Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué de presse

Toulouse à 3h10 de Paris, ou comment faire payer aux autres ce que l’on veut ardemment ?

Le Ministre des Transports M.Cuvillier a annoncé mardi dernier que le tracé de la LGV Bordeaux Toulouse sera connu très bientôt et que Toulouse serait à 3h10 de Paris à partir de 2024. Il a complété ses annonces en confiant à la presse le stratagème que MM.Rousset et Malvy ont inventé pour que la LGV Bordeaux Toulouse ET une portion de Bordeaux Hendaye (Bordeaux-Dax) se réalisent successivement certes, mais les 2 plus tôt que le calendrier fixé par la commission Duron et les orientations du Gouvernement.

Pourquoi cette modification des priorités ? Essentiellement parce que le choix du Gouvernement de ne retenir que la LGV Bordeaux Toulouse a mécontenté A.Rousset et les collectivités locales de l’Aquitaine qui ont menacé de ne pas payer leur écot pour cette LGV, mais aussi en suspendant le règlement de leur quote-part pour Tours Bordeaux.

Le stratagème. On déduit du coût du projet de LGV Bordeaux-Toulouse le montant des contournements de Langon et de Saint Jory (environ 35 kilomètres) pour 2,4 milliards € (chiffre à fin 2012). Ceci permet donc de «libérer» cette somme pour réaliser Bordeaux Dax. Génial, non ? On complète ce qu’il manque par le revenu de la totalité de l’Ecotaxe et on boucle le budget prévu. Tout le mode est content et les Aquitains paieront joyeusement leur contribution. Encore faut-il que le revenu de l’Ecotaxe soit de ce niveau et attribué en totalité à ce projet. Ceci est moins sûr.

La rentabilité du projet Bordeaux Toulouse ?

Quoiqu’en disent RFF et ces messieurs, ce projet n’est pas rentable (coût plus élevé et report modal très largement inférieur à ce qui a été annoncé). Nous pouvons le démontrer. Les conséquences sont graves et scandaleuses. Ceci amènera des pertes d’exploitation significatives contribuant davantage encore au déficit des entreprises publiques que sont RFF et la SNCF donc l’Etat. On va donc investir des sommes énormes pour satisfaire des fantasmes (Toulouse 4ème ville de France !!!) pour gagner quelques minutes. Ceci ne sera pas pour la première fois en France : La Caisse des Dépôts et les rapports LOTI en font état régulièrement mais quand le mal est déjà fait .

Un autre scandale se profile : Quid des contournements de Langon et de Saint Jory dont on ne tient plus compte dans le budget de la LGV Bordeaux Toulouse ? Il s’agit des 2,4 milliards (peut être plus) déduit du budget initial du projet Bordeaux Toulouse pour 35 kilomètres au coût LGV, et remis pour Bordeaux Dax. Dans ce cas on laisserait à la charge de l’Etat le financement de ces ouvrages qui rentrerait dans le budget de rénovation des réseaux. Nota : Avec ce budget, on peut rénover très largement la totalité des 255 kms des lignes actuelles avec des dispositifs modernes de cadencement amplement suffisant pour gérer les saturations du soir.

In fine donc, on consomme 2,5 milliards du budget pour la rénovation des lignes actuelles (budget annuel de 2 milliards pour toute la France, on capte la totalité de l’Ecotaxe pour ce projet pour servir les seules régions du Sud Ouest. Beau cadeau. Comment vont réagir les autres régions ? Quid de la rénovation impérative des lignes du réseau français ou la fera t on en aggravant encore le déficit de notre pays ?

Mais il y a pis ? Depuis 3 ans nous réclamons que l’on nous informe de la rentabilité réelle du projet LGV Bordeaux Toulouse. RFF élude et répond autre chose. Depuis le choix du Gouvernement, en Juillet dernier, nous avons donc demandé cette fois, au Ministre des Finances et de l’Economie, de diligenter une étude indépendante pour vérifier les éléments de RFF qui sont, pour nous, particulièrement faux. Aucune réponse, à ce jour. Cette LGV rejoindra, donc, les projets non rentables déjà en exploitation que dénoncent la SNCF (1/3 des LGV ne sont pas rentables), mais les dépenses ont été engagées (avec des dépassements de budget régulièrement constatés). Il faudra, donc, «optimiser» les dépenses : soit augmenter le prix des billets et réduire encore le nombre de voyageurs ou réduire les coûts.

Gagner quelques minutes ( 21 si direct de Bordeaux et 10 si arrêts à Agen et Montauban) à 7 Milliards € . C’est très cher payé pour que Toulouse 4ème ville de France ait SA LGV. Berlin, Munich ou Hambourg sont desservis à 200 Km/h et à ce que je sache, ils ne dépérissent pas ! N’avons nous pas d’autres dépenses à faire pour relancer notre économie ou réduire notre déficit ?

Claude Semin Président Défense Patrimoine Caudecostois et membre Coordination Associations Aquitaine et Midi Pyrénées.

Tag(s) : #LGV, #bordeaux, #toulouse, #bayonne, #action associations

Partager cet article

Repost 0