Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Pour la première fois depuis trois ans, le vote du budget régional s'est fait sans manifestation des opposants à la LGV devant l'hôtel de région. Non que la lutte baisse en ampleur mais le calendrier n'a pas permis les rencontres précédentes. Ceci étant le groupe EELV a été fidèle aux engagements passés en proposant par la voie d'Annie Bonnefont un amendement demandant de retirer du budget les sommes versées annuellement pour les grandes infrastructures inutiles et plus particulièrement deux LGV. Nous en sommes donc au versement annuel en crédit de paiement (CP ) de 1 million d'euros pour Bordeaux-Toulouse (ce qui correspond aux études) et de 13,5 millions en CP plus autant en AP (acte de paiement) pour Tours-Bordeaux. Des lignes à grande vitesse présentées pour faire concurrence à l'avion quand la Région continue de subventionner largement des aérodromes avec 135 mille euros en AP et autant en CP. Demande également par rapport à l'autoroute Castres-Toulouse.

Seuls les 16 élus du groupe EELV ont voté pour cet amendement demandant de retirer ces sommes du budget. 72 ont voté contre et 3 élus se sont abstenus sans possibilité de savoir à quel groupe ils appartiennent.

En effet, si TOUS les autres amendements ont donné lieu à des discussions, celui-ci laissa les élus sans réaction, Malvy indiquant qu'on ne va pas refaire le débat comme s'il n'y avait eu rien de nouveau depuis un an, comme si la commission mobilité n'existait pas, comme si l'écotaxe devant payer n'avait pas été reportée, comme si le concessionnaire de Perpignan-Figuères n'était pas au bord du gouffre, comme si, comme si…

En conséquence voici un petit écho du journal Le Lot en Action au sujet de l'aéroport Brive-Souillac. JPD

 

L'aéroport de Brive-Souillac,

Inauguré en juillet 2010, il aura coûté près de 50 millions d'euros et son budget annuel, de près de 3 millions d'euros, est couvert en grande partie par les collectivités locales. 61 000 passagers accueillis en 2011, 57 000 en 2012. Les chiffres de 2013 seront très probablement dans les mêmes eaux, même si les ouvertures, récentes

et à venir, de plusieurs lignes low cost augmenteront probablement un peu la fréquentation en 2014. Et nous serons encore très loin d'un niveau de fréquentation qui permettrait aux collectivités locales de ne plus sortir le chéquier. Pourtant le Syndicat Mixte qui gère l'aéroport envisage déjà l'agrandissement de la piste...

Si la présence d'un aéroport constitue un atout en matière de développement touristique et économique, les coûts impliqués dans sa réalisation et son budget de fonctionnement sont énormes. La comparaison avec l'investissement ferroviaire, en ayant par exemple (au hasard !) une ligne Paris Orléans Limoges Toulouse qui soit entretenue, mise aux normes et en ayant un réseau régional efficace en matière de dessertes, de correspondances et d'horaires, n'est jamais mise sur la table de nos élus... Et ce n'est pas forcément de l'unique responsabilité de ces derniers, puisque la SNCF , l'État, mais aussi les chambres consulaires (1), sont parties prenantes dans

le développement du trafic aérien, pourtant si gourmand en fonds publics, et qui devient une aberration en matière d'émission carbone.

Cette propension des élus à privilégier le transport aérien a des conséquences catastrophiques pour

tous les citoyens, tout spécifiquement en période de restriction budgétaire. Puisqu'il faut effectuer des coupes sombres, le maintien des lignes TER et le développement des transports en commun en général est sacrifié. Mais qui prend l'avion ? Et il faut bien avouer que pour aller de Gramat à Cahors, de Souillac à Figeac ou de Montcuq à Gourdon, celles et ceux qui sont obligés de prendre leur voiture pour conserver un boulot payé au SMIC n'ont que faire d'un aéroport à Cressensac ! Ils n'ont de toute façon pas les moyens de se payer un billet d'avion pour aller à Londres ou au Portugal. En revanche, si le transport scolaire devient payant, ils seront à découvert encore un peu plus tôt chaque mois.

Notes : (1) Chambres consulaires: agriculture, commerce et industrie, artisanat

La LGV au budget de La Région Midi-Pyrénées
Tag(s) : #commission mobilité 21, #castres, #rénovation voie ferrée, #toulouse

Partager cet article

Repost 0