Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Dépêche vient de publier cet article que nous reprenons car il permet à la fois de constater que le projet "avance" à Toulouse en faisant discuter sur la forme et non sur le fond. A suivre. JPD

 

Projet de gare LGV : des riverains créent un collectif Matabiau pour être entendus

Publié le 20/04/2013

Le projet urbain qui accompagne l'arrivée, à l'horizon 2020-2025, de la LGV (ligne à grande vitesse) à Toulouse ne va pas sans inquiéter les riverains de Matabiau.

Alors que l'urbaniste catalan Joan Busquets, associé au paysagiste Michel Desvigne et à l'architecte spécialiste des gares, Jean-Marie Duthilleul, a été récemment chargé d'imaginer le futur quartier, désigné sous le nom de Toulouse Euro Sud-Ouest (Teso), un collectif d'associations des quartiers concernés par le projet vient de se créer.

Le «collectif Matabiau», c'est son nom, regroupe déjà une dizaine d'associations telles que les comités de quartier Bonnefoy, Marengo-Jolimont-La Colonne, Bayard-Belfort, des Chalets, l'association Michel-Ange, les Farfadets, Sept notre quartier (à Roseraie-Soupetard), le comité Lapujade, le foyer des jeunes travailleurs de Jolimont ou Solidarité Villes à Jolimont…

«Les membres du collectif souhaitent apporter leur propre expertise sur le diagnostic, sur les options d'aménagement, les conditions de sa mise en œuvre», expliquent les fondateurs du collectif dans un communiqué adressé à la presse.

«La communauté urbaine propose la création d'un comité de 30 personnes environ composé à la fois de techniciens, d'acteurs économiques, de représentants des habitants. Ce dispositif peut être utile mais à l'évidence il ne permettra pas de prendre en compte la diversité des situations des différents quartiers et surtout ne concernera qu'une très petite minorité de la population concernée», estime le collectif, qui souhaite «une véritable concertation (avec) toutes les parties prenantes».

La grande inquiétude des riverains, que Toulouse Métropole souhaite associer à la concertation, porte sur leur réelle capacité à faire évoluer le projet : «Qu'est-ce qui peut encore le faire bouger ?» s'interroge l'urbaniste Gérard Gasselin, de l'association Solidarité Villes : «Busquets ne doit pas travailler tout seul dans son coin sans prendre l'avis des habitants».

«Plutôt qu'un méga projet «Toulouse Matabiau pour l'Europe», on veut un projet «Toulouse pour les Toulousains», à taille plus humaine», résume Félix Ballesio, des Farfadets.

 

collectif.matabiau@gmail.com

Tag(s) : #dans les médias

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :