien, pour la bonne santé des habitants, pour la route, pour une nouvelle sortie d’autoroute etc… et on se demande pour qui on prend ?

Et quelle action pour se faire entendre au moment de l’enquête d’utilité publique ? Toujours ce travail de fourmi pour diffuser les arguments. Il y aurait des moyens financiers nouveaux pour le Bordeaux-Toulouse ? S’il y a des moyens financiers nouveaux, très bien, mais pourquoi pour un projet inutile ?

Non nous n’allons pas baisser les bras même face à cette entreprise de division qui coupe le GPSO en deux !

Campsas, c’était un pari… le combat continue.

Le débat à Campsas
Le débat à Campsas
Tag(s) : #Alternative LGV 82, #action associations, #toulouse, #bordeaux

Partager cet article

Repost 0