Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au sein de la commission des avis divergents se sont exprimés quant à l’intérêt du projet GPSO. Certains commissaires ont notamment fait part de leur interrogation sur l’urgence de réalisation du projet. S’agissant plus particulièrement de la section Bordeaux-Toulouse. Ils ont aussi exprimé leur conviction que d’autres solutions reposant prioritairement sur une modernisation de l’existant permettaient d’apporter une réponse aussi satisfaisante et moins coûteuse pour la collectivité tout en étant plus respectueuse pour l’environnement et pour les populations locales.

Après en avoir longuement débattu, la commission estime majoritairement qu’il convient de phaser en deux le projet. La section Bordeaux-Toulouse qui doit permettre de raccorder la quatrième ville de France au réseau ferroviaire à grande vitesse devrait se concrétiser dans les meilleurs délais. S’agissant de la liaison nouvelle Bordeaux-Hendaye les conditions de saturation qui sous-tendent sa réalisation et qui sont très fortement dépendante de l’économie espagnole et de son recours au ferroviaire, ne devraient pas justifier un engagement des travaux avant 2030.

Dans ce contexte la commission retient dans le scénario n°2, en premières priorités la réalisation de la section Bordeaux-Toulouse et place en secondes priorités la section Bordeaux-Espagne. Toutefois la commission considérant qu’elle ne peut être entièrement affirmative sur le moment à partir duquel il sera nécessaire s’engager les travaux de cette dernière section, ce moment pouvant se situer en fine une ou deux années avant 2030, elle a prévu une provision pour engager en tant que de besoin de premiers travaux.

Dans le scénario n°1 eu égard aux financements disponibles et après analyse comparative des enjeux nationaux des différents projets l’ensemble du projet est classé dans les secondes priorités. Aucune inscription en première priorités d’une provision pour premiers travaux n’est prévue dans ce cas. »

Le scénario n°1 renvoie tout après 2030 et se base sur la continuité en financement.

Le scénario n°2 imagine des rentrées financières nouvelles de l’ordre de 20 à 30 milliards.

Explication sur les deux scénarios

Tag(s) : #duron, #toulouse, #bordeaux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :