Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monsieur Moudenc annonce qu'il lance une pétition pour la LGV. Je n'hésite pas à lui faire de la publicité et même à lui donner quelques conseils. Dès le 4 avril 2010 Martin Malvy a lancé une pétition sur le même sujet avec une association le TGV Vite ! Avec des invités glorieux pour les assemblées générales car l'association ne manquait pas de financement. Elle a fondu les plombs sans qu'on sache le résultat de la pétition. Le souvenir d'une AG de TGV vite ! (le 14 juin 2010). A revoir des articles anciens envoici un qui ne manque pas de piquant : le PCF et Le conseil régional/

Donc, Monsieur Moudenc voici trois conseils pour ne pas faire comme Malvy :

- Adressez-vous à la CCI qui va relayer la pétition à ses adhérents qui vont aussitôt se précipiter pour signer (une centaine de signatures)

- Adressez-vous à Madame Delga championne en communication qui va inciter tous SES employés à signer (le résultat sera plus brillant). Mais attention, les préséances font que si vous lancez seul la pétition elle va faire la gueule.

- Adressez-vous à VOS employés de Toulouse ou de la Métropole.

Et dans ces conditions votre pétition du désespoir aura un peu plus de succès que celle de Malvy. Mais qui pourra-t-elle tromper ?

J-P Damaggio

 

Article de presse 17/03/2017

La mairie lance une pétition pour la réalisation du TGV Toulouse-Bordeaux

La ligne à grande vitesse, qui doit relier Bordeaux à Toulouse d’ici 2024, se fera-t-elle ? Les propos du président-directeur général de la SNCF, Guillaume Pépy, ont semé le doute lors d’une interview donnée lors de la matinale de France Inter, vendredi 10 mars.

Interrogé par Patrick Cohen sur l’achèvement de ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux, qui doit être mise en service le 2 juillet prochain, le P-DG a souligné que cela resterait « le dernier grand chantier pour le moment », écartant de fait le projet pour desservir Toulouse en TGV, d’ici 2024.

 « Étonnement » et « mécontentement » du maire de Toulouse

Mais, à Toulouse, la mairie ne l’entend pas de cette oreille. Après s’être fendu d’un courrier dans lequel il demande au président de la SNCF de « réaffirmer sa volonté de contribuer à la réussite de la LGV Toulouse – Bordeaux et de garantir le respect des engagements pris par la SNCF dans ce projet », mercredi 15 mars 2017, l’édile de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc, a annoncé le lancement d’une pétition en ligne, à compter du 23 mars, pour soutenir la réalisation de la ligne à grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux.

Je ne peux qu’exprimer mon étonnement, pour ne pas dire mon mécontentement, que vous balayiez ainsi d’un revers de main les engagements précis de l’État et de la SNCF de réaliser l’ensemble de la ligne LGV Paris-Toulouse, les repoussant ainsi à une date indéterminée et après d’autres chantiers désormais jugés comme prioritaires par votre société, lance ainsi Jean-Luc Moudenc dans son courrier en date de mercredi.

Sans oublier de souligner que « Toulouse Métropole a déjà participé au financement de la ligne Paris-Bordeaux » et qu’une délibération déjà été soumise au Conseil de la Métropole « pour financer les premières acquisitions foncières et études pour Bordeaux-Toulouse ».

Une pétition en ligne à partir du 23 mars

Afin de peser un peu plus face au président de la SNCF, une pétition en ligne sera lancée sur le TGV-Toulouse.fr à compter du jeudi 23 mars – après l’officialisation de la liste définitive des candidats par le Conseil constitutionnel – et ce jusqu’au 14 avril 2017.

Objectif affiché de la mairie : « Créer une mobilisation citoyenne forte autour de ce projet d’intérêt général » pour interpeller «  les candidats à l’élection présidentielle afin qu’ils affirment leur volonté de concrétiser cette LGV dans le respect du calendrier convenu et s’engagent sur le financement ».

Toulouse et sa Métropole, qui enregistrent la plus forte croissance démographique française et détiennent le record de création d’emplois privés, qui séduisent de plus en plus de grandes entreprises et de start-up, ne peuvent rester plus longtemps à l’écart du réseau ferroviaire à grande vitesse », écrit Jean-Luc Moudenc, dans un communiqué du 16 mars, invitant les habitants à rejoindre cette initiative.

L’arrivée de la LGV Bordeaux-Toulouse devrait être mise sur les rails vers 2024, permettant ainsi aux Toulousains de rejoindre Paris en un peu plus de trois heures de trajet.

Mylène Renoult

Une action ancienne d'Alternative LGV Midi-Pyrénées à Toulouse

Avril 2011 : les Amis du Monde diplomatique et les transports

Partager cet article

Repost 0