Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rien n'y a fait, rien n'y fera, le gouvernement actuel se veut le plus LGV de toute l'histoire tout en prétendant faire des lignes existantes, la priorité.

Pour la LGV Limoges-Poitiers, le Conseil d'Etat l'a mis en garde mais il a signé la DUP le jour de la manif en défense de Charlie ! Un peu plus d'un an après, le même Conseil d'Etat a donné raison à ceux qui déposèrent un recours. Cette DUP est cassée, le gouvernement doit tout recommencer s'il tient à son projet… en se conformant aux justes observations du Conseil d'Etat. Mission impossible donc le Conseil départemental de Dordogne ne vise plus l'accès à la Grande Vitesse par Limoges (électrifier la ligne Périgeux-Limoges) mais par Bordeaux (accélérer le TER Périgeux-Bordeaux).

Pour la ligne GPSO c'est-à-dire Bordeaux-Toulouse avec Bordeaux Dax ce sont les commissaires enquêteurs qui ont mis en garde le gouvernement en donnant un avis défavorable en conclusion de leur enquête d'utilité publique. Mais il passe outre. Pendant l'enquête les commissaires ont répété qu'ils ne pouvaient juger du montage financier qui serait donné entre les résultats de l'enquête et la signature de la DUP. Carole Delga a eu beau s'arracher les cheveux elle n'a pas trouvé le premier centime à mettre sur le projet. Qu'importe…. Il est plus facile d'entreprendre une consultation sur le rail sans rien dire de la question.

Puisqu'il n'existe que le recours devant le Conseil d'Etat pour arrêter le projet, plusieurs recours vont être déposés. Au même moment la LGV Bordeaux-Tours va entrer en fonctionnement aux pires conditions pour la SNCF sous la pression des grands maîtres ès-LGV, en l'occurrence l'union étrange entre le socialiste Rousset le groupe Vinci ! La SNCF va quitter les soins intensifs pour les soins palliatifs. Tristesse. J-P Damaggio

Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :